Craig Anderson sera devant le filet des Sénateurs

Craig Anderson... (PHOTO PATRICK WOODBURY, ARCHIVES LEDROIT)

Agrandir

Craig Anderson

PHOTO PATRICK WOODBURY, ARCHIVES LEDROIT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Le sort des Sénateurs d'Ottawa est maintenant entre les mains d'un gardien dont la dernière victoire remonte au 8 mars.

Craig Anderson, qui n'a pas été employé lors des neuf derniers matchs des Sénateurs, aura donc ce soir la lourde tâche de replacer son club sur la bonne voie, lors du troisième match de la série face au Canadien. 

Ainsi en a décidé l'entraîneur Dave Cameron, qui va envoyer Anderson devant son filet du centre Canadian Tire, dans l'espoir de changer le cours de cette série, menée 2-0 par la formation montréalaise. 

Quand on lui a demandé d'expliquer sa décision, Cameron a été bref, mais il a tout de même lancé cette phrase étonnante: «J'y vais avec ce qui me donne la meilleure chance de gagner le match de ce soir», a-t-il dit. On peut présumer qu'Andrew Hammond, le gardien des Sénateurs qui se retrouve soudainement sur la voie d'évitement, n'a pas dû apprécier. 

Hammond sur le banc, ce sera donc à Anderson, 33 ans, de sortir les Sénateurs du pétrin. Le vétéran avait rayonné lors de la série contre le Canadien il y a deux ans, mais il n'a disputé que cinq rencontres depuis le 21 janvier, et il se remet d'une blessure à la main droite. 

«Mon travail, c'est d'arrêter la rondelle, c'est tout ce qu'il y a d'important, a expliqué Anderson ce matin. J'ai hâte... J'ai été capable d'en faire beaucoup plus lors des deux derniers jours d'entraînement. Je n'ai eu aucun problème avec ma main.» 

Le Hamburglar, lui, a tenté de garder le moral malgré son nouveau rôle de spectateur. 

«Tout ce que je peux faire, c'est de me préparer pour la prochaine fois, a répondu Hammond. Ça ne servirait à rien de m'emporter avec ça. De l'énergie négative, ça ne va pas m'aider, ça ne va pas aider personne. Je ne connais pas exactement les raisons précises pour ce changement, mais la décision a été prise et je l'appuie.»

Un autre changement sera apporté à la formation des Sénateurs: le poids lourd Chris Neil, qui n'a pas joué depuis le 14 février, va prendre la place d'Alex Chiasson. 

Dave Cameron a résumé ce changement en seulement quelques mots: «L'expérience... son expérience va nous aider.» 

Reste à voir si Neil pourra vraiment aider; son dernier point remonte au... 28 novembre!

Parenteau dans les gradins

Chez le Canadien, on ne changera pas une formule gagnante. La formation sera la même qu'au deuxième match.

Pierre-Alexandre Parenteau, qui avait raté la rencontre de vendredi en raison d'une blessure au haut du corps, sera donc laissé de côté. Cette fois, il aurait toutefois été en mesure de jouer, a dit Michel Therrien.

Des rappels

Par ailleurs, le Canadien a annoncé avoir rappelé six joueurs des Bulldogs de Hamilton. Il s'agit du gardien Mike Condon, des défenseurs Darren Dietz et Brett Lernout, de même que des attaquants Daniel Carr, Charles Hudon et Christian Thomas.

Ces joueurs s'entraîneront donc dans l'entourage du Tricolore et seront disponibles si l'équipe est touchée par une vague de blessures.

Les Bulldogs ont conclu leur saison samedi, et ne participeront pas aux séries pour une quatrième année de suite.

- Avec Guillaume Lefrançois

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer