Camp des recrues: mode d'emploi

Sven Andrighetto s'est fait remarquer, hier, au camp... (Photo Olivier PontBriand, La Presse)

Agrandir

Sven Andrighetto s'est fait remarquer, hier, au camp des recrues du Canadien.

Photo Olivier PontBriand, La Presse

Pendant que les vétérans du Canadien jouaient au golf, hier, par un lundi frisquet de septembre, les espoirs de l'organisation avaient une dernière chance d'épater les évaluateurs de l'équipe au camp des recrues. Des 44 joueurs invités, environ une vingtaine poursuivront l'aventure.

Aucun poste ne se gagne évidemment à ce camp. Il s'agit seulement d'une étape de plus à franchir pour les jeunes. Pour un journaliste, l'occasion est belle d'analyser la progression de certains espoirs sur le plan technique: coup de patin, force du tir, pivots, maniement de la rondelle.

On porte évidemment notre attention sur les noms connus. Dans le contexte qui nous intéresse, Jacob De La Rose, Sven Andrighetto et Jiri Sekac sont des joueurs à surveiller, puisque Marc Bergevin les a ciblés il y a quelques semaines comme des candidats sérieux pour un poste avec le Canadien.

Il faut aussi regarder de plus près les choix de première ronde, Michael McCarron et Nikita Sherbak, puisque leur statut leur assurera un essai sérieux. Il y a aussi les Québécois, les Charles Hudon, Jérémy Grégoire et Daniel Audette, puisque le partisan du CH les regardera de plus près.

Dimanche, Sekac a épaté la galerie. Les recruteurs de l'équipe savent cependant que son véritable test surviendra lors des matchs préparatoires contre les autres équipes de la LNH. Sekac a 22 ans et a disputé les trois dernières saisons dans la KHL. Au cours des derniers jours, il a fait face à des joueurs de différents horizons et calibres, dont des défenseurs inexpérimentés d'âge junior.

Au tour d'Andrighetto

C'était au tour d'Andrighetto de survoler ce camp, hier. Sa situation ressemble à celle de Sekac, puisqu'il a 21 ans et une saison d'expérience dans la Ligue américaine. Les deux laissent néanmoins une très bonne impression à la conclusion du camp.

Idem pour le défenseur Mac Bennett, 22 ans, ancien capitaine des Wolverines du Michigan. Sa mobilité et sa fluidité sont étonnantes, et il ne prend jamais de mauvaises décisions avec la rondelle. Il devrait entamer la saison dans la Ligue américaine avec les Bulldogs, mais ses performances lors des rencontres préparatoires nous diront à quel point il est près de la LNH.

L'ailier De La Rose, un choix de deuxième ronde en 2013, a offert une performance moins étincelante lors de la rencontre simulée d'hier. Mais parce qu'il est encore jeune, à 19 ans, et qu'il possède un gabarit impressionnant, la direction de l'équipe attendra probablement avant de juger. Le Suédois est aussi ce type de joueur méthodique et peu spectaculaire qui est efficace dans un contexte plus structuré. C'est loin d'être le cas lors de ce type de rencontres, puisque les joueurs se connaissent peu sur la glace: le jeu échevelé est au rendez-vous et les hockeyeurs habiles avec la rondelle ont de meilleures chances de ressortir du lot.

Craintes

Le camp des recrues permet aussi de confirmer certaines craintes. Le premier choix du club en 2013, Michael McCarron, n'offre toujours pas de performances rassurantes. C'est un géant, certes, mais très peu intimidant, et son manque de vitesse demeure un handicap. Il s'agit d'un projet à long terme, et il lui reste encore une année d'admissibilité dans les rangs juniors. Il retournera avec les Knights de London et il aura peut-être besoin d'une ou deux saisons avant d'espérer un poste au sein d'un troisième ou quatrième trio.

À moins d'être carrément dominants, les joueurs d'âge junior comme McCarron, Audette, Grégoire, le gardien Zachary Fucale et Sherbak retourneront avec les hockeyeurs de leur âge l'hiver prochain. Audette et Grégoire ont néanmoins montré de beaux flashes, hier, et ils pourraient obtenir la chance de disputer une ou deux rencontres préparatoires. Même chose pour Sherbak, le premier choix de cette année, qui ne participait néanmoins pas à la rencontre d'hier.

Le miraculé Tim Bozon et Charles Hudon espèrent faire le saut directement des rangs juniors à la LNH. C'est un exploit plutôt rare qu'on ne voit pas souvent à Montréal. Ils ont été bons, hier, quoique Hudon était moins spectaculaire que l'année précédente. Hamilton est une destination logique pour eux après quelques rencontres préparatoires, et la qualité de leur jeu pourrait leur valoir un rappel au cours de la saison. Rappelons-nous que Michaël Bournival avait disputé une saison complète avec les Bulldogs avant d'obtenir sa chance l'an dernier.

Pour des «vieilles» recrues comme Patrick Holland, Morgan Ellis et Christian Thomas, il commence à se faire tard.

> Réagissez sur le blogue de Mathias Brunet




À découvrir sur LaPresse.ca

Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer