Laurent Ciman veut vite tourner la page

« La MLS n'est pas connue en Belgique ou... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

« La MLS n'est pas connue en Belgique ou alors très peu. Elle est, surtout, pas médiatisée », explique Laurent Ciman.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Laurent Ciman a multiplié les promesses au cours des derniers jours. Après avoir promis une revanche personnelle, dans la foulée du match nul de 4 à 4 à Columbus, le défenseur de l'Impact a garanti qu'il allait rapidement tourner la page après sa non-sélection en vue de l'Euro.

Jeudi, la déception a été vive pour le joueur de 30 ans, d'autant plus que la blessure de Vincent Kompany aurait pu lui rouvrir une porte chez les Diables rouges. « Ça fait mal, c'est sûr. J'étais très, très déçu, même s'il faut relativiser. J'ai pris un coup sur la tête parce que je m'attendais à quelque chose. Il y avait un grand absent que tout le monde connaît et je me suis dit : "pourquoi pas". En pesant le pour et le contre, il y avait quand même pas mal de pour. Malheureusement pour moi, je ne suis pas dans l'équipe, mais il faut tourner la page dès [samedi] contre Philadelphie. »

Ciman, qui est tout de même sur la liste des réservistes, n'a reçu aucun appel de la part des dirigeants belges depuis jeudi. Jeudi, il a tout de même communiqué avec Adam Braz et Mauro Biello pour s'assurer que l'Impact n'avait pas bloqué sa participation à la compétition, et tout ce que cela comporte comme stages d'avant-Euro. Il n'empêche que plusieurs questions peuvent se poser dans cette histoire. Le défenseur de l'année, en MLS, paye-t-il notamment son choix d'avoir opté pour le circuit Garber ? En Europe, le championnat n'a pas forcément bonne presse aux yeux du grand public et de nombreux observateurs.

« Je me bats pour ma fille avant tout. Elle passe avant toutes les Coupes du monde et les Championnats d'Europe, a répliqué Ciman. La MLS n'est pas connue en Belgique ou alors très peu. Elle est, surtout, pas médiatisée. Donc, c'est clair que certains ont un préjugé négatif sur la MLS. »

« [Les Européens] feraient bien de faire un tour, parce que quand on voit les joueurs qui font partie [de la MLS], c'est loin d'être mauvais », juge Ciman.

Dans les heures qui ont suivi les choix du sélectionneur Marc Wilmots, Ciman a été inondé de messages d'encouragements sur les réseaux sociaux. Il a largement relayé les propos provenant autant de son pays natal que de sa province d'adoption.

« Ce n'était pas pour critiquer quoi que ce soit, c'était pour montrer aux gens que je suis touché par leurs messages. C'était tellement rare pour moi, à part au Standard ou à Courtrai où j'ai connu ça. Voir le soutien des supporters d'Anderlecht, de Bruges et surtout des Québécois, ça fait chaud au coeur. Ça montre que je ne suis pas venu ici en touriste et que je continue à faire mon travail sur le terrain. »

Justement, Ciman et l'Impact retrouvent le terrain du stade Saputo, samedi (17 h), dans un match au sommet que personne n'imaginait en début de saison. S'il n'est pas surprenant de voir l'Impact en bonne posture, l'Union de Philadelphie, deuxième de l'Association, possède tous les traits de la surprise du chef. L'équipe de Pennsylvanie connaît son meilleur début de saison depuis 2011.

« Au niveau défensif, c'est une équipe qui presse bien et qui est très compacte. Ça se reflète dans son nombre de buts accordés (10), a commenté Biello. Ils ont un attaquant, C.J. Sapong, qui a beaucoup de confiance, Chris Pontius est un autre joueur clé tandis que Sébastien Le Toux nous cause toujours des problèmes. On espère pouvoir fermer l'espace et, au milieu de terrain, il faut gagner les deuxièmes ballons. C'est un peu ce qui nous a fait mal contre le Colorado. » En milieu de terrain, l'Union possède aussi quelques éléments dangereux en Tranquillo Barnetta et Vincent Nogueira.

DROGBA EST DISPONIBLE

Touché à un genou, en milieu de semaine, Didier Drogba sera disponible pour cette rencontre même si Biello a souligné l'importance de bien gérer son cas. Même avec de petites alertes physiques, chaque semaine, l'Ivoirien est parvenu à marquer trois buts et offrir autant de passes décisives en 420 minutes de jeu.

« Il sait qu'il n'est pas à 100 %, mais il est capable de gérer ses efforts et de nous donner des points importants. Ses buts et ses passes décisives ont aidé l'équipe, mais il ne faut pas voir que son travail offensif. Il faut aussi prendre en compte sa capacité à dégager des ballons dangereux sur les phases arrêtées », a distingué Biello.

Finalement, Hassoun Camara pourrait revenir au jeu en disputant quelques minutes, en deuxième mi-temps.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer