Impact: quel gardien contre Club América?

À moins d'un revirement de situation, l'Impact devra... (Photo Paul Chiasson, PC)

Agrandir

À moins d'un revirement de situation, l'Impact devra composer sans son gardien Evan Bush, mercredi.

Photo Paul Chiasson, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À quelques jours du match le plus déterminant de leur histoire, les Montréalais se seraient bien passés de la confusion qui règne quant à l'identité du gardien qui affrontera Club América. Parce que l'appel concernant la suspension d'Evan Bush a très peu de chances d'aboutir, l'Impact est encore en quête d'une solution qui ne l'affaiblirait pas trop, mercredi.

Hier soir, Sports Illustrated a cependant tué la rumeur voulant que le gardien du Fire de Chicago, Sean Johnson, soit prêté à l'Impact. «Il n'y a rien de nouveau dans le dossier. Nous attendons encore des nouvelles pour Bush et, en attendant, on étudie toutes nos options», a aussi indiqué un porte-parole de l'équipe à La Presse, dans la soirée.

Selon les règlements de la MLS, les prêts intraligue ne concernent que les joueurs de 24 ans ou moins. Les gardiens qui entrent dans cette catégorie sont soit des titulaires intouchables au sein de leur club, soit des éléments qui n'ont pas forcément plus d'expérience que Maxim Crépeau ou John Smits. Un joueur prêté doit également rester avec sa nouvelle équipe durant le reste de la saison. Ceci étant dit, la MLS s'est souvent démarquée par l'hyper-flexibilité de ses règlements, au grand dam des observateurs et partisans.

À l'interne, l'option Smits - prêté par le FC Edmonton - n'est désormais plus la seule, puisque Crépeau, blessé à une épaule depuis le mois de février, a retrouvé ses coéquipiers à l'entraînement, ce week-end. On peut toutefois s'interroger sur le risque d'aligner un gardien qui n'a pas disputé la moindre minute dans la MLS et qui accuse un manque flagrant de rythme. Son dernier match, disputé dans le cadre de la défunte Ligue réserve, remonte au 1er septembre.

«Nous avons confiance en lui, a répliqué Frank Klopas. Il faut bien commencer quelque part, et si c'est une finale, pourquoi pas? J'aurais envie de disputer une finale dans un stade plein et dans ma ville. Il faudra voir s'il est prêt à jouer, mais au moins, il s'est entraîné sans problème avec nous [samedi]. Et même s'il n'était pas au Mexique avec nous, il a pu s'entraîner avec l'équipe d'USL.»

Silence troublant

L'Impact n'a évidemment pas attendu la décision de la CONCACAF pour élaborer différents scénarios. L'optimisme n'est de toute façon pas de rigueur, puisque les règlements de la Confédération empêchent la révision d'une décision arbitrale prise dans le cours du jeu. Il n'empêche que le silence de la CONCACAF, peu importe la décision, est troublant quand on connaît l'enjeu du match retour de la finale de la Ligue des champions. «Je ne suis pas surpris [par la lenteur du processus] puisque les appels peuvent parfois prendre du temps, a exposé Bush. Mais j'aimerais avoir une décision plus tôt que tard afin que je puisse me préparer et que l'équipe puisse se préparer.»

Le gardien américain était encore dubitatif par rapport à son carton jaune reçu dans les dernières minutes au stade Azteca. «Je crois que je n'ai rien fait de mal et je ne parle pas seulement de ce match. Au Costa Rica, je n'aurais jamais dû être averti, car cela n'a pas de sens de vouloir gagner du temps [sur un dégagement aux six mètres] à la trentième minute. C'est cette succession d'évènements qui nous placent dans cette position, aujourd'hui.»

Lourde perte

Bush a joué un rôle capital dans le parcours de Ligue des champions et dans l'obtention du match nul de 1-1, mercredi, en sol mexicain. Si sa perte est un coup dur, les entraîneurs montréalais ont continué leur préparation comme si de rien n'était. «Nous avons déjà dû composer avec certaines pertes auparavant, a expliqué Klopas. América s'est aussi passé de son gardien [Moisés] Munoz, qui est revenu au jeu contre nous. Des fois, une équipe traverse ce genre de situation, mais le collectif prime et d'autres joueurs doivent prendre le relais et avoir de bonnes performances.»

Avant l'entraînement, hier matin, Hassoun Camara a foulé la pelouse du stade Saputo avec un bandage au genou droit. Le longiligne arrière droit l'a ensuite enlevé lorsque la séance collective a démarré. Sera-t-il suffisamment remis pour jouer, mercredi? Voilà une autre interrogation dont Klopas se serait bien passée, ces derniers jours...

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer