Paul Byron s'étonne lui-même...

Paul Byron totalise quatre points en cinq matchs... (Photo Bernard Brault, Archives La Presse)

Agrandir

Paul Byron totalise quatre points en cinq matchs cette saison.

Photo Bernard Brault, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a parfois de ces décisions qui tournent vraiment bien, et Paul Byron, de plus en plus, ressemble à l'une de celles-ci.

Le concept d'heureux hasards n'est pas dans le vocabulaire des dirigeants du Canadien, qui insistent toujours pour dire que la moindre décision est toujours prudemment mûrie et longuement réfléchie. Très bien. Mais même dans leurs rêves les plus fous, les patrons montréalais n'auraient probablement pas pu imaginer un tel départ pour Byron, un attaquant dit d'énergie, qui se retrouve avec une récolte de quatre points à ses cinq premiers matchs de la saison.

En fait, même Paul Byron n'aurait pu prévoir pareil scénario.

«Non, je n'aurais pas pensé me retrouver dans une telle situation, a-t-il admis samedi soir à Boston, après la victoire de 4-2 sur les Bruins. Je ne fais rien de différent cette saison, vraiment, mais cette fois, j'ai pu passer mon été à suivre un entraînement complet, ce qui était plus difficile pour moi il y a un an. Aussi, je n'étais pas au camp d'entraînement de l'équipe la saison dernière, mais cette fois, j'ai pu prendre part au camp d'entraînement comme tous les autres, en plus d'avoir l'expérience d'une année complète avec le club. Je connais le système de jeu, et je suis plus à l'aise avec le club.»

Au moment où le Canadien, toujours invaincu en temps réglementaire cette saison, se prépare à accueillir les Flyers de Philadelphie, ce soir au Centre Bell, il convient sans doute de rappeler la petite histoire de Paul Byron pour mieux comprendre.

Ce lointain choix de sixième tour des Sabres de Buffalo (2007) était sans emploi il y a un an à peine, quand les Flames de Calgary ont choisi de le soumettre au ballotage, à la suite de quatre saisons avec l'équipe plombées par des ennuis de santé et par des détours du côté de la Ligue américaine.

C'est d'ailleurs un peu dans l'indifférence générale que le Canadien l'a ensuite réclamé, en octobre 2015. Une décision qui n'a certes pas provoqué de grandes discussions dans les bars sportifs de la ville, mais un an plus tard, la natif d'Ottawa, qui a depuis accepté un nouveau contrat de trois ans, vient nous rappeler qu'il est parfois possible de faire des trouvailles sur le marché du ballotage.

«Je me souviens encore de cette journée... J'étais très déçu quand les Flames ont pris cette décision, a-t-il reconnu samedi soir. Je ne savais pas ce qui allait m'arriver par la suite. Quand j'ai entendu que le Canadien voulait m'engager, ç'a été une très bonne nouvelle. Je m'amuse ici et je continue à améliorer mon jeu.»

Paul Byron assure qu'il n'a jamais songé à abandonner, un trait de caractère qui continue de très bien le servir sur les différentes glaces de la Ligue nationale de hockey. Ça explique sans doute pourquoi il surprend le monde du hockey... et pourquoi il se surprend lui-même.

«Je n'ai jamais pensé que c'était terminé pour moi quand les Flames ont pris cette décision, a-t-il ajouté. Je croyais en moi, je l'ai toujours fait. Je suis un très bon joueur et je travaille fort. C'était juste une question de me replacer, de montrer que je peux rester en santé. Je sais que je peux jouer dans cette ligue, et je me considère très chanceux d'être ici.»

---

Rien de grave pour Mitchell, assure Therrien

À moins d'un recul inattendu dans son état de santé, Torrey Mitchell devrait être sur la glace de Brossard quand le Canadien s'entraînera ce matin. L'attaquant a subi une coupure au visage en fin du match, samedi soir à Boston, mais Michel Therrien a par la suite assuré que ce n'était rien de sérieux pour celui qui a récolté trois buts en cinq matchs depuis le début de la saison.

«Quand tu vas te poster dans les endroits dangereux comme il le fait, des fois, tu reçois un coup de bâton, a dit Therrien. Mais tu peux aussi en être récompensé, et c'est ce qui lui arrive.»

---

Les Flyers sans Dale Weise

Après la journée de congé d'hier, le Canadien se prépare maintenant à accueillir les Flyers de Philadelphie, ce soir au Centre Bell. Des Flyers qui seront ici sans l'attaquant Dale Weise. L'ex-joueur du CH est sous le coup d'une suspension de trois matchs pour une mise en échec illégale à l'endroit de Korbinian Holzer, des Ducks d'Anaheim.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer