Une première finale pour Maxime Crépeau

Le gardien Maxime Crépeau vivra ce soir la... (Photo Olivier Jean, Archives La Presse)

Agrandir

Le gardien Maxime Crépeau vivra ce soir la première finale de sa carrière, alors que l'Impact de Montréal affrontera le Toronto FC dans le premier des deux matchs de la finale du Championnat canadien.

Photo Olivier Jean, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Parmi ses souvenirs marquants de la rivalité entre l'Impact et le Toronto FC, Maxime Crépeau cite le premier titre de champion canadien, en 2008, ainsi que la victoire de 6-0 lors de la demi-finale retour, il y a quatre ans.

Ce soir au stade Saputo (19h30), le gardien québécois de 23 ans pourra créer ses propres souvenirs face à un rival ontarien qu'il a souvent croisé dans son cheminement.

«J'ai grandi en jouant contre Toronto et en les détestant, entre guillemets. C'est normal et eux aussi, ils nous détestent», fait-il remarquer.

«J'aime ça parce qu'il y a un enjeu un peu plus intense et un sentiment d'appartenance qui est difficile à décrire. Il y a une énergie supplémentaire sur le terrain et tu n'as pas besoin de motivation pour ce match. Il faut même gérer cette énergie pour rester stable pendant 90 minutes et ne pas s'emporter.»

Crépeau vivra la première finale de sa carrière au terme d'un dernier mois particulièrement instructif. Après les demi-finales face aux Whitecaps de Vancouver, la doublure d'Evan Bush a participé au camp de l'équipe canadienne qui s'est imposée, de justesse, face à Curaçao.

Plus serein qu'à Vancouver, il évoluera, cette fois, dans un environnement plus passionné contre la meilleure équipe de la MLS. Personne n'a oublié que le duel entre le bleu-blanc-noir et les Reds a pris une autre dimension après les dernières séries.

«C'est pour moi une sorte d'examen, parce que ce sont mes premiers matchs. Mais, honnêtement, je n'y pense pas trop, sinon je vais peut-être m'évader et être moins concentré sur le match.»

«Je me prépare comme si c'était n'importe quel autre match, souligne Crépeau. Je suis convaincu que je vais prendre du plaisir en jouant et en foulant le terrain.»

«On le voit avec plus d'assurance et plus de confiance, ajoute Patrice Bernier à propos de son jeune coéquipier. Oui, il y a peut-être eu un peu de fébrilité lors des premières minutes à Vancouver, mais ce match l'a aidé. Il veut démontrer que, même à un jeune âge, on peut compter sur lui, que ce soit avec l'Impact ou avec la sélection nationale.»

Bien des choses ont changé depuis les débuts de Crépeau en Championnat canadien. Même si on peut regretter les points perdus à Orlando, samedi dernier, l'Impact est invaincu en quatre rencontres. 

Le nouveau système avec cinq défenseurs reste également très perfectible, mais il devrait être reconduit par Mauro Biello lors de ce match aller.

«On a eu une petite période d'ajustement, notamment dans la transition défensive, quand il faut revenir à cinq. Ça s'est bien déroulé, lors des deux premiers matchs, dans ce système-là. Ça n'a pas été un échec non plus», relativise Crépeau.

«Maintenant, il s'agira de bien faire les petits détails et de bien faire le boulot à domicile. Le premier match est primordial.»

«Être plus alerte»

La finale de ce championnat prend la forme d'un duel aller-retour dont le deuxième acte aura lieu le 27 juin au BMO Field.

La règle du but extérieur permettra de départager les deux équipes en cas d'égalité au terme des 180 minutes. Si l'Impact est sacré champion, il devra toutefois disputer un match éliminatoire contre le TFC, vainqueur l'an dernier, afin de décrocher sa place pour la prochaine Ligue des champions.

Ce format, avec ce match supplémentaire, constitue une mission immense face à une équipe qui est toujours invaincue chez elle en 2017. Ce rendez-vous marque aussi les retrouvailles entre les deux équipes depuis les dernières séries endiablées.

«On a appris qu'il fallait être alerte à chaque instant, parce que c'est vraiment une bonne équipe. Aussi, on a pris une leçon sur les coups de pied arrêtés, se rappelle Bernier. On les retrouve, mais c'est un autre match. L'intensité va être présente dès les premières secondes du match. Dernièrement, ça va bien et la confiance est là. On veut s'assurer que ce premier match nous mettra le vent dans les voiles pour croire à la victoire au retour.»

Nouveauté cette année, les équipes sont obligées d'aligner trois joueurs canadiens au coup d'envoi. En temps normal, ce ne serait pas un problème pour Biello, sauf que les blessures compliquent sa tâche. 

David Choinière et Louis Béland-Goyette sont à l'infirmerie, tandis que Ballou Jean-Yves Tabla (cheville) et Anthony Jackson-Hamel (gastro) étaient des cas incertains hier.

«J'avais une autre idée, mais avec Jackson-Hamel qui n'est pas à 100%, je vais peut-être devoir encore changer mon plan, regrette l'entraîneur montréalais. Ces choses-là arrivent et c'est pour ça qu'on a de la profondeur. L'autre joueur canadien disponible sera [Wandrille] Lefèvre.»

Prochain match: Impact c. Toronto FC, ce soir, 19h30 au stade Saputo




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer