Vaste réforme du hockey mineur québécois

Hockey Québec prépare une vaste réforme de sa... (Photo Patrick Woodbury, archives Le Droit)

Agrandir

Hockey Québec prépare une vaste réforme de sa structure.

Photo Patrick Woodbury, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le hockey mineur québécois se dirige vers une vaste réforme de sa structure dès la saison prochaine. Hockey Québec projette en effet d'éliminer la catégorie CC, d'introduire des équipes AAA en Abitibi-Témiscamingue, dans le Bas-Saint-Laurent et au Saguenay-Lac-Saint-Jean et de restreindre la mise en échec pour tous les joueurs de 13 ans, même ceux de l'élite.

Le plan de la fédération prévoit aussi l'introduction d'une version édulcorée du concept du majeur-mineur - présent en Ontario -, alors que le AA actuel serait entièrement réformé pour assurer la prédominance des joueurs de première année.

Ces changements visent à «favoriser le développement des joueurs» à un moment où les hockeyeurs québécois ont de plus en plus de mal à atteindre la LNH.

Voici à quoi le hockey québécois pourrait ressembler dès la saison prochaine au Québec: le nombre d'équipes pee-wee et bantam AAA passerait de 22 à 25 dans chaque groupe d'âge avec l'addition des trois régions citées plus haut; l'actuel AA deviendrait du «AAA relève» et chaque équipe aurait un maximum de cinq joueurs de deuxième année; le BB deviendrait du AA (non élite) et le CC du BB; le CC n'existerait plus.

L'élite serait donc composée de AAA et de AAA relève et le niveau compétitif, de AA et de BB.

Dans la nouvelle catégorie bantam AAA relève, qui serait presque entièrement composée de joueurs de 13 ans (première année), la mise en échec avec restriction serait adoptée. Cette proposition va dans le sens du «rapport Ellemberg», qui demandait la fin des mises en échec au hockey avant l'âge de 14 ans.

En entrevue, le directeur général de Hockey Québec explique que cette réforme est nécessaire pour notamment deux raisons: la domination de l'Abitibi-Témiscamingue, du Bas-Saint-Laurent et du Saguenay-Lac-Saint-Jean dans la catégorie AA (puisqu'elles n'ont pas actuellement d'équipes AAA) et la trop forte présence de joueurs de deuxième année dans le AA.

«Nos statistiques nous disent qu'il y a trop de joueurs de deuxième année dans le AA. Par exemple, plusieurs équipes, pour pouvoir rivaliser avec les trois régions dominantes du AA, habillaient beaucoup plus de deuxièmes années, note Sylvain Lalonde. Or, le but est de préparer la relève. Actuellement, on pense que ce n'est pas optimal.»

La réforme, explique le directeur général de la fédération, vise donc à donner plus de place aux joueurs de première année (11 ans dans le pee-wee, 13 ans dans le bantam).

Majeur-mineur?

En Ontario, les joueurs sont groupés selon leur âge exact, et non sur une période de deux ans comme au Québec. Ce concept, le majeur-mineur, pourrait donc être en partie introduit au Québec avec le maximum de cinq joueurs de deuxième année dans le AAA relève.

«En Ontario, c'est vraiment majeur d'un côté, mineur de l'autre, nuance Lalonde. Là-bas, il n'y a pas de premières années avec les deuxièmes. Nous, dans le AAA, il y aura les meilleurs joueurs, qu'ils soient première ou deuxième année. Ce n'est donc pas exactement du majeur-mineur.»

Cette proposition de réforme, qui devrait être adoptée d'ici le printemps pour la saison prochaine, fera réagir dans les régions. En Abitibi-Témiscamingue, dans le Bas-Saint-Laurent et au Saguenay-Lac-Saint-Jean, la nécessité d'avoir des équipes AAA va bousculer les structures.

«Le débat va se faire au cours des prochains mois», explique Lalonde.

La région de la Côte-Nord, par exemple, perdrait ses équipes midget espoir et bantam AA. Elle serait, en quelque sorte, absente de l'élite. Ce changement pourrait forcer certains jeunes talentueux de la région à aller jouer ailleurs, comme au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

«On va avoir des rencontres avec les intervenants des autres régions au début janvier et on va discuter de ça, explique le président de Hockey Côte-Nord, Pierre Rocque. Mais on ne pense pas que nos jeunes seront brimés par ça. Pour nous, ce n'est pas un drame. À l'heure actuelle, un jeune de Sept-Îles qui veut venir jouer dans le bantam AA ou le midget espoir doit faire deux heures et demie de route pour Baie-Comeau. On est habitués aux grandes distances.»

Alain Régnier, président de Hockey Saguenay-Lac-Saint-Jean, a quant à lui refusé de commenter la nouvelle hier, préférant attendre des consultations qui s'en viennent en janvier.

_________________________________________

La réforme en quelques points

Les catégories pee-wee et bantam devraient changer du tout au tout dès l'an prochain. Voici le plan de réforme de Hockey Québec.

AAA --> AAA

Le hockey AAA resterait du hockey AAA. «Le AAA qu'on connaît aujourd'hui reste intact: les meilleurs avec les meilleurs», dit le directeur général de Hockey Québec, Sylvain Lalonde.

AA --> AAA relève

Le hockey AA actuel devient du AAA relève, une nouvelle catégorie. Les équipes de ce calibre ne peuvent avoir plus de cinq joueurs de deuxième année. Le but est donc de faire de la place aux premières années pour faciliter leur saut l'année suivante au «vrai» AAA. Les calibres AAA et AAA relève forment l'élite.

BB --> AA, CC --> BB

Le hockey BB actuel devient du AA, le CC actuel, du BB. Ces deux calibres, le AA et le BB, relèvent du hockey compétitif, et non de l'élite. On se retrouve donc comme avant avec deux calibres compétitifs, mais au lieu du CC et du BB, ce sont le BB et le AA.

CC

Le hockey CC disparaît. Cette modification ne devrait pas avoir de grandes incidences, puisque les joueurs de calibre CC se retrouveront dans le BB. Ceux de calibre inférieur continueront d'évoluer dans le simple lettre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer