Leicester: le monde du soccer soutient Claudio Ranieri

L'entraîneur de Leicester Claudio Ranieri a été congédié... (Photo John Sibley, Reuters)

Agrandir

L'entraîneur de Leicester Claudio Ranieri a été congédié à la surprise générale, jeudi.

Photo John Sibley, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

Le monde du soccer a apporté son soutien vendredi à l'entraîneur italien de Leicester Claudio Ranieri, limogé à la surprise générale jeudi soir, à l'image de son homologue à Manchester United, le Portugais Jose Mourinho, lui-même remercié en 2015 sept mois après avoir remporté le titre avec Chelsea.

«Champion d'Angleterre et nommé entraîneur de l'année par la FIFA. Viré. C'est ça, le football moderne, Claudio. Garde ton sourire, amico. Personne ne peut effacer l'histoire que tu as écrite», a affirmé le technicien de Manchester United, en postant une photo d'eux tout sourire sur Instagram.

En Angleterre, l'annonce du limogeage de l'entraîneur de Leicester City a suscité beaucoup de réactions, parfois violentes: Gary Lineker, ex-joueur des Foxes et ancien international anglais, a même versé une larme en apprenant la nouvelle jeudi soir.

«Je suis désolé pour mon ami», a pour sa part rapidement réagi sur Twitter Roberto Mancini, son confrère et compatriote que la presse britannique voit comme le recours numéro 1 à Ranieri. «Il restera dans l'histoire de Leicester, dans le coeur de ses supporteurs et dans celui de tous les amoureux du football», ajoute l'Italien, entraîneur de Manchester City de 2009 à 2013.

Jürgen Klopp, l'entraîneur allemand de Liverpool, que Leicester rencontrera lundi en championnat, a quant à lui évoqué «une personne vraiment spéciale dans le monde du football, un gars vraiment sympa». «Je n'arrive vraiment pas à comprendre pourquoi ils (les patrons de Ranieri) ont fait ça», a-t-il ajouté.

Quant à Antonio Conte, l'entraîneur italien de Chelsea, il s'est dit «très très triste». «Primo, c'est un ami, secundo, c'est un homme vraiment bien, et tertio, c'est un super manager», a-t-il déclaré.

Les Anglais ingrats

En Italie, la décision des dirigeants de Leicester a également provoqué des vagues, la Gazzetta dello Sport titrant: «Ranieri licencié. Les Anglais ingrats». «Leicester salit le conte de fées qui avait enchanté le monde», ajoute le quotidien.

L'entraîneur de l'AS Rome, Luciano Spalletti, a pour sa part évoqué «un scandale»: «c'est incompréhensible, il n'y a pas de reconnaissance. Parce que c'est lui qui a réussi à faire naître cette alchimie dans l'équipe et le vestiaire qui a permis de gagner le championnat», a-t-il déclaré après le match Roma-Villarreal jeudi en Europa League.

«C'est un beau métier, entraîneur, n'est-ce pas? C'est toujours nous qui partons. Vous avez déjà vu un président, un responsable ou un joueur se faire virer avant la fin de saison?», a-t-il ajouté.

Même en France, la nouvelle a fait réagir: «la statue (de Claudio Ranieri) n'est pas terminée» que l'Italien «est débarqué de son poste d'entraîneur», a ainsi déploré le coach de Marseille, Rudi Garcia, l'un des successeurs de Ranieri à la tête de l'AS Rome.

Le licenciement du technicien italien est «un truc de fou, les gens ont la mémoire courte, a ajouté Garcia. J'espère qu'on reviendra à des choses plus cohérentes».

Seule très rare voix discordante, et non des moindres, celle l'ancien gardien emblématique des Foxes Peter Shilton qui a tenu à soutenir la décision des dirigeants de l'actuel 17e du championnat, à un point du premier relégable.

«La relégation serait un désastre pour Leicester, et je pense que les dirigeants ont pris une très sage décision. Certains ne savent pas trop quoi en penser, mais c'est bien la relégation qui nous attend à l'horizon», a estimé l'ancien international anglais qui avait remporté le titre de deuxième division avec les Foxes en 1971.

Pour la réception de Liverpool, ce sont Craig Shakespeare et Mike Stowell, membres du staff de Leicester, qui seront chargés de l'équipe, en attendant la nomination d'un nouvel entraîneur.

Aux journalistes, Shakespeare a révélé qu'il avait parlé avec Ranieri dix minutes avant le communiqué officiel de Leicester annonçant son éviction.

«Il semblait bien mais un peu choqué», a-t-il confié, précisant que l'essentiel de la conversation resterait «d'ordre privé».




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer