Pas de vainqueur dans le derby mancunien

Les deux capitaines, Wayne Rooney et Vincent Kompany, se félicitent après... (PHOTO JASON CAIRNDUFF, REUTERS)

Agrandir

Les deux capitaines, Wayne Rooney et Vincent Kompany, se félicitent après le dernier coup de sifflet.

PHOTO JASON CAIRNDUFF, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LONDRES

Auteur d'un match nul stérile sur la pelouse du grand rival de Manchester United, Manchester City a conservé la tête du Championnat d'Angleterre après la 11e journée, partageant toutefois la première place avec Arsenal, vainqueur samedi d'Everton.

Pas de roi à Manchester

Intense mais stérile. Voilà comment résumer ce 170e derby mancunien entre United et City dimanche (0-0).

Pas de vainqueur donc, ce qui reflète assez logiquement la physionomie d'une rencontre pauvre en occasions malgré le rythme élevé. Jesse Lingard, le jeune Anglais entré en jeu en seconde période, a bien touché la barre transversale sur un superbe ballon donné par Anthony Martial (85) et Joe Hart a bien détourné le tir de Chris Smalling (88).

Sur les dix dernières confrontations, 41 buts avaient été inscrits, mais dimanche, les attaquants sont restés muets. C'est même le premier 0-0 à Old Trafford entre les deux ennemis depuis 2004!

« C'était un match très tactique, malheureusement pas très plaisant à voir », a regretté le technicien chilien Manuel Pellegrini, à la fin de la rencontre. « C'était un match très dur », a confirmé l'entraîneur de ManU Luis van Gaal, « fier de [ses] joueurs, ils étaient concentrés pendant 90 minutes ».

Les Citizens ne réalisent toutefois pas une mauvaise opération à l'extérieur: avec ce point, les joueurs de Manuel Pellegrini reprennent la tête au classement, provisoirement occupée par Arsenal samedi, vainqueur sur sa pelouse de l'Emirates contre Everton.

City passe toutefois les Gunners grâce à une meilleure différence de buts sur Arsenal (+16 contre +10).

Les Red Devils de Luis van Gaal restent à deux longueurs des deux comeneurs.

Les Reds de Klopp au ralenti

Liverpool n'y arrive toujours pas. Arrivé le 8 octobre à la tête de Reds, l'entraîneur allemand Jürgen Klopp n'a toujours pas trouvé la solution pour faire gagner son équipe.

Dimanche contre Southampton, il pensait enfin tenir les trois points après l'ouverture du score du Belge Christian Benteke à l'entame du dernier quart d'heure (77), mais Sadio Mané est venu réduire les espoirs de Klopp à quatre minutes de la fin.

L'attaquant de Southampton a fêté son troisième but, puis a été exclu peu de temps après, pour un second carton en quelques minutes.

Le Liverpool de Klopp a donc encore besoin de se régler, après trois matches nuls consécutifs, deux en Premier League et un en Ligue des champions.

Kane redevient «HurriKane»

Révélation de la saison dernière (22 buts en championnat), Harry Kane n'était pas parvenu à reproduire les mêmes statistiques cette saison, avec une seule réalisation lors des neuf premières journées. Jusqu'à dimanche.

Son triplé à Bournemouth (5-1) permet à Tottenham de décrocher une précieuse victoire. Il récupère ainsi son surnom de «HurriKane», jeu de mot avec Hurricane, l'ouragan en anglais.

Bournemouth, l'un des promus, avait pourtant ouvert le score au bout 49 secondes, but le plus rapide de l'exercice en Angleterre! Mais les erreurs du gardien Artur Boruc, fautif sur trois des cinq buts adverses, a pesé très lourd dans le score final.

Pour Tottenham, ce succès est crucial pour la suite de la saison, après quatre matches de suite sans victoires, toutes compétitions confondues. Les coéquipiers de Kane remontent à la sixième place au classement.

Enfin une victoire pour Sunderland

Dernier club professionnel en Angleterre, sur 92, à ne pas encore avoir gagné un match de championnat cette saison, Sunderland a enfin pris trois points et de la plus belle des manières, en battant leur ennemi juré Newcastle (3-0) à domicile dans un Wear Tyne Derby enflammé.

La rencontre a été marquée par l'exclusion très sévère de Fabricio Collocini, pour les visiteurs suivie d'un penalty transformé par Adam Johnson juste avant la pause. C'est aussi un premier succès plus que savoureux pour Sam Allardyce, qui a remplacé Dick Advocaat sur le banc de Sunderland il y a deux semaines.

En revanche, pour Newcastle, l'embellie n'aura duré qu'un match, le week-end dernier face à Norwich (6-2).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer