Impact: la cohésion entre Cabrera et Ciman s'accentue

Victor Cabrera et Laurent Ciman communiquent en français, en... (PHOTO DARRYL DYCK, ARCHIVES PC)

Agrandir

Victor Cabrera et Laurent Ciman communiquent en français, en anglais, en espagnol, ou en utilisant des signes.

PHOTO DARRYL DYCK, ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Michel Lamarche

L'entraîneur-chef par intérim Mauro Biello a parlé, vendredi, de l'importance de présenter une défensive compacte lors du deuxième match de la série aller-retour entre l'Impact de Montréal et le Crew de Columbus dimanche. Pour y arriver, le tandem central que forment le Belge Laurent Ciman et l'Argentin Victor Cabrera devra, de nouveau, jouer avec cohésion.

Prêté par le club argentin River Plate en début d'année, le jeune défenseur de 22 ans semble avoir gagné en confiance au cours des dernières semaines, et parvient à communiquer avec Ciman malgré les barrières de langage.

«On se parle en français, en anglais, en espagnol, ou en utilisant des signes, a raconté Cabrera, avec la collaboration d'un traducteur, après l'entraînement de l'Impact vendredi midi.

«On essaie de se comprendre sur le terrain et on y arrive. Ça va bien parce que l'équipe va bien, et ça aide quand l'équipe connaît du succès car il y a moins de choses à discuter sur le terrain», a-t-il ajouté.

Lors de sa rencontre avec les médias, Biello a été invité à parler de la contribution de Cabrera et il n'a pas lésiné sur les éloges.

«Il a amené une agressivité qu'il a affichée dès le camp d'entraînement. C'est un jeune qui peut encore s'améliorer et grandir. En début de saison, on l'avait mis du côté droit parce qu'on avait des blessures, il a bien fait. Il a continué de grandir au milieu, dans l'axe, et il a eu de grandes performances pour nous.»

Le rendement de Cabrera peut surprendre compte tenu du fait qu'il n'est pas le défenseur le plus imposant, physiquement. Mais selon Biello, il compense grâce à d'autres atouts.

«Il a cette capacité d'anticiper le jeu, quand il utilise sa combativité, son anticipation, et c'est très difficile de le battre, a précisé Biello. Il est très fort à un contre un, il saute bien, il est a l'aise avec ses pieds. Il amène beaucoup de choses à la défense. Il était toujours contre l'un des meilleurs attaquants, et il a fait du bon travail. On est très content de lui.»

Reste maintenant à savoir si l'association entre l'Impact et Cabrera se poursuivra. À cet égard, il semble qu'il y ait un désir commun. Cabrera l'a manifesté et Biello a donné l'impression qu'il aimerait le voir avec l'équipe l'an prochain.

«Pour nous, il est quelqu'un d'important. On est très content de ce qu'il a amené cette année, et c'est sûr qu'après la saison, ils [les dirigeants] vont regarder ça», s'est toutefois limité à dire Biello, en faisant allusion à ses patrons.

Hâte de jouer

Les joueurs de l'Impact se trouvent dans une situation différente de celle de la semaine dernière en ce sens qu'ils n'auront pas joué pendant une semaine lorsqu'ils sauteront sur le terrain en fin d'après-midi, dimanche.

Biello a bien vu que ses joueurs commencent à afficher une certaine hâte de disputer le match retour face au Crew.

«On n'a pas l'habitude d'avoir des entraînements! Dernièrement, on avait un match après l'autre, a rigolé Biello.

«Je vois cet esprit, cette anxiété, mais une bonne anxiété dans le groupe qui veut jouer, qui veut gagner, qui veut franchir ce tour, et ça c'est une bonne chose. Mais en même temps, il faut gérer ses émotions dans les bons moments parce que ça va être un match important.»

Par ailleurs, Biello a assuré que Didier Drogba, tenu en échec dimanche dernier, est fin prêt pour ce duel.

«Il est dans un excellent état d'esprit. Il est comme un jeune qui veut jouer et bien faire pour son équipe. Il est prêt. Il a fait ce qu'il devait faire pour se préparer et il va être prêt pour ce match. Il est habitué de jouer dans des matchs et lors de grands moments», a rappelé Biello.

Ce dernier a par ailleurs tenu à rappeler que les succès de l'équipe ne dépendaient pas uniquement de l'Ivoirien.

«On sait que Didier peut compter, mais on a aussi d'autres joueurs qui peuvent faire la différence. Pas juste dans la phase offensive, mais aussi en défensive. On a eu de bonnes performances de nos gardiens, des défenseurs, des milieux de terrain. Au niveau collectif, quand le groupe se sent bien et que nous avons la contribution de tout le monde, ça nous renforce encore plus.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer