L'Argentine, terre fertile pour l'Impact

Après l'arrivée d'Ignacio Piatti l'été dernier, l'Impact espère... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Après l'arrivée d'Ignacio Piatti l'été dernier, l'Impact espère dénicher un autre milieu de terrain prochainement. Et c'est en Amérique du Sud, notamment en Argentine, que le club montréalais concentre ses recherches.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La colonie sud-américaine devrait prendre un peu plus d'épaisseur chez l'Impact au cours de la prochaine saison. Lors de leur récent périple, Nick De Santis puis Frank Klopas ont étudié plusieurs pistes qui pourraient bientôt déboucher sur des arrivées.

Des pistes et des rumeurs

En Argentine, Nick De Santis a assisté à huit rencontres et s'est notamment concentré sur la recherche d'un milieu axial. Dans la lignée des besoins énoncés par Frank Klopas, il a également scruté quelques défenseurs centraux. «C'est un peu plus compliqué. On a vu des jeunes, car c'est évident que les défenseurs de grande qualité coûtent beaucoup d'argent. Pour les jeunes, on verra si on peut en avoir en prêt», a indiqué le directeur du développement des affaires internationales en entrevue téléphonique.

Le voyage sud-américain s'est conclu par un crochet en Équateur où Klopas et lui ont suivi, pendant deux jours, un défenseur central. Et le poste d'attaquant? Il balaie du revers de la main le cas Diego Milito. «Ce n'est qu'une rumeur. Notre priorité, c'est le milieu axial et la défense centrale.»

Quant aux premières signatures des joueurs, l'Impact comprend l'impatience du public, mais ne compte pas précipiter les événements. «C'est sûr que l'on veut engager des joueurs, mais on doit aussi faire les vérifications nécessaires, car ce seront des joueurs très importants pour le club. On veut faire tous nos devoirs pour essayer de prendre des joueurs qui vont aider l'équipe.»

Piatti va bien

Opéré le 5 novembre pour traiter une tendinite au genou gauche, Ignacio Piatti a déjà recommencé à marcher. Le numéro 10, qui est en communication constante avec le club, recevra la visite des thérapeutes montréalais à Buenos Aires, un mois avant le début du camp d'entraînement. Lors de son passage dans la capitale argentine, De Santis a passé quelques jours avec l'ancienne idole de San Lorenzo et constaté son immense popularité. Malgré les obstacles, sa possible présence au Mondial des clubs a fait débat jusqu'au jour de l'opération.

«Beaucoup de gens lui demandaient s'il allait y être et Ignacio a été très habile à répondre: "On ne sait pas encore, j'ai un peu de douleur au genou." Mais il ne ressentait aucune pression d'y participer. Avant sa blessure, on croyait que c'était une bonne idée qu'il fasse le Mondial, car il n'est pas habitué à rester trois mois sans jouer. Cela lui aurait permis de se remettre en forme et de bien se préparer pour le camp.»

Un marché intéressant

Outre l'Impact, les joueurs argentins intéressent de nombreux autres clubs de la MLS. Pour preuve: dès sa première conférence de presse avec le Dynamo de Houston, le nouveau directeur général et vice-président du club, Matt Jordan, a ciblé l'Argentine comme un terrain fertile pour le recrutement. Au niveau international, les marchés brésilien et argentin sont en effet les plus prisés par les équipes de la MLS. Selon le recensement annuel de la ligue, effectué au mois de mai, 18 joueurs venaient du pays de Lionel Messi.

Il n'est donc pas rare de croiser quelques concurrents à La Bombonera ou à l'Estadio Monumental. «Quand j'étais là-bas, il y avait les gens du New York City FC et ceux des Sounders de Seattle qui s'en allaient, a expliqué De Santis. Il y a presque toutes les équipes, mais ce n'est pas seulement la MLS qui suit ce marché. J'ai aussi rencontré des dirigeants de clubs européens.» Le poste de milieu offensif est le plus recherché après les succès des Javier Morales, Federico Higuain, Diego Valeri ou Mauro Diaz. 

«Quand on regarde les milieux (argentins) dans la MLS, ils parviennent à faire la différence. Que ce soit en tant que milieu offensif ou dans un rôle de deuxième attaquant, ils ont la capacité de changer l'allure d'un match. On l'a bien vu avec Piatti.»

_____________________________________________

L'Impact choisit un arrière gauche

L'Impact a jeté son dévolu sur un nouvel arrière gauche, hier, lors du repêchage de dissolution de Chivas USA. Avec le sixième choix, le club montréalais a sélectionné Donny Toia, 22 ans. Formé dans les structures du Real Salt Lake, le jeune défenseur a disputé 27 matchs la saison dernière en Californie. Son salaire s'élevait à 36 500 $ en 2014.

«C'est un bon défenseur avec une certaine expérience qui ne se retrouve habituellement pas chez un joueur de son âge, a indiqué Frank Klopas dans un communiqué. Il est un défenseur latéral gauche polyvalent qui peut aussi jouer sur le flanc droit. Nous aurons maintenant l'occasion de voir s'il peut bien cadrer avec l'équipe au prochain camp d'entraînement.»

Comme lors de son passage en USL Pro, en 2013, il peut également évoluer en tant que milieu latéral.

Au total, sept joueurs de Chivas USA ont été sélectionnés; sans surprise, Dan Kennedy s'est envolé au premier rang (FC Dallas). Les joueurs qui n'ont pas été choisis hier pourront participer au repêchage des joueurs disponibles, le 10 décembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer