Impact: les premières minutes seront cruciales

L'Impact poursuit depuis samedi sa préparation en vue... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

L'Impact poursuit depuis samedi sa préparation en vue du match retour contre Alajuelense, disputé demain au Costa Rica.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Alajuela, Costa Rica) Au moins, l'Impact est prévenu: Alajuelense a l'habitude de démarrer les matchs en force dans son stade Alejandro Morera Soto.

En phase de groupe de la Ligue des champions, les Costaricains ont inscrit leurs deux buts dans le premier quart d'heure. En quarts de finale, ils ont ensuite assommé DC United avec une avance de 3-1 après 27 minutes de jeu. Finalement, après leur défaite à Montréal, ils ont atomisé Belén, en championnat, en marquant à quatre reprises dès la première mi-temps.

Dans la préparation montréalaise, qui se poursuit depuis samedi dans un cadre costaricain paradisiaque, une attention toute particulière est portée à ces premiers instants. «Le plus important sera de ne pas encaisser de buts durant les 15 ou 20 premières minutes car, d'après moi, c'est là que le match va se décider, a résumé Maxim Tissot. Si on est capable de bien tenir, ça va devenir une course contre la montre pour eux et on aura des chances de marquer.»

Fort de son avance de 2-0 acquis le 18 mars, l'Impact a envisagé une foule de scénarios pour ce rendez-vous disputé à guichets fermés. Cela va de l'entame parfaite, avec une ouverture du score rapide - dans la tradition de l'épopée continentale de 2008-2009 -, à un but d'Alajuelense qui aurait l'effet d'accentuer rapidement la pression. Dans les deux cas, les entraîneurs veulent éviter que l'émotion submerge le onze montréalais.

«On a parlé de tout ça avec les joueurs. Si on prend un but ou si un souffre, on ne doit rien changer dans notre travail, a assuré Biello. Il faut être fort. Il faut rester concentrés sur ce que l'on doit faire et ne pas changer le plan de match. C'est pareil si on marque tôt, on ne doit pas penser au résultat final, mais rester dans l'instant.»

Rappelons que l'Impact, s'il marque une fois, se qualifierait même avec une défaite encaissée par deux buts d'écart. L'importance du dosage entre une défense étanche et une attaque efficace est d'ailleurs encore revenue dans les discours, hier.

Du repos pour les titulaires

Sitôt arrivés à San José, samedi soir, Frank Klopas et Adam Braz ont mis le cap vers le sud-est de la capitale afin d'assister au match d'Alajuelense à Cartago. Il est cependant difficile d'en tirer de grands enseignements tant les contours de «La Liga» étaient différents de ceux qui ont affronté l'Impact.

Battu 3-1, Alajuelense avait déjà la tête à la Ligue des champions. «C'était un match sur la route au cours duquel ils ont reposé beaucoup de titulaires habituels, a précisé Biello. C'était une partie physique avec beaucoup de contact. On s'attend à la même chose [demain].» La plupart des titulaires costaricains ont donc bénéficié d'un calendrier allégé depuis la demi-finale aller. Le week-end dernier, leur match contre Heredia avait déjà été repoussé.

Duka se sent bien

Héros à Pachuca grâce à son doublé, Dilly Duka a indiqué ne plus ressentir la moindre gêne à une cuisse. Absent en Nouvelle-Angleterre et contre Orlando, le milieu gauche est prêt à accomplir la mission qui lui sera confiée.

«Je m'entraîne depuis quelques jours et si j'ai l'occasion de jouer, je vais le faire en me donnant à 100%. Je m'étais blessé au quadriceps quelques jours avant le match aller contre Alajuelense, mais cette série de Ligue des champions est très importante. J'ai pris une pause, car c'est capital que tout le monde soit en santé pour ce duel.»

On peut imaginer qu'il entreprendra le match avec, en deuxième mi-temps, l'entrée de Tissot sur ce côté gauche.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer