Impact: saine concurrence chez les latéraux

Hassoun Camara, Donny Toia et Ambroise Oyongo... (Photos USA Today et La Presse)

Agrandir

Hassoun Camara, Donny Toia et Ambroise Oyongo

Photos USA Today et La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est un beau problème, quasiment un luxe que l'Impact a rarement eu dans sa jeune histoire en MLS. Après la victoire contre le Crew de Columbus, au cours de laquelle les arrières droits ont joué un rôle majeur, Mauro Biello devra trancher dans la hiérarchie des latéraux.

Sur le terrain du Fire de Chicago, samedi, il devra choisir entre Hassoun Camara, buteur et de retour à un bon niveau après plusieurs blessures, Ambroise Oyongo, passeur décisif et toujours volontaire offensivement, ainsi que Donny Toia, au profil certes plus défensif, mais dont les défaillances sont très rares.

«Si je regarde le match contre Columbus, Hassoun est plus grand et plus fort au niveau des jeux arrêtés. Cela donne un autre élément quand il joue. Oyongo pousse un peu plus en attaque. J'ai des choix avec mes quatre arrières latéraux. Ils sont différents, mais ils apportent tous quelque chose qui peut aider l'équipe», s'est réjoui l'entraîneur montréalais, hier après-midi, au terme d'un entraînement pluvieux.

Ce beau casse-tête de la profondeur est indispensable dans le cadre d'une longue saison de MLS. Les blessures, les suspensions, le calendrier parfois déséquilibré et les convocations internationales obligent les équipes à posséder de telles options sur leur banc.

Le dernier cas de figure ne concerne qu'Oyongo, dont la sélection du Cameroun disputera deux matchs en mai et en juin. Un autre rendez-vous international est aussi programmé au tout début du mois de septembre.

Alors qu'il aurait pu voir son but contre le Crew comme une belle revanche personnelle sur une année 2015 délicate («Je ne suis pas encore à 100% et je sais que je peux faire encore mieux»), Camara a encensé celui qui a pris sa place en cours de match.

«Je tiens vraiment à dire qu'ici, on est un groupe. Quand Ambroise joue, je suis aussi content que lorsque c'est moi. Il a mis une belle passe décisive, et j'étais très heureux sur le banc.»

«À la fin, c'est collectivement qu'on y arrivera, et des garçons comme Nacho [Piatti] ou Didier [Drogba] sont aussi importants que Jérémy [Gagnon-Laparé]», a insisté le Français.

Plus offensif

Le dossier des latéraux, en ce début d'année, ne se limite pas seulement au choix des individus. Au cours du camp d'entraînement, l'entraîneur montréalais avait lancé un bon défi à ses hommes de couloir. En leur demandant une plus grande contribution offensive, il avait espéré qu'ils délivrent autour de quatre ou cinq passes décisives cette saison et, par extension, qu'ils effectuent davantage de centres.

L'an dernier, Oyongo dominait cette catégorie chez l'Impact avec 40 centres - 15e chez les défenseurs de la MLS - tandis que Toia n'en comptait que 15. Dans tous les cas, les deux hommes se retrouvaient à des années-lumière de Chris Tierney, du Revolution de la Nouvelle-Angleterre, auteur de 139 centres.

Même si l'échantillon est encore faible, on retrouve les trois latéraux parmi les quatre meilleurs centreurs du club. Après cinq matchs, Oyongo et Toia comptent déjà une passe décisive au compteur - même si Piatti a fait une très grande partie du travail sur celle de l'Américain.

«C'est un peu notre système de pousser plus avec les latéraux et de créer un surnombre. Quand on aura un gars comme Didier qui va être dans la boîte, cela peut nous aider au niveau de nos centres.»

«Les équipes connaissent la qualité de Nacho et ont beaucoup resserré sur lui, comme lors des deux ou trois derniers matchs. Il faut offrir d'autres alternatives aussi en essayant d'écarter au maximum pour offrir de l'espace à nos milieux de terrain», a poursuivi Camara.

«Nos milieux ont cette capacité à rentrer vers l'intérieur et à percuter vers le centre. Nous, on doit juste s'adapter à eux. S'ils restent à l'extérieur, on reste un peu en retrait et s'ils rentrent, on peut apporter notre supériorité sur les côtés. Ça ne me pose pas de problème.»

Oyongo prêt pour 90 minutes

Sauf en cas de force majeure, les entraîneurs modifient rarement leur quatuor défensif en cours de match. Parce que Camara avait multiplié les courses dans son couloir, samedi, et que le rapide ailier Cedrick Mabwati s'apprêtait à entrer en jeu, Biello a cependant remplacé Camara par Oyongo, un élément «un peu plus mobile dans ces situations».

De retour d'une blessure à un genou, le Camerounais est maintenant prêt à disputer 90 minutes. Hier, il a justement fini l'entraînement en faisant du «temps supplémentaire» au chapitre... des centres.

_____________________________________

Donadel de retour à l'entraînement

Marco Donadel a participé à la séance d'hier, après avoir soigné une blessure à une jambe. «À la fin, il m'a dit qu'il ne ressentait aucune douleur. C'est bon et on espère maintenant le réintégrer à 100% [aujourd'hui]», a prévu Biello.

De son côté, Cameron Porter s'est contenté de quelques tours de terrain. «Il avait subi une blessure à la fin du camp et il l'a aggravée ensuite, il y a quelques semaines, a rappelé l'entraîneur. Ç'a un peu freiné sa réhabilitation.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer