Manchester United triomphe 48 heures après l'attentat

Henrikh Mkhitaryan (à gauche) célèbre avec son coéquipier... (Photo Anders Wiklund, Reuters)

Agrandir

Henrikh Mkhitaryan (à gauche) célèbre avec son coéquipier Paul Pogba après avoir marqué le deuxième but de Manchester United.

Photo Anders Wiklund, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yassine Khiri
Agence France-Presse
Stockholm

Face à la tristesse et l'effroi, Manchester United n'a peut-être jamais aussi bien porté son nom: le club mancunien, uni comme jamais avec ses fans et une ville meurtrie par un attentat suicide, a remporté la finale de la Ligue Europa contre l'Ajax d'Amsterdam 2-0, mercredi avec le sentiment du devoir accompli.

La fête n'aura jamais la même saveur qu'un succès ordinaire, après l'attentat perpétré au Manchester Arena à la sortie d'un concert de la chanteuse américaine Ariana Grande, qui a fait au moins 22 morts et 59 blessés, dont de nombreux enfants lundi.

Mais 48 heures après le drame, le cinquième triomphe européen de l'un de ses clubs-phare permet aux habitants de la ville du nord de l'Angleterre de regoûter un peu au bonheur disparu des soirées réussies, depuis l'attaque de cette salle de spectacle.

Au Friends Arena de Solna (banlieue de Stockholm), l'émotion du «peuple de Manchester» venu en masse - environ 20 000 supporters, sans compter les milliers restés dans la «fan-zone» du centre-ville de la capitale suédoise - était encore palpable avant le début du match.

Mais après la minute de silence en hommage aux victimes de l'attentat, qui a précédé le coup d'envoi de la finale, les fans des Red Devils et de l'Ajax ont décidé de faire dans la foulée une minute d'applaudissements pour remettre la vie au centre de la soirée.

Dans la tribune de ManU, plusieurs fanions des différents groupes de supporters des Red Devils ont porté ce message avec les inscriptions «We'll never die» («Jamais nous ne mourrons») ou encore «MUFC, Meaning of life» («MUFC, le sens de la vie»).

«Manchester, une ville unie»

Une banderole «Manchester, a city united» («Manchester, une ville unie»: jeu de mots mêlant le nom des clubs rivaux de la ville, ndlr) a même furtivement traversé la tribune. Plus qu'un symbole d'unité, une formule gagnante!

Car malgré la douleur, il y avait «un travail à faire», avait souhaité avant la rencontre l'entraîneur des Red Devils Jose Mourinho, conscient du devoir moral dont a hérité ses troupes: jouer la finale de la Ligue Europa, et l'emporter. C'est chose faite!

Impérative sur le plan émotionnelle, la victoire l'était tout aussi importante sur le plan sportif et financier pour le puissant club anglais. Incapable de se qualifier pour la Ligue des champions via le championnat, après une décevante sixième place en Premier League, ManU jouait tout simplement la réussite de sa saison sur ce match.

Le succès de la C3, second trophée remporté cette saison par le coach portugais après la Coupe de la Ligue anglais, lui permet de se qualifier pour la prestigieuse et lucrative C1 la saison prochaine.

Avec cette première victoire dans la compétition, le club anglais devient le cinquième club, après la Juventus Turin, le Bayern Munich, Chelsea et ... l'Ajax d'Amsterdam, à avoir remporté tous les trophées européens de l'UEFA: à savoir la Ligue des champions (C1), la Ligue Europa (C3) et la défunte Coupe des vainqueurs de coupes (C2).

Pogba brise la malédiction

L'histoire retiendra que c'est Paul Pogba, recruté à prix d'or cet été pour 105 millions d'euros et tête de gondole de la volonté de conquête du club mancunien, qui a ouvert la voie du succès.

Impeccable dans l'entrejeu, le milieu français a profité de la déviation du défenseur Sanchez sur son tir puissant pour ouvrir le score dès la 18e minute. Dès le retour des vestiaires, Mkhitaryan a inscrit le but d'assurance en étant à l'affût d'un ballon traînant dans la surface à la suite d'un corner (47e).

Jusque-là, «La Pioche» avait pourtant perdu ses deux dernières finales majeures: avec la Juventus de Turin contre Barcelone lors de la finale de la Ligue des champions en 2015, et avec la France contre le Portugal lors de la finale de l'Euro 2016.

Sous les yeux de son ancienne star Zlatan Ibrahimovic, forfait à cause d'une grave blessure au genou, l'Ajax n'a pas réussi à remporter un nouveau trophée continental, plus de 20 ans après son dernier sacre européen.

Symbole de son renouveau, sa jeunesse a trop souvent multiplié les erreurs pour espérer rééditer l'exploit de la bande de Patrick Kluivert en 1995. Son fils Justin, 18 ans et sur le banc des remplaçants de l'Ajax mercredi soir, a encore le temps d'y arriver...




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer