Première défaite à domicile pour l'Impact

Le joueur de l'Impact Patrice Bernier recule alors... (Photo Peter McCabe, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le joueur de l'Impact Patrice Bernier recule alors que Dillon Powers saute pour prendre le ballon.

Photo Peter McCabe, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Toute bonne chose à une fin et, dans le cas de l'Impact, la soirée de samedi a marqué sa première défaite de la saison à domicile. Malgré un doublé de Daniele Paponi et une avance d'un but à quinze minutes de la fin du match, le onze montréalais s'est incliné par la marque de 4 à 3 devant les Rapids du Colorado.

Il est toutefois difficile de parler de hold-up tant l'Impact a connu des problèmes en milieu de terrain et des approximations défensives. De leur côté, les Rapids ont vite montré qu'ils n'étaient pas là pour faire de la figuration. Ils ont même ouvert le score à la 24e minute sur un coup franc de Dillon Powers repris de la tête par Atiba Harris. Powers, qui a bénéficié de trop d'espaces (58e), puis Deshorn Brown (77e), libre de tout marquage, ont ensuite permis aux Rapids de revenir au score par deux fois, en deuxième mi-temps. Tony Cascio a finalement planté la dernière banderille sur une contre-attaque, dans le temps additionnel. 

«J'ai vu une équipe avec beaucoup de coeur, de la volonté, mais j'ai aussi vu des fautes individuelles qui nous ont fait mal, a convenu Marco Schällibaum. Que peut-on faire? Les erreurs individuelles font partie du football.»

«On marque des buts, mais défensivement, on a péché en faisant trop d'erreurs et en accordant trop d'occasions, a ajouté Patrice Bernier. Malgré les trois buts, on n'a pas joué un grand match. On a perdu, la séquence (de victoires à domicile) est finie et on passe à autre chose.»

Toujours en tête de l'Association de l'Est avec 29 points, l'Impact a donc échappé ses premiers points au stade Saputo depuis le 14 avril. Durant cette série quatre succès de rang à domicile, l'Impact a cependant montré quelques lacunes défensives. Aurait-il dû afficher davantage de prudence en fin de match, samedi? Jeb Brovsky a balayé l'hypothèse du revers de la main. «On n'est jamais assez affamé à la fin d'un match. C'est un argument que les équipes faibles pourraient utiliser. Si tu n'es pas affamé pour remporter un match, que fais-tu sur le terrain? Maintenant, nous devons aller de l'avant, car nous sommes encore en bonne position avec des matchs en main.» 

Quelques bijoux

Pour la première fois de la saison, Marco Di Vaio n'a pas marqué lors d'un match de l'Impact, au stade Saputo. Qu'importe, son compatriote et ami Paponi a parfaitement pris le relais en inscrivant deux buts devant 20 383 témoins.

L'Italien a d'abord sévi à la 42e minute sur un service par Di Vaio. Le numéro 35 a crocheté son adversaire tout juste à l'extérieur de la surface avant d'envoyer une magnifique frappe dans le but de Clint Irwin. À la 72e minute, il a ensuite coupé la trajectoire d'un centre quasi miraculeux de Davy Arnaud. 

Avant Paponi, Hassoun Camara a encore trouvé le moyen d'inscrire un but qui sera forcément inclus dans les plus beaux moments de la saison 2013. Sur le dos, le défenseur français a d'abord effectué un jongle avant d'envoyer le ballon dans le but grâce à une bicyclette. Coïncidence ou pas, l'Impact a appuyé sur l'accélérateur au moment où Schällibaum avait envoyé tous ses remplaçants - incluant le gardien Evan Bush - à l'échauffement. La chose était en fait un message envoyé à quelques joueurs qui n'ont pas connu un grand soir.

«Je n'ai pas été tellement content avec (Andrea) Pisanu et (Andres) Romero), a avoué Schällibaum. Ils étaient un peu statiques et ils n'ont pas poussé. Des fois, il faut faire des signes comme entraîneur et, après, cela a été mieux.»

Le retour d'Arnaud

Absent depuis le 1er mai, Arnaud a fait son retour sur les applaudissements de la foule, en deuxième mi-temps. Le capitaine a rapidement fait sentir sa présence en étant l'auteur du centre décisif pour Paponi, mais sa fin de match a été moins glorieuse. Il a d'ailleurs avoué avoir fait une erreur sur la contre-attaque adverse ayant mené au quatrième but.

«J'ai essayé de revenir au centre et cela a été la mauvaise décision. Je me suis fait prendre le ballon et cela a conduit au dernier but. Je prends l'entière responsabilité pour ça.»

L'Impact se rendra maintenant à Toronto, mercredi, afin d'y affronter son rival canadien qui s'est incliné 1 à 0 devant le Real Salt Lake, samedi après-midi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer