L'Impact inspiré par les hommes du milieu

Patrice Bernier et l'Impact affronteront dimanche les Red... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Patrice Bernier et l'Impact affronteront dimanche les Red Bulls de New York lors du match retour de la demi-finale de l'Association de l'Est.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est le 6 août, face au Dynamo de Houston, que Marco Donadel, Hernan Bernardello et Patrice Bernier ont été associés, pour la première fois, en milieu de terrain. Mais ce n'est que lors du dernier mois et demi que ce triangle expérimenté s'est imposé comme l'une des valeurs sûres de l'Impact.

«Il y a beaucoup de chimie et de sérénité au milieu de terrain en ce moment. On le voit par leur jeu, que ce soit défensif ou dans leur projection vers l'avant, a convenu Hassoun Camara. On a vu Patrice faire des percées extraordinaires, Marco être efficace à la couverture et Hernan qui a été fantastique à la récupération. Ils font bien, pourvu que ça continue»

Justement, le problème, pour Mauro Biello, est que cette formule est mise à mal par la blessure à un mollet de Bernardello. L'Argentin ne s'est pas encore entraîné de la semaine et rien ne garantit sa présence au New Jersey, dimanche, lors du match retour de la demi-finale de l'Association de l'Est.

«On va voir [aujourd'hui]. Il va sortir, voir comment il se sent et comment sa jambe va réagir après un peu de travail. On prendra une décision ensuite», a expliqué l'entraîneur. Ce forfait nuirait forcément à l'entente du milieu de terrain qui est allée crescendo dans les derniers matchs.

Marco Donadel... (PHOTO PETER McCABE, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE) - image 2.0

Agrandir

Marco Donadel

PHOTO PETER McCABE, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

La bonne forme de Donadel

Contre D.C. United et les Red Bulls de New York, Donadel a exécuté une passe décisive et quatre passes-clés. Sa qualité de relance, pour rapidement jouer vers l'avant ou orienter le jeu, est bien connue. Placé seul devant la défense, il a aussi abattu un travail défensif colossal depuis plusieurs matchs. En plus des ballons interceptés, on l'a vu suivre et gêner les courses de Bradley Wright-Philips, attaquant des Red Bulls de New York.

«Cette capacité de lire le jeu représente sa plus grande qualité. Il est toujours à la bonne position et ça empêche parfois l'autre équipe de faire la passe, a analysé Biello. C'est un travail qui est dans l'ombre, mais il a cette expérience pour fermer les couloirs [de passe], puis relancer l'attaque avec sa qualité de passe.»

Hernan Bernardello... (PHOTO BERNARD BRAULT, archives LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Hernan Bernardello

PHOTO BERNARD BRAULT, archives LA PRESSE

Bernardello un cran plus haut

Lors de son premier séjour avec l'Impact, en 2013 et 2014, Bernardello était utilisé dans un registre plus défensif. Puisant dans le jargon footballistique, Bernier a qualifié l'Argentin de «six et demi qui joue comme un numéro 8.» 

Il poursuit: «Il s'est habitué à jouer à gauche et il semble bien confortable du côté de Nacho [Piatti]. En plus, comme Nacho apporte beaucoup [offensivement], Hernan représente le côté le plus défensif de ce bord-là. Il est bon avec le ballon et tu vois qu'il est plus à l'aise. Il se sort de situations serrées et il arrive à bien sortir le ballon. En plus, il a une certaine agressivité dans les duels en un contre un.» 

Si l'absence de Bernardello se confirmait, le remplaçant tout désigné se nomme Calum Mallace, titulaire dans un seul des neuf derniers matchs.

Bernier dans le bon schéma, mais...

À la fin de l'été, Biello a réintroduit Bernier dans le onze partant en le positionnant derrière l'attaquant de pointe. Ce n'est toutefois pas le poste qui lui permet de mieux s'exprimer. Et dans le triangle axial qu'il compose avec Donadel et Bernardello? 

«Je préfère mieux être à gauche parce que je peux déborder. Mais ça ne me dérange pas. Avec eux, j'ai dû renoncer à faire le jeu. Les deux aiment être plus bas et j'essaie d'être celui qui est le plus proche de Matteo [Mancosu] ou de Didier [Drogba]. J'essaie de récupérer le deuxième ballon, m'infiltrer dans les espaces et orchestrer le jeu plus haut. J'aime plus avoir la liberté de me promener, on ne m'en prive pas, mais ça ne me sert à rien de revenir en arrière.»

---

Mancosu et Oyongo de retour

L'entraînement de l'Impact, hier, a permis de revoir Matteo Mancosu et Ambroise Oyongo, absents la veille. Didier Drogba a quitté l'entraînement quelques minutes avant ses coéquipiers.

---

Un match aller-retour, comment ça marche?

Une victoire ou un match nul obtenu dimanche au Red Bull Arena permettrait à l'Impact, vainqueur 1-0 lors du match aller, de se hisser en finale d'Association. Si les deux équipes sont à égalité de buts au terme des deux matchs, l'équipe en ayant marqué le plus sur le terrain adverse serait qualifiée. Seule une victoire new-yorkaise de 1-0 dimanche entraînerait des prolongations et, potentiellement, une séance de tirs au but. 

---

Un essai en France pour Gagnon-Laparé

Jérémy Gagnon-Laparé, qui ne compte aucune apparition en 2016, a obtenu un essai avec le Stade Rennais, club de première division française. Le milieu de terrain de l'Impact s'envolera ce soir vers la France pour un séjour qui pourrait durer un mois. 

«Je sentais que j'avais besoin d'un nouveau défi et ça arrive à un bon moment, en fin de saison. Je vais commencer par [Rennes], puis après, peut-être que d'autres portes peuvent s'ouvrir. Je vais essayer de voir quelle sera la meilleure option.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer