Subban se rallie à la nomination de Pacioretty

P.K. Subban... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

P.K. Subban

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Robert Laflamme
La Presse Canadienne
Brossard

P.K. Subban sait que le généreux don de 10 millions qu'il a fait à l'Hôpital pour enfants de Montréal, mercredi, a peut-être embrouillé les pistes dans la course au capitanat chez le Canadien.

Le volubile défenseur a remis les pendules à l'heure, vendredi, à la suite de la confirmation de Max Pacioretty comme 29e capitaine de l'histoire de l'organisation.

«Oh, wô! Non non, a-t-il coupé court à la question. Écoutez, ce sont (le capitanat et mon don) deux mondes complètement différents. Le geste que j'ai posé va changer la vie de centaines, voire de milliers de personnes. Que je sois capitaine ou non, ça ne changera pas la vie de personne de la même façon.»

Subban a dit comprendre la réaction favorable des partisans à son endroit. Il a renchéri en disant s'attendre à ce qu'ils soutiennent Max Pacioretty de la même façon qu'ils le soutiennent. Du même souffle, il s'est rallié à la nomination de son coéquipier, après s'être dit peu surpris du dénouement du scrutin.

«Nous, les joueurs, avons eu notre mot à dire, mais nous savions que Max était le favori. C'était mon sentiment en tout cas.

«Il a été le gars choisi. Je suis content pour lui, il le mérite. Il peut être fier, a-t-il repris. Personnellement, je suis simplement heureux que nous ayons un capitaine parce que nous n'aurons plus à répondre à de questions sur le sujet. Je n'aurais pas voulu passer une deuxième saison de suite sans capitaine.»

Subban a dit que Pacioretty, dans ses nouvelles tâches, sera celui qui montrera la voie aux autres, comme d'autres capitaines de la trempe des Jonathan Toews et Sidney Crosby.

«Nous nous tournerons vers lui pour qu'il nous montre la voie. Quand l'enjeu sera important, nous nous attendrons à ce qu'il prenne les choses en main. Max est capable de le faire et il est en position de le faire.»

Cela dit, Subban a répété que Pacioretty ne pourra pas tout faire seul et que le leadership au sein d'une équipe n'est pas l'affaire que de quelques joueurs.

«Nous avons besoin de plus de quatre leaders pour gagner la coupe Stanley. Nous en avions quatre la saison dernière et ça n'a pas fonctionné.

«Pour moi, tout ce qui compte c'est de gagner la coupe. Je troquerais n'importe quand la lettre sur mon chandail pour la conquête d'un championnat. C'est la seule motivation qui m'anime. Tout le monde doit n'avoir que ça en tête», a résumé Subban.

David Desharnais a parlé d'un honneur amplement mérité pour son coéquipier et grand ami.

«Il est très loyal envers les gars en qui il croit et il croit en tout le monde ici. Il va aller au front pour tout le monde. Sur la glace et à l'extérieur, ça va être notre meneur.»

Desharnais a dit apprécier que la direction ait remis la décision entre les mains des joueurs.

«C'est probablement nous qui savions le mieux quel était le meilleur candidat pour nous représenter.»

Gallagher prend du gallon

L'arrivée du jeune Brendan Gallagher dans le quatuor d'adjoints est très révélatrice de l'influence positive qu'il exerce. Les adjoints ont été choisis par la direction et l'entraîneur Michel Therrien a souligné le respect que le fougueux ailier obtient de ses rivaux à travers la LNH avait été un facteur dans la prise de décision.

«J'aurais plus de responsabilités, mais je ne changerai rien. Je vais exercer mon leadership par ma façon de m'entraîner et de jouer», a commenté Gallagher, qui a été le capitaine de son équipe junior, les Giants de Vancouver.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer