• Accueil > 
  • Sports > 
  • Soccer 
  • > Mondial 2026: la FIFA suspend le processus de candidature 

Mondial 2026: la FIFA suspend le processus de candidature

S'il était élu à la tête de la... (Photo: AFP.)

Agrandir

S'il était élu à la tête de la FIFA, Zico serait peut-être celui qui présiderait au Mondial-2026, pour lequel le processus d'enregistrement des candidatures a été suspendu.

Photo: AFP.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Éric Bernaudeau
Agence France-Presse
Lausanne, Suisse

Pressée de toutes parts, la FIFA a suspendu mercredi le processus d'attribution du Mondial-2026, alors qu'en coulisses la justice suisse a poursuivi au grand jour son enquête sur les soupçons de corruption autour des Mondiaux 2018 et 2022 et que Zico, le «Pelé blanc», a annoncé son intention de succéder à Blatter.

Une semaine après la démission de son ex-inamovible président, le Suisse Joseph Blatter, contraint de lâcher la barre quatre jours à peine après sa réélection à un cinquième mandat, la FIFA a en effet enregistré une nouvelle candidature à la succession du Suisse de 79 ans avec Zico.

«Je m'en sens capable», a déclaré le Brésilien de 62 ans à Rio de Janeiro. Mais «c'est sûr que certaines règles devront changer (car) la manière dont se font les candidatures laisse présumer de la corruption qui nous afflige dans le sport», a ajouté celui qui a symbolisé à merveille le «jogo bonito» de la Seleçao des années 1970-80, malgré trois Coupes du monde perdues.

S'il était élu à la tête de la FIFA, Zico serait peut-être celui qui présiderait au Mondial-2026, pour lequel le processus d'enregistrement des candidatures a été suspendu mercredi, «en raison de la situation actuelle», a pudiquement annoncé mercredi l'institution qui dirige le football mondial, dans un communiqué surprise.

Annoncé pour juillet, un comité exécutif extraordinaire décidera sans doute des modalités de reprise de ce processus, de même qu'il fixera la date du congrès électif, prévu entre décembre 2015 et mars 2016, pour élire le successeur de Blatter.

«Ça ne me surprend pas, c'est normal», a aussitôt réagi Michel Platini, le président de l'UEFA, lors de la conférence de presse organisée à Paris à un an de l'Euro-2016 en France, à l'annonce de cette suspension.

 

- Zico après le Prince Ali -

 

Mais l'ancien meneur de jeu de la Juventus Turin a refusé de commenter plus avant la situation actuelle à la FIFA et son éventuelle candidature au poste de patron du foot mondial, face à Zico et au prince jordanien Ali, les deux candidats affichés: «Ce n'est ni le moment ni le lieu», a-t-il insisté.

La désignation du pays hôte du Mondial-2026 devait initialement intervenir lors d'un congrès de la FIFA en 2017, à Kuala Lumpur. Pour l'instant, cette date n'est pas encore remise en cause.

Avec les Mondiaux 2018 et 2022, attribués respectivement à la Russie et au Qatar, ce sont donc les trois prochaines Coupes du monde qui sont désormais impactées par les enquêtes judiciaires en cours des deux côtés de l'Atlantique.

Mais contrairement aux jours précédents, ce n'est pas l'enquête américaine qui a rebondi, cette enquête ouverte avec fracas le 27 mai par l'arrestation de 14 dirigeants et partenaires de la FIFA, dans une vaste affaire de corruption supposée remontant jusqu'aux années 1990.

Si l'instance qui dirige le football mondial a été contrainte de remettre des documents informatiques mercredi, c'est par la justice suisse, dans le cadre de l'enquête criminelle contre X ouverte pour des soupçons d'irrégularités lors de l'attribution des Coupes du monde 2018 et 2022, respectivement à la Russie et au Qatar.

Ironie du sort, cette enquête ouverte le 10 mars l'avait été suite à une plainte de la FIFA elle-même en novembre.

 

- 'Protéger' les coupes du monde -

 

Ni la FIFA, ni le porte-parole du ministère public suisse n'ont précisé la teneur de ces documents, les deux sources soulignant bien cependant que ceux-ci avaient été remis et non saisis. Selon la BBC, il s'agirait de documents concernant le président démissionnaire Blatter, son secrétaire général, le Français Jérôme Valcke, et le directeur financier Markus Kattner.

Ce même Valcke se trouvait en Russie mercredi, à Samara, où il une nouvelle fois nié les accusations visant le Mondial 2018.

«Les Coupes du monde doivent être protégées, car elles sont la base de l'activité de la FIFA», a plaidé le N.2 de la FIFA, à Samara: «La Russie a gagné honnêtement le droit d'accueillir le Mondial-2018 et il faudrait être fou pour dire que tout a été acheté».

Dimanche, dans l'hebdomadaire suisse Sonntagszeitung, le président du comité d'audit de la FIFA, Domenico Scala, avait certes déclaré que «s'il existe des preuves que le Qatar et la Russie ont obtenu (la Coupe du monde) grâce seulement aux pots-de-vin, alors elle pourrait leur être retirée». Mais il avait aussitôt ajouté que «ces preuves n'ont pas été fournies» jusqu'à présent.

Pour les pays intéressés par le Mondial 2026, dont le Maroc, les s-Unis, le Canada, le Mexique et tout récemment le Kazakhstan, il est donc désormais urgent d'attendre les futures décisions de la FIFA.

Une chose est cependant déjà certaine: le Mondial-2026 ne sera pas attribué par le comité exécutif de la FIFA, c'est-à-dire son gouvernement, actuellement composé de 28 membres, comme cela avait été le cas pour les Mondiaux 2018 et 2022, mais par l'ensemble des membres du congrès de la FIFA. Soit les 209 fédérations affiliées à la FIFA.

Cette réforme du mode de scrutin pour la désignation des pays hôtes des futures Coupes du monde avait notamment été demandée par le président de la Fédération américaine de football, qui en mai 2014 en avait fait une condition à une nouvelle candidature de son pays.

 

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer