Les Maple Leafs assomment le Canadien 6-0

Andrew Shaw, à l'instar de ses coéquipiers, n'a... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Andrew Shaw, à l'instar de ses coéquipiers, n'a trouvé aucune solution sur la patinoire, samedi soir.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

En l'emportant en prolongation le 14 octobre dernier à Montréal, les Maple Leafs de Toronto avaient mis fin à une série de 14 défaites contre le Canadien. Il semble qu'ils ont maintenant pris le goût de victoires face à leurs grands rivaux.

Ne souffrant plus d'aucun complexe contre le Tricolore, les hommes de Mike Babcock ont tenu le coup en première moitié de match avant de se sauver avec un convaincant triomphe de 6-0 samedi soir au Centre Bell.

>>> Le sommaire du match

Le défenseur Ron Hainsey (1er), Nazem Kadri (10e), Connor Brown (8e), James van Riemsdyk (10e) et Auston Matthews (11e) ont déjoué Charlie Lindgren, qui a réalisé 22 arrêts avant de céder sa place à Antti Niemi au milieu de la troisième période.

Matthews a ajouté son 12e de la saison grâce à un spectaculaire tir des poignets aux dépens de Niemi, qui n'a reçu que quatre rondelles.

De son côté, Frederik Andersen a bloqué les 33 tirs en sa direction pour son deuxième jeu blanc consécutif, après sa victoire de 1-0 contre les Devils du New Jersey jeudi soir au Centre Air Canada.

Du coup, les Maple Leafs ont battu le Canadien pour une deuxième fois d'affilée, un «tour de force» qu'ils n'avaient pas réalisé depuis le 9 février 2013. Ce soir-là, ils avaient également inscrit un jeu blanc de 6-0 au Centre Bell. Ils ont aussi signé une sixième victoire de suite pour la première fois depuis décembre 2014.

Quant au Canadien, il termine un important séjour de six matchs au Centre Bell avec un médiocre dossier de 2-3-1 pour une récolte de seulement cinq points sur une possibilité de 12.

Il demeure au 14e rang du classement général de l'Association Est avec seulement 18 points en 21 parties, et bien que nous en sommes à peine au quart de la saison, le rendement de la formation montréalaise est de nature à inquiéter même ses partisans les plus optimistes.

Les hommes de Claude Julien ont pourtant livré une première période absolument impeccable, limitant les visiteurs à seulement sept tirs et aucun vraiment dangereux. Dépêchés sur la patinoire dès que Matthews y mettait les patins, Shea Weber et Jordie Benn ont été particulièrement efficaces.

Les visiteurs ont montré à peine plus de vie en première moitié de deuxième période, mais ça ne les a pas empêchés de terminer les 40 premières minutes avec une avance de 2-0. Et comme c'est arrivé si souvent au Canadien, ce sont deux buts rapides qui sont venus les couler.

Hainsey, un ancien du Canadien, a brisé l'impasse à 12:07 avec son premier but en plus de neuf mois dans la LNH. Si Lindgren ne peut véritablement être blâmé sur ce jeu, alors que van Riemsdyk a pu s'installer devant lui pour lui cacher la vue, il s'en voulait probablement d'avoir laissé passer derrière lui le tir de Kadri seulement 37 secondes plus tard.

«C'est sûr que le rythme a changé à ce moment-là, a admis Julien. Je ne pense pas que le deuxième but a nécessairement été causé par la déception du premier. On avait joué du bon hockey jusqu'à ce moment-là. Encore là, des erreurs sur des jeux de base nous ont coûté très cher.»

Brown a triplé l'avance des Maple Leafs dès la 25e seconde de jeu de la troisième période, et dès lors le sort du Canadien était réglé. Qu'à cela ne tienne, van Riemsdyk et Matthews ont fait vibrer les cordages dans un intervalle de 48 secondes contre Lindgren.

Le jeune gardien, possiblement fatigué par la charge de travail des deux dernières semaines alors qu'il amorçait un septième match consécutif en 14 jours, a aussitôt été remplacé par Niemi.

«Physiquement, je me sens bien, a lancé Lindgren sur un ton catégorique lorsque questionné sur la possibilité qu'il soit fatigué physiquement. Je suis habitué de jouer beaucoup de matchs. Je me sens bien.»

La troisième période a été marquée par deux échauffourées. La première est survenue lorsque Kadri, mécontent d'avoir été durement mis en échec par Max Pacioretty quelques instants plus tôt, s'est vengé en servant un coup d'épaule à la tête de Weber. Ce dernier et Benn, qui se trouvait tout juste à côté, s'en sont aussitôt pris à l'attaquant des Maple Leafs.

Un peu plus tard, Paul Byron a laissé tomber les gants contre Nikita Zaitsev qu'il a envoyé au plancher.

À compter de mardi, les joueurs du Canadien amorceront un court périple de deux matchs en autant de soirs à l'étranger sous le signe des retrouvailles. Ça va commencer à Dallas, face à Alexander Radulov et les Stars. Le lendemain, le Tricolore renouera avec P.K. Subban mais aussi Alexei Emelin et les Predators de Nashville.

Échos de vestiaire

Max Pacioretty, sur le talent offensif des Maple Leafs:

«Contre une telle équipe, avec une telle force de frappe, vous devez profiter de vos occasions de marquer sinon, elle va vous le faire payer. Nous avons eu nos chances, nous n'avons pas su en exploiter une, les Maple Leafs ont marqué, ont profité d'un élan et pris le contrôle de la rencontre.»

Phillip Danault, sur les cinq buts accordés par le gardien Charlie Lindgren:

«Ce n'est pas de la faute à Charlie. Il ne peut pas tout faire non plus. Il faut trouver le moyen de marquer en premier. On était bon en première période, on aurait pu avoir un but. Ç'aurait peut-être changé l'allure du match.»

Jeff Petry, sur le troisième but des Maple Leafs :

«Nous devions sortir avec force en troisième période, leur mettre de la pression et ils ont marqué dès leur première présence. Ce but a amorcé notre débandade.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer