• Accueil > 
  • Sports > 
  • Soccer 
  • > Impact: la tête à New York, un dernier regard vers Toronto 

Impact: la tête à New York, un dernier regard vers Toronto

Dominic Oduro (7) et ses coéquipiers ont trouvé... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Dominic Oduro (7) et ses coéquipiers ont trouvé des éléments à améliorer dans les matchs à venir.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La séance de récupération, à base de petits jeux et de confrontations de tennis-ballon, a été riche en sourires, hier, à la Caserne Letourneux. Mais l'apparente bonne humeur n'a pas empêché les joueurs de l'Impact de revenir avec lucidité sur leur accroc subi contre le Toronto FC (2-0), samedi.

«Nous avons une bonne équipe. Un mauvais match ne définit pas notre saison et ne dépeint pas le style de jeu que nous jouons. On sait tous que ce n'était pas assez bon et que nous n'avons pas bien attaqué, a résumé Dominic Oduro. [Hier était] une bonne journée pour tout oublier. Après, ce sera le temps de regarder un peu de vidéos, puis d'affronter New York [demain].»

En se présentant devant les médias, hier, Oduro et compagnie ont chacun, depuis leur propre perspective sur le terrain, trouvé des éléments à améliorer dans les matchs à venir. Celui qui saute aux yeux est évidemment le manque de relais lorsque Didier Drogba et Nacho Piatti, privés d'espace et de ballon, ne sont pas parvenus à faire la différence. Les autres joueurs offensifs ont souvent été trop attentistes et trop prévisibles dans leur façon de trouver le duo de joueurs désignés.

«Il faut avoir un plan B. Tout le monde va bloquer le milieu pour limiter les espaces à Nacho et Didier. Donc, sur les centres, il ne faut pas compter seulement sur la présence de Didier dans la surface, a commenté Patrice Bernier. Si on a le numéro 8, le numéro 10, l'autre ailier et que le ballon ne va pas à Didier, il ira à quelqu'un d'autre. Dans le dernier tiers, les gars doivent se diriger vers le but et ne pas attendre que quelqu'un fasse quelque chose de magique » 

«Il faut être plus agressif dans la surface et avoir plus de volonté de marquer. Les buts doivent venir d'autres joueurs et pas juste de deux gars dont on sait tous qu'ils peuvent faire la différence.»

D'une voix calme et posée, Ambroise Oyongo, pas exempt de tout reproche samedi, a mis le doigt sur les manques de concentration en défense. Pour le deuxième match consécutif, Victor Cabrera est apparu en deçà de son niveau et particulièrement naïf dans son intervention sur Jozy Altidore. 

«On s'est projeté vite vers l'avant en oubliant qu'il fallait aussi défendre. Sur le penalty, je pense qu'on devait penser à défendre debout plutôt que sur le sol. C'est plus difficile de prendre un ballon quand tu tacles, surtout dans la surface. Il faut corriger tout ça pour gagner le match de [demain] à New York.»

«Quelques changements»

Le défenseur argentin pourrait-il céder sa place à Wandrille Lefèvre, demain, sur la pelouse du New York City FC, tandis que l'Impact disputera deux matchs cette semaine? L'idée a effleuré l'esprit de Mauro Biello qui, plus généralement, n'a pas caché son désir d'effectuer «quelques changements». Il n'y a, par contre, aucun suspense chez les arrières latéraux avec les blessures de Donny Toia et de Camara, qui devait subir plusieurs examens, hier. Maxim Tissot obtiendra donc une première titularisation de la saison. 

«Ce n'était pas un moment facile pour entrer, mais il a bien fait [contre Toronto]. Est-ce qu'il peut en donner plus? Oui, je le pense, au niveau de sa qualité de centres. Il y a des choses qu'il est capable de faire et je suis sûr qu'il sera prêt pour y parvenir», a estimé l'entraîneur montréalais.

Toujours chez les blessés, Lucas Ontivero et Anthony Jackson-Hamel ne feront pas le déplacement dans l'antre du NYCFC, dernier de classe de l'Association de l'Est. Malgré de grandes ambitions propulsées par d'importants moyens, les New-Yorkais n'ont pas remporté le moindre match depuis le premier week-end, à Chicago. Même les rendez-vous au Yankee Stadium ont été difficiles pour les hommes de Patrick Vieira.

«C'est toujours délicat quand une équipe traverse un passage difficile et qu'elle ne gagne pas. Ils pourraient commencer avec beaucoup d'agressivité ou peut-être jouer de manière très tactique, a précisé Oduro. Mais ça ne compte pas que tu sois premier ou dernier au classement. Tu dois te battre pour gagner. Ça devra être notre mentalité à New York.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer