MLS: une finale inédite

Le Toronto FC accueillera les Sounders de Seattle... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

Le Toronto FC accueillera les Sounders de Seattle au BMO Field, demain soir, pour la finale de la MLS.

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La MLS couronnera un nouveau champion, demain soir (20h), alors que le Toronto FC accueillera les Sounders de Seattle au BMO Field. Cette finale inédite, que personne n'aurait pu prévoir en milieu de saison, sera l'occasion d'un affrontement entre plusieurs vedettes établies ou montantes. Alors, qui, de Sebastian Giovinco, Jozy Altidore, Nicolas Lodeiro ou Jordan Morris, fera la différence?

La bonne fin de saison

C'est une histoire aussi vieille que le sport professionnel nord-américain. L'histoire d'une équipe au fond du gouffre qui retrouve des couleurs jusqu'à se présenter aux portes de la gloire. Selon l'algorithme conçu par le site www.sportsclubstats.com, la probabilité de voir les Sounders en séries, à la fin du mois de juillet, avoisinait les 10%. C'est au même moment que le club a remplacé le légendaire entraîneur Sigi Schmid par l'un de ses assistants, Brian Schmetzer. Avant ce changement, les Sounders présentaient une fiche de 6-12-2. Par la suite, ils ont affiché un reluisant bilan de 8-2-4. Schmetzer a bien changé le schéma tactique, mais l'ex-entraîneur des Sounders, du temps de l'USL, représentait surtout une voix nouvelle dans le vestiaire. Il est reconnu pour être plus proche des joueurs que son prédécesseur et davantage dans la collaboration.

Une recrue d'impact à Seattle

Victime d'une irrégularité cardiaque, Clint Dempsey n'a plus joué depuis le 21 août. Jordan Morris, après une période initiale de doutes, a connu une excellente saison recrue ponctuée par 12 buts. Ozzie Alonso reste une valeur sûre du milieu de terrain alors que l'expérimenté défenseur central Chad Marshall peut toujours placer un bon coup de tête sur les coups de pied arrêtés offensifs. Mais aucun joueur n'a eu autant d'influence que Nicolas Lodeiro, milieu de terrain uruguayen, qui a remporté le titre de nouveau venu de l'année. Avant de marquer quatre buts en séries, il a été impliqué dans un but des Sounders toutes les 97 minutes. «Une de leurs pièces manquantes était ce joueur qui pouvait déséquilibrer une défense et faire la dernière passe, a convenu l'entraîneur torontois Greg Vanney. Lodeiro est celui qui peut trouver ses coéquipiers au bon moment avec la bonne passe.»

La lumière après la misère

Au cours de la semaine, chaque publication torontoise est revenue sur l'histoire difficile du TFC. Avant d'atteindre les hauteurs actuelles, les Reds avaient raté les séries lors de leurs huit premières saisons et accumulé les échecs en termes de recrutement. La liste est même longue: Mista, Torsten Frings, Danny Koevermans, Jermain Defoe... La saison 2015 a marqué un tournant grâce aux acquisitions de Giovinco et d'Altidore. Avec Michael Bradley, déjà dans l'effectif, le TFC est devenu l'équipe la plus dépensière. Cette année, sa masse salariale s'établit à plus de 22 millions, dont 80% sont réservés aux 3 joueurs désignés. La réussite sportive, qui lui a longtemps échappé, suit donc une logique économique. «Au moment de notre embauche, on nous avait dit qu'on serait surpris de l'appui populaire quand on serait en mesure de redresser la franchise, a révélé Vanney, hier. On l'a vu contre Montréal et on s'attend à la même chose, et encore davantage, contre Seattle. C'est un moment que les partisans attendent depuis de longues années.»

La formule gagnante

Giovinco sera en pleine forme demain soir, même si l'apparition de crampes l'avait contraint à quitter prématurément le match retour contre l'Impact. Au même moment, son compère offensif du 3-5-2, Altidore, auteur de 15 buts depuis la fin juillet, a probablement connu son meilleur match avec le TFC. «Jozy est un bon attaquant de fixation qui peut également se retourner et te défier. Giovinco est un attaquant qui peut créer le jeu. C'est une combinaison que chaque entraîneur aimerait avoir», a résumé Schmetzer, hier. Les partisans de l'Impact sont bien conscients que le TFC ne se résume pas aux deux attaquants et à Bradley qui tire les ficelles en milieu de terrain. «Le compliment que je pourrais faire à Greg et à son adjoint [Robin Fraser] est que Toronto est une équipe. Oui, il y a le big three, mais pas que ça. L'arrivée de Drew Moor, de Will Johnson et d'autres joueurs de ce type a aidé l'équipe à des moments clés.» Le TFC a également compté sur Armando Cooper («Il apporte de l'expérience, un côté physique et du volume», selon Vanney) et sur des remplaçants performants.

Prédiction: Toronto FC 2 Sounders 1




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer