Malgré ses 43 tirs, le Canadien s'incline 4-2

Malgré cette défaite, une deuxième en autant de... (PHOTO Eric Bolte, USA TODAY Sports)

Agrandir

Malgré cette défaite, une deuxième en autant de sorties en matchs préparatoires, les hommes de Claude Julien ont livré une performance de qualité.

PHOTO Eric Bolte, USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

La chimie était au rendez-vous au Centre Bell, mercredi soir, même s'il n'a jamais été question de la structure de l'atome ou du tableau périodique des éléments. Il s'agissait plutôt de celle entre plusieurs attaquants qui profitent du camp d'entraînement pour apprendre à se connaître.

Le trio de Jonathan Drouin, Max Pacioretty et Ales Hemsky a affiché une belle cohésion, Charles Hudon a ajouté de bonnes notes à son dossier, mais ça n'a pas empêché le Canadien de Montréal de subir un revers de 4-2 aux mains des Capitals de Washington lors de son premier match au Centre Bell en 2017-2018.

>> Le sommaire de la rencontre

Un but bizarre de l'ex-Canadien Devante Smith-Pelly contre Charlie Lindgren, avec un peu moins de six minutes à jouer à la troisième période, a rompu l'égalité en faveur des visiteurs.

Hudon et Pacioretty, tous deux en deuxième période, avaient profité d'avantages numériques pour permettre au Canadien d'effacer un déficit de 0-2 après 20 minutes.

Evgeny Kuznetsov et Jakub Vrana avaient procuré cette avance de deux buts aux Capitals face à Carey Price, qui a été très peu occupé alors qu'il n'a reçu que dix rondelles en un peu moins de 30 minutes d'action. Kuznetsov a ajouté deux mentions d'aide, dont une sur le filet d'assurance de Tom Wilson dans un filet désert alors qu'il restait 68 secondes au cadran.

Malgré cette défaite, une deuxième en autant de sorties en matchs préparatoires, les hommes de Claude Julien ont livré une performance de qualité, 48 heures après une prestation peu inspirée au Centre Vidéotron contre les Bruins de Boston.

Le Tricolore a totalement dominé au chapitre des tirs au but, dirigeant 43 tirs vers Philipp Grubauer et Pheonix Copley. Grubauer, l'adjoint de Braden Holtby en saison régulière, a cédé une seule fois sur 21 tirs.

«On a fait beaucoup de bonnes choses, a analysé Julien. En avantage numérique, nos entrées de zone étaient bonnes, on a bien géré la rondelle. C'est sûr qu'on veut créer plus de chances de marquer, mais ce sont des choses sur lesquelles on peut travailler en avançant vers le début de la saison. La seule chose qui est décevante, c'est le résultat final. On aurait mérité un meilleur sort.»

Aidé par les nombreuses visites au cachot des joueurs des Capitals, le Canadien a maintes fois pu exercer son jeu en avantage numérique, tout particulièrement Pacioretty, Drouin et Hemsky. Les trois attaquants ont terminé la rencontre avec dix tirs au but, dont cinq par le capitaine du Tricolore.

«En supériorité numérique, on bougeait bien la rondelle, on a eu de bons tirs. Sur le but de Pacioretty, ç'a été un beau jeu de la part de Hemsky, a observé Drouin. Plus le match avançait, mieux ça allait. On est très content de l'effort qu'on a donné aujourd'hui.»

Quant à Hudon, il a obtenu quatre tirs au but et affiché un beau flair offensif en compagnie de Tomas Plekanec et d'Artturi Lehkonen.

«On a une bonne chimie, on s'est trouvé pratiquement partout sur la patinoire, a déclaré Hudon. En première, on pourchassait plus la rondelle. En deuxième et en troisième, c'était plus nous qui avions la rondelle. On a créé des revirements avec notre échec-avant et avec notre échec-arrière. C'est du positif.»

La formation montréalaise reprendra le collier dès jeudi soir alors qu'elle accueillera les Devils du New Jersey et, fort possiblement, le Suisse Nico Hischier, premier choix de la séance de sélection de juin 2017 à Chicago.

Échos de vestiaire

Claude Julien, au sujet du travail de Charles Hudon:

«Charles continue de se démarquer. On est extrêmement satisfait de son camp. Je l'ai dit l'autre jour, c'est un joueur qui veut rester ici, et il fait tout pour se démarquer. On aime bien ce qu'il nous apporte depuis le début du camp.»

Claude Julien, sur la possibilité de retrancher des joueurs:

«Je pense que dans les prochains jours, on va diminuer le groupe un peu. Encore la semaine prochaine, on a quatre matchs en six jours, trois en quatre, et je veux aussi faire attention de ne pas surutiliser des joueurs, surtout tôt en saison. C'est une situation que nous devons gérer.»

Victor Mete, au sujet de sa performance:

«J'étais un peu nerveux au début, mais j'ai réussi à entrer dans le match après mes deux premières présences. C'était mon premier match dans la LNH, avec une foule devant laquelle je n'avais jamais joué avant, et contre des professionnels que je n'avais jamais affrontés. C'était peut-être plus de l'anxiété que de la nervosité.»

Jakub Jerabek, au sujet de son niveau de nervosité avant la rencontre:

«Habituellement, je dors pendant environ une heure avant un match. Aujourd'hui, j'en ai été incapable. J'ai appelé à la maison (République tchèque), et j'ai parlé à mon amie. Ça m'a aidé à me détendre. Elle va venir me rejoindre dans huit jours.»

>> Le cinq moments-clés de la rencontre




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer