L'impasse perdure après une courte rencontre entre proprios et joueurs

«Les propriétaires ont indiqué clairement qu'ils n'allaient pas... (Photo Louis Lanzano, Associated Press)

Agrandir

«Les propriétaires ont indiqué clairement qu'ils n'allaient pas modifier leurs propositions sans que les joueurs les acceptent - c'est ma phrase et non la leur - à la virgule près. Il n'y a rien à faire, il n'y a donc pas de négociations», a expliqué le directeur de l'AJLNH, Donald Fehr.

Photo Louis Lanzano, Associated Press

Partager

Sur le même thème

Ira Podell
Associated Press
New York

Les pourparlers ont repris rapidement dans la LNH, mais ont aussitôt pris fin. Maintenant, on ne sait pas quand les dirigeants du circuit et les représentants de l'Association des joueurs vont retourner à la table de négociation.

Après une pause d'un jour à la suite d'une série de discussions officielles cette semaine, les deux parties avaient recommencé à négocier dimanche. Toutefois, moins de 90 minutes après avoir commencé à discuter des enjeux concernant les contrats des joueurs, les négociations étaient terminées.

L'Association des joueurs (AJLNH) soutient que la LNH a reculé sur sa position et ne souhaitait plus négocier.

«Les propriétaires ont indiqué clairement qu'ils n'allaient pas modifier leurs propositions sans que les joueurs les acceptent - c'est ma phrase et non la leur - à la virgule près. Il n'y a rien à faire, il n'y a donc pas de négociations», a expliqué le directeur de l'AJLNH, Donald Fehr.

Aucune rencontre future n'a été prévue, mais les pourparlers pourraient reprendre lundi. Les deux parties devraient garder contact et si on décide de se rencontrer, les négociations auront lieu à Toronto, où les têtes pensantes de la LNH et de l'Association des joueurs se rendront afin d'assister aux cérémonies d'intronisation des nouveaux membres du Temple de la renommée.

«Les deux parties vont se parler, a mentionné Fehr. Je ne sais pas quand nous allons nous rencontrer à nouveau. Je crois que ce sera bientôt, mais je ne sais pas quand. Nous leur avons indiqué que lorsque les négociations vont reprendre, nous aimerions qu'elles aient lieu à Toronto, et bientôt. Nous nous sommes rendus là-bas puisque c'était pratique pour le personnel de la LNH et leur famille, surtout après le passage de l'ouragan. Maintenant, nous aimerions permettre aux personnes de notre groupe de retrouver leur famille.»

La LNH désire limiter la durée des contrats à cinq saisons, établir des règlements interdisant la création de contrats dont le salaire est sérieusement moins important à la fin afin de réduire l'impact sur le plafond salarial, empêcher les joueurs d'obtenir l'autonomie avant l'âge de 28 ans ou avant d'avoir complété huit saisons chez les pros, réduire la durée des contrats de recrues à deux saisons et permettre aux joueurs d'avoir droit à l'arbitrage après un minimum de cinq saisons.

L'adjoint au commissaire de la LNH Bill Daly a déclaré dimanche que les propriétaires lui ont indiqué que ces enjeux étaient absolument primordiaux afin d'en arriver à une entente. Même s'il est possible de négocier sur certains détails, le résultat en bout de ligne doit être le même.

«On peut dire qu'il y a eu des discussions sur ces enjeux et que les deux parties ont expliqué leur point de vue, mais nous n'avons pas progressé, a raconté Daly. J'aurais aimé les voir accepter notre position au cours de la semaine, sachant que c'est fondamental pour nous. Le message que nous avons reçu cette semaine est "nous connaissons votre offre et nous ne sommes pas prêts à l'accepter".»

Le lock-out est entré dans sa 57e journée et a déjà forcé l'annulation de 327 parties de saison régulière, dont la Classique hivernale. Le lock-out a entraîné l'annulation de la saison 2004-05.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer