«La MLS est en pleine croissance»

Le Paris Saint-Germain, dont Zlatan Ibrahimovic (à gauche),... (Photo Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

Le Paris Saint-Germain, dont Zlatan Ibrahimovic (à gauche), s'est entraîné sous la canicule sur le terrain de l'Impact, rue Notre-Dame, jeudi. Le PSG affrontera Lyon, samedi, au stade Saputo pour l'obtention du Trophée des champions.

Photo Olivier Jean, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Zlatan Ibrahimovic, David Luiz, Javier Pastore, Thiago Silva... Normalement, la venue de ces grands noms du soccer à Montréal aurait attiré une horde de journalistes. Ils ont tous arpenté jeudi en soirée le terrain d'entraînement de l'Impact, rue Notre-Dame.

Mais à peu près au même moment, Didier Drogba était présenté à la foule et aux médias à quelques enjambées de là, au stade Saputo. Il fallait qu'il y ait beaucoup d'actualité soccer à Montréal en une seule journée pour que ces grands noms soient à peu près boudés par la presse locale.

«La venue de Didier ici est quelque chose de spécial», a admis son ancien coéquipier à Chelsea, David Luiz. Le joueur du Paris Saint-Germain (PSG) va disputer samedi au stade Saputo le Trophée des champions aux joueurs de l'Olympique lyonnais (OL). Cette compétition toute française a déjà été présentée à Montréal en 2009.

Luiz a disputé deux saisons avec l'Ivoirien à Londres. Ils ont gagné ensemble le trophée de la Ligue des champions en 2012. Ils étaient amis. Ils avaient même une poignée de main secrète.

«La MLS est en pleine croissance. Je pense que cette Ligue représente l'avenir pour beaucoup, beaucoup de joueurs, a dit le défenseur brésilien. En Amérique, quand on veut réussir quelque chose, on le fait. On sait monter un spectacle, créer une belle atmosphère.»

Le plus illustre coéquipier de Luiz au PSG aurait lui aussi des visées américaines. Zlatan Ibrahimovic entretient un flou sur la question. Récemment, il a déclaré que sa prochaine destination serait «une grande surprise». Les rumeurs l'envoient en MLS dès l'été 2016.

Mais le principal intéressé n'a pas voulu répondre aux questions des journalistes, comme la plupart de ses coéquipiers. Par leur attitude à l'endroit des médias, les joueurs du PSG font passer les hockeyeurs de la Ligue nationale de hockey pour des bavards invétérés.

Leur entraîneur a donné l'exemple. Laurent Blanc n'a pas rencontré les médias. Il n'a donc pas pu confirmer l'acquisition d'Ángel Di Maria rapportée jeudi par divers médias européens. Le milieu international argentin aurait été acquis à Manchester United pour la somme de 63 millions d'euros.

Lyon dégriffé contre le PSG?

Les quelques joueurs du PSG qui ont parlé aux médias ont insisté sur l'importance du match de samedi soir. Le PSG revient d'une saison magique où il a remporté à peu près tout, hormis la Ligue des champions.

Mais y aura-t-il un suspense samedi sur la pelouse du stade Saputo? Question difficile, alors que le PSG semble être bien au-dessus de tous ses rivaux en France.

La question se pose d'autant que l'OL connaît un passage difficile avant même de commencer sa saison. La défaite de 6-0 en match amical samedi contre Arsenal ne laisse présager rien de bon pour les Lyonnais, qui ont perdu durant la partie le milieu Clément Grenier, victime d'une rupture d'un tendon. Il sera absent pour quatre mois.

Il ne sera pas le seul Lyonnais invisible samedi au stade Saputo. L'attaquant Nabil Fekir, suspendu, n'y sera pas. Pas plus que le président du club, Jean-Michel Aulas, qui boycotte le match. Pourquoi? Il avait demandé au président du PSG une exception pour permettre à Fekir de jouer, «pour le spectacle, pour le foot». Le PSG a refusé. Aulas est resté chez lui.

Dans ces circonstances difficiles, l'OL peut-il remporter ce trophée qui oppose normalement le vainqueur du championnat français à celui de la Coupe de France? Preuve de la domination parisienne: le PSG a remporté le championnat et la Coupe la saison dernière. Les Lyonnais sont du match en vertu de leur deuxième place au championnat.

Dans sa dernière édition, France Football avance en éditorial que l'OL représente «l'unique obstacle susceptible de perturber l'hégémonie nationale du PSG dans les années qui viennent».

«L'affrontement de [samedi] à Montréal entre les deux rivaux va bien au-delà du simple symbole, assure Gérard Ejnès, directeur de la rédaction de l'hebdomadaire. Il est le début d'un bras de fer qui nous réserve peut-être quelques surprises.»

À l'issue du match de samedi, le PSG pourrait gagner son troisième Trophée des champions d'affilée. Mais ce match pourrait aussi donner un aperçu de la saison à venir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer