Les séries si près, mais si loin pour l'Impact

L'entraîneur de l'Impact Mauro Biello devra puiser dans... (Photo Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

L'entraîneur de l'Impact Mauro Biello devra puiser dans un effectif réduit pour les deux prochains matchs.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Tandis que les activités de la MLS tourneront au ralenti cette semaine, l'Impact disputera deux matchs à l'issue desquels il pourrait obtenir sa qualification pour les séries éliminatoires. Mais il devra y arriver avec un effectif amputé de plusieurs éléments contre les Red Bulls de New York et les Rapids du Colorado, deux adversaires qui ne lui ont jamais réussi.

Quand et comment l'Impact peut-il se qualifier?

Au terme de la semaine, l'Impact aura disputé le même nombre de matchs qu'Orlando, la principale équipe à pouvoir l'empêcher de participer aux séries. Pour se qualifier sans attendre un faux pas des Floridiens - qui ne joueront pas avant le 16 octobre et qui croiseront New York City FC et l'Union de Philadelphie -, l'Impact doit remporter ses deux matchs de la semaine. À ses trois premières saisons, l'Impact n'a cependant jamais gagné sur le terrain des Red Bulls et dans l'altitude du Colorado. La pression commence-t-elle à monter dans le vestiaire montréalais? «Je ne pense pas que [la défaite à Orlando] ajoute une couche de pression supplémentaire. On a encore l'avantage et des matchs en main. On joue bien récemment et ç'a également été le cas à Orlando, a relativisé le gardien Evan Bush. On a dicté le tempo de la plupart des matchs et même si on n'a pu obtenir le résultat qu'on souhaitait, il reste quatre matchs pour y parvenir. On est encore dans le siège du conducteur.»

Peut-être, mais le calendrier n'a rien d'évident entre les matchs à l'extérieur et un ultime duel contre le rival Toronto FC. D'où la volonté de se remettre en selle rapidement après une première tentative infructueuse. «Même si on a perdu, ça va nous servir. À nous de nous projeter sur [demain] avec ce bagage-là. Quand vous partez avec un petit peu de regrets et le sentiment du devoir inachevé, vous devez être ensuite gonflés à bloc, et on va aller à New York pour gagner. On a toutes les qualités pour faire un grand match là-bas», a plaidé Hassoun Camara.

Quels seront les absents cette semaine?

L'entraîneur Mauro Biello devra puiser dans un effectif réduit pour les deux prochains matchs. Johan Venegas (Costa Rica), Wandrille Lefèvre, Maxim Tissot et Kyle Bekker (Canada) ont déjà rejoint leur sélection nationale, tandis qu'Ambroise Oyongo le fera dans la foulée du match à New York.

S'ils en sont à des étapes différentes, les éclopés Calum Mallace, Eric Miller et Justin Mapp ne sont pas prêts à revenir au jeu. «Notre profondeur va être mise à l'épreuve, mais c'est ce qu'on cherche. Les gars qui vont être alignés auront la responsabilité de bien faire», a expliqué Biello. Au moins, l'Impact récupérera Nacho Piatti, qui est revenu d'Argentine après des nouvelles positives sur l'état de santé de son père. Hier, le meneur a eu droit à un programme minceur à l'entraînement. Jouera, jouera pas à New York? «Il faut comprendre ce qu'il a vécu ces derniers jours et où il se situe sur le plan physique. Quand tu ne t'entraînes pas pendant 10 jours, c'est quelque chose qu'il faut jauger. Il faut le voir à l'entraînement un peu avant de décider», a émis Biello.

L'Impact peut-il gagner sans Drogba?

Avec son joueur désigné sur le banc au début du match, le secteur offensif montréalais a été quasi anémique. C'est avec l'entrée de Didier Drogba, à l'heure, puis avec la nécessité de revenir au score, que les Montréalais ont passé la vitesse supérieure. «Est-ce qu'il y a eu un manque de rythme en attaque? Oui, mais quand Didier est rentré, on en a amené un peu plus, a distingué Biello. Le fait est qu'il a été capable de tenir le ballon et d'emmener les deux milieux offensifs et les ailiers dans le match, grâce à sa force dos au jeu. [Dominic] Oduro est plus quelqu'un qui a tendance à chercher le ballon dans la profondeur.»

Biello espère que ses hommes retrouveront demain leur étincelle dans ce secteur du jeu, et qu'ils «finiront leurs actions par des tirs ou des centres».

«Il faudra être plus entreprenant offensivement, a poursuivi Patrice Bernier. On a réagi quand on était menés 2-1, mais si on avait pesé sur l'accélérateur plus tôt, on aurait peut-être pu aller chercher, nous, le 2-1. On a la qualité offensive pour le faire.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer