Jean Béliveau est décédé

  • Jean Béliveau devant sa statue lors de l'inauguration de la place du Centenaire du Canadien, en 2008. (François Roy, La Presse)

    Plein écran

    Jean Béliveau devant sa statue lors de l'inauguration de la place du Centenaire du Canadien, en 2008.

    François Roy, La Presse

  • 1 / 28
  • Jean Béliveau verse du champagne dans la Coupe Stanley. (Roger St-Jean, La Presse)

    Plein écran

    Jean Béliveau verse du champagne dans la Coupe Stanley.

    Roger St-Jean, La Presse

  • 2 / 28
  • Jean Béliveau joue avec un jeune amateur chanceux. (Antoine Désilets, Archives La Presse)

    Plein écran

    Jean Béliveau joue avec un jeune amateur chanceux.

    Antoine Désilets, Archives La Presse

  • 3 / 28
  • Jean Béliveau dans le vestiaire après avoir marqué son 500e but. (Denis Brodeur)

    Plein écran

    Jean Béliveau dans le vestiaire après avoir marqué son 500e but.

    Denis Brodeur

  • 4 / 28
  • Jean Beliveau est nommé officier de l'Ordre national du Québec par le premier ministre Jean Charest, le 20 juin 2007, à l'Assemblée nationale. (PC)

    Plein écran

    Jean Beliveau est nommé officier de l'Ordre national du Québec par le premier ministre Jean Charest, le 20 juin 2007, à l'Assemblée nationale.

    PC

  • 5 / 28
  • L'entraîneur du Canadien Toe Blake et Jean Béliveau. (archives La Presse)

    Plein écran

    L'entraîneur du Canadien Toe Blake et Jean Béliveau.

    archives La Presse

  • 6 / 28
  • Jean Béliveau passe le flambeau à un jeune enfant avant un match des séries éliminatoires contre les Bruins de Boston, le 18 avril 2011, au Centre Bell. (André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    Jean Béliveau passe le flambeau à un jeune enfant avant un match des séries éliminatoires contre les Bruins de Boston, le 18 avril 2011, au Centre Bell.

    André Pichette, La Presse

  • 7 / 28
  • Jean Béliveau avec la Coupe Stanley de 1968. (Michel Gravel, Archives La Presse)

    Plein écran

    Jean Béliveau avec la Coupe Stanley de 1968.

    Michel Gravel, Archives La Presse

  • 8 / 28
  • Jean Béliveau en action contre les Flyers de Philadelphie. (Pierre McCann, La Presse)

    Plein écran

    Jean Béliveau en action contre les Flyers de Philadelphie.

    Pierre McCann, La Presse

  • 9 / 28
  • Jean Béliveau avec une guitare que le groupe Simple Plan a fourni pour un encan au profit de la Fondation Jean-Béliveau, en 2008. (Robert Mailloux, La Presse)

    Plein écran

    Jean Béliveau avec une guitare que le groupe Simple Plan a fourni pour un encan au profit de la Fondation Jean-Béliveau, en 2008.

    Robert Mailloux, La Presse

  • 10 / 28
  • Jean Béliveau avec Henri Richard (16) et Bernard Geoffrion (5) après une victoire en 1961. (Paul-Henri Talbot, Archives La Presse)

    Plein écran

    Jean Béliveau avec Henri Richard (16) et Bernard Geoffrion (5) après une victoire en 1961.

    Paul-Henri Talbot, Archives La Presse

  • 11 / 28
  • Jean Béliveau lors d'une rencontre avec le pape Paul VI. ()

    Plein écran

    Jean Béliveau lors d'une rencontre avec le pape Paul VI.

  • 12 / 28
  • Une des nombreuses rencontres de Jean Béliveau avec les médias. (François Roy, La Presse)

    Plein écran

    Une des nombreuses rencontres de Jean Béliveau avec les médias.

    François Roy, La Presse

  • 13 / 28
  • Jean Béliveau en 1961. (Jean-Yves Létourneau, Archives La Presse)

    Plein écran

    Jean Béliveau en 1961.

    Jean-Yves Létourneau, Archives La Presse

  • 14 / 28
  • Maurice Richard et Jean Béliveau avec la Coupe Stanley, après la victoire du Canadien en finale contre les Bruins de Boston, en 1956. (archives La Presse)

    Plein écran

    Maurice Richard et Jean Béliveau avec la Coupe Stanley, après la victoire du Canadien en finale contre les Bruins de Boston, en 1956.

    archives La Presse

  • 15 / 28
  • Jean Béliveau en compagnie de Gordie Howe avant une soirée hommage en son honneur, en 2007. (François Roy, La Presse)

    Plein écran

    Jean Béliveau en compagnie de Gordie Howe avant une soirée hommage en son honneur, en 2007.

    François Roy, La Presse

  • 16 / 28
  • Jean Béliveau répond aux questions des journalistes en 1971. (Pierre McCann, Archives La Presse)

    Plein écran

    Jean Béliveau répond aux questions des journalistes en 1971.

    Pierre McCann, Archives La Presse

  • 17 / 28
  • Jean Béliveau est photographié ici aux côtés de Jean-Guy Paquet alors qu'il vient de recevoir un doctorat honorifique à l'Université Laval. (Photo fournie par Jean-Guy Paquet)

    Plein écran

    Jean Béliveau est photographié ici aux côtés de Jean-Guy Paquet alors qu'il vient de recevoir un doctorat honorifique à l'Université Laval.

    Photo fournie par Jean-Guy Paquet

  • 18 / 28
  • Jean Béliveau après avoir reçu l'Ordre du Canada à Rideau Hall, en 1998. (Reuters)

    Plein écran

    Jean Béliveau après avoir reçu l'Ordre du Canada à Rideau Hall, en 1998.

    Reuters

  • 19 / 28
  • Jean Béliveau avec Henri Richard dans le vestiaire du Tricolore en 1965. (Michel Gravel, Archives La Presse)

    Plein écran

    Jean Béliveau avec Henri Richard dans le vestiaire du Tricolore en 1965.

    Michel Gravel, Archives La Presse

  • 20 / 28
  • Jean Béliveau discutant avec Bernard Geoffrion lors de l'annonce du retrait du chandail de ce dernier. ()

    Plein écran

    Jean Béliveau discutant avec Bernard Geoffrion lors de l'annonce du retrait du chandail de ce dernier.

  • 21 / 28
  • Jean Béiveau avec les As de Québec en 1951, avant la signature de son premier contrat avec le Canadien. (Archives La Presse)

    Plein écran

    Jean Béiveau avec les As de Québec en 1951, avant la signature de son premier contrat avec le Canadien.

    Archives La Presse

  • 22 / 28
  • Jean Béliveau et Maurice Richard lors du dernier match du Canadien au Forum de Montréal, le 11 mars 1996. (Bernard Brault, La Presse)

    Plein écran

    Jean Béliveau et Maurice Richard lors du dernier match du Canadien au Forum de Montréal, le 11 mars 1996.

    Bernard Brault, La Presse

  • 23 / 28
  • Jean Béliveau en convalescence chez lui en 1967. (Michel Gravel, La Presse)

    Plein écran

    Jean Béliveau en convalescence chez lui en 1967.

    Michel Gravel, La Presse

  • 24 / 28
  • Jean Béliveau reçoit une rondelle souvenir autographiée des mains du premier ministre du Canada Stephen Harper, en 2007. (François Roy, La Presse)

    Plein écran

    Jean Béliveau reçoit une rondelle souvenir autographiée des mains du premier ministre du Canada Stephen Harper, en 2007.

    François Roy, La Presse

  • 25 / 28
  • Jean Béliveau à l'ouverture du Forum Pepsi en 2001. (Rémi Lemée, La Presse)

    Plein écran

    Jean Béliveau à l'ouverture du Forum Pepsi en 2001.

    Rémi Lemée, La Presse

  • 26 / 28
  • Jean Béliveau félicite Patrick Roy durant la cérémonie du retrait de son chandail numéro 33 à Montral, le 22 novembre 2008. (Reuters)

    Plein écran

    Jean Béliveau félicite Patrick Roy durant la cérémonie du retrait de son chandail numéro 33 à Montral, le 22 novembre 2008.

    Reuters

  • 27 / 28
  • Jean Béliveau aux côtés de Bob Gainey, qui vient d'être nommé directeur général du Canadien, en 2003. (PC)

    Plein écran

    Jean Béliveau aux côtés de Bob Gainey, qui vient d'être nommé directeur général du Canadien, en 2003.

    PC

  • 28 / 28

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Canadien a perdu, mardi, son plus grand ambassadeur. Jean Béliveau est mort. Il était âgé de 83 ans.

>>> Dans La Presse+, consultez notre dossier spécial complet sur la vie et la carrière de Jean Béliveau en textes, photos et vidéos.

>>> Quel souvenir gardez-vous de Jean Béliveau?

«Jean Béliveau était le joueur de la Ligue nationale qui avait le plus de classe», a dit Rodrigue Gilbert, un ancien porte-couleurs des Rangers de New York, à l'occasion d'une soirée-hommage en l'honneur du «Gros Bill» en mars 2007. «Quand il recevait un trophée, il s'exprimait avec une grâce spéciale. Tous les joueurs l'admiraient. Il aurait pu être premier ministre du Canada.»

Premier ministre du Canada? Peut-être pas, mais Béliveau a été l'un des meilleurs joueurs de la Ligue nationale de hockey.

Excellent passeur et bon marqueur, l'élégant joueur de centre a cumulé 507 buts et 1219 points en 1125 rencontres en saison en plus de 79 buts et 97 passes en 162 matchs éliminatoires, tous sous les couleurs du Canadien. Il a ajouté 10 conquêtes de la Coupe Stanley, une de moins que le détenteur du record, Henri Richard.

Il a agi à titre de capitaine du CH pendant 10 ans, le plus long règne dans l'histoire de l'équipe plus que centenaire, à égalité avec Saku Koivu.

Quand il a pris sa retraite, en 1971, Béliveau était le meilleur pointeur du Canadien en saison régulière et le meilleur de la LNH en séries éliminatoires. Quarante-trois ans plus tard, son nom apparaît toujours parmi les meneurs de l'équipe en attaque.

Le numéro 4 a été retiré et hissé au plafond du Forum le 4 octobre 1971.

La LNH a fait fi de la période d'attente habituelle de trois ans en accueillant Béliveau dans son Temple de la renommée en 1972.

«Je déteste affronter Béliveau, a déjà dit Pierre Pilote, petit défenseur des Blackhawks de Chicago et quatre fois membre des équipes d'étoiles de la LNH. D'une main, il me neutralise et de l'autre, il continue de manier la rondelle comme si je n'existais pas.»

Quand la Ligue senior du Québec a acquis le statut de professionnelle, le Canadien a obtenu automatiquement les droits sur Béliveau, un attaquant de 6 pi 3 po. Le Trifluvien d'origine faisait un tabac avec les As de Québec et semblait peu désireux de se joindre au CH. Après s'être fait tirer l'oreille, en 1953, il a accepté un contrat de cinq ans, une durée inégalée à l'époque.

Il a disputé ses premiers matchs dans la LNH en 1950-1951 et terminé, quelques années plus tard, au troisième rang des compteurs du circuit. Il a été sacré meilleur pointeur de la ligue en 1955-1956, s'est vu attribuer le trophée Hart, décerné au joueur par excellence, et a conclu la saison par la conquête de la Coupe Stanley, la première de cinq de suite.

Cette saison-là, plus précisément le 5 novembre 1955, Béliveau a enfilé quatre buts aux dépens de Terry Sawchuk, des Bruins de Boston. Il a réussi un tour du chapeau en 44 secondes, pendant le même avantage numérique!

La saison suivante, en réaction aux succès du Canadien en supériorité numérique, la LNH a modifié le règlement. Ainsi, une punition mineure prenait fin dès que l'équipe marquait.

Béliveau a établi un record personnel de points, 91, en 1958-1959. Nommé capitaine en 1961 - de son propre aveu le plus grand honneur de sa carrière -, il a continué à récolter  les honneurs individuels et collectifs. En 1965, il a été sacré le premier lauréat du trophée Conn-Smythe, remis au joueur par excellence des séries éliminatoires.

Jean Béliveau portant la flamme des Canadiens lors... (Photo: Bernard Brault, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Jean Béliveau portant la flamme des Canadiens lors d'un match au Centre Bell la saison dernière.

Photo: Bernard Brault, La Presse

Il est devenu en 1968 le deuxième joueur, après Gordie Howe, à atteindre le cap des 1000 points et trois ans plus tard, le quatrième à enfiler un 500e but.

Il a été élu six fois au sein de la première équipe d'étoiles et quatre fois dans la deuxième.

Son nom a été gravé 17 fois sur la Coupe Stanley, sept comme administrateur.

L'homme qui ne disait pas non

Sa retraite de joueur annoncée, Béliveau est demeuré associé au Canadien comme vice-président et directeur des relations publiques. Il a pris sa deuxième retraite, à titre de vice-président senior aux affaires sociales, en 1993. Il a aussi prêté son nom à un aréna, à Longueuil, et à une fondation.

Béliveau a avoué avoir de la difficulté à dire non à un organisme qui sollicitait ses services. Il disait aussi répondre personnellement à toutes les lettres de fans, y accordant plusieurs heures par jour.

Par sa gentillesse et son entregent, il a gagné plusieurs partisans. Même les soeurs de Gordie Howe! «La première fois que mes soeurs l'ont vu à Saskatoon, elles m'ont dit: "Nous étions des fans des Red Wings de Detroit"», a rappelé M. Hockey lors de la soirée-hommage de mars 2007.

Béliveau a reçu diverses récompenses, dont celle d'officier de l'Ordre national du Québec et un doctorat honoris causa de l'Université Laval.

Il en a parcouru du chemin, au propre comme au figuré: né le 31 août 1931 à Trois-Rivières, l'aîné d'une famille de huit enfants a grandi à Plessisville et à Victoriaville.

Béliveau a relaté son départ de la maison familiale pour Québec, dans Ma vie bleu-blanc-rouge, un livre écrit par Chrystian Goyens et Allan Turowetz. 

«Ma mère me servit une copieuse collation et mon père me conduisit à l'aréna où l'autobus de l'équipe attendait ses passagers anxieux.

«Il neigeait énormément et le temps était morne. Mon père et moi n'avons prononcé aucun mot durant le trajet qui dura cinq minutes, mais il semblait calme et confiant. Il avait rencontré la direction des Citadelles chez lui et celle-ci lui avait fait bonne impression. Il savait que j'étais entre bonnes mains. Une fois rendus à l'aréna, il s'étira pour sortir la grosse valise de l'arrière du camion. En me donnant le sac, il me prit la main droite et la serra.

"Fais de ton mieux, Jean. Ça suffira."

Et ça a suffi pleinement à Québec et à Montréal.

Ennuis de santé

Au fil du temps, Béliveau a éprouvé des ennuis de santé: cancer de la gorge, chute de pression sanguine, deux accidents vasculaires cérébraux, anévrismes et blessure au bassin.

«Je crois que j'ai simplement reçu un message», a-t-il dit, en janvier 2009, après avoir été victime d'une chute de pression pendant qu'il assistait aux obsèques du père Paul Aquin. «Il faudra peut-être que je commence à réduire mes activités, même si je trouve bien difficile de refuser des invitations.»

«Ca n'est pas drôle de vieillir, a-t-il dit au journaliste André Rousseau, qui lui rendait visite à l'hôpital en 2014 après sa blessure au bassin. J'ai un problème d'équilibre depuis que j'ai subi mes deux AVC. Je suis tombé parce que les jambes m'ont lâché subitement.»

Sa femme Élise, leur fille Hélène, et deux petites-filles lui survivent.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer