Un fils de Martin Brodeur à la Coupe Memorial

Jeremy est un autre Brodeur de la lignée... (Photo tirée du site des Generals d'Oshawa)

Agrandir

Jeremy est un autre Brodeur de la lignée de gardiens, après son défunt grand-père Denis, son illustre père Martin et son frère aîné Anthony.

Photo tirée du site des Generals d'Oshawa

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Robert Laflamme
La Presse Canadienne
Québec

Gardien réserviste chez les Generals d'Oshawa, Jeremy Brodeur ne s'attend pas à voir de l'action au cours du tournoi de la Coupe Memorial­. Mais le fils de Martin Brodeur veut profiter pleinement de l'expérience.

«C'est ma première année chez les juniors et, même si je ne garde pas souvent le but, c'est très bénéfique pour moi de faire partie d'une excellente équipe, a-t-il mentionné, à l'arrivée des Generals à Québec. Je regarde autour de moi pour voir comment mes coéquipiers se comportent et je prends des notes.

«Mon objectif la saison prochaine sera d'être le gardien numéro un de l'équipe. Je vais me préparer en conséquence après la saison.»

En 19 matchs en saison régulière, Brodeur a conservé un dossier de 13 victoires, quatre défaites et deux défaites en temps additionnel. Il a affiché une moyenne de buts accordés par match de 2,47, assorti d'un taux d'efficacité tirs-arrêts de 90%. Il a pris part à deux matchs en séries éliminatoires, montrant une moyenne de 3,44.

Jeremy est un autre Brodeur de la lignée de gardiens, après son défunt grand-père Denis, son illustre père Martin et son frère aîné Anthony, qui a porté les couleurs des Olympiques de Gatineau et des Voltigeurs de Drummondville dans la LHJMQ cette saison.

Il a un frère jumeau, William, qui détonne du groupe puisqu'il est attaquant. William a évolué aux États-Unis cette saison au sein du réputé programme de l'école secondaire Shattuck-St.Mary's, au Minnesota.

«J'ai essayé également de jouer comme attaquant. Mais je n'ai compté qu'un but en une saison et j'ai compris que ce n'était pas pour moi», lance Jeremy en riant.

Comme Anthony, qui a été repêché par les Devils du New Jersey en 2013, il ne peut pas échapper au jeu des comparaisons avec le paternel. Mais ça ne le lasse pas de répondre aux questions sur le sujet.

«Mon père c'est Martin Brodeur, mais moi je veux juste jouer ma game», dit-il dans un français plus qu'adéquat même s'il est né au New Jersey, il y a 18 ans.

«Je ne peux pas vraiment jouer comme lui, continue celui qui dit avoir comme modèle Pekka Rinne des Predators de Nashville. Il surveille attentivement mes matchs, mais il me laisse faire mon apprentissage. Il me donne surtout des conseils d'ordre psychologique.»

Il mentionne que son père va peut-être trouver le temps de venir faire un tour à Québec pendant le tournoi, même si sa nouvelle tâche d'adjoint au directeur général des Blues de St. Louis l'accapare.

Andrew Cassels

Un autre joueur des Generals est le fils d'un ancien hockeyeur de la LNH. Il s'agit de Cole Cassels, rejeton d'Andrew qui a revêtu l'uniforme du Canadien au début de sa carrière en 1990-91.

Un attaquant des Rockets de Kelowna, Gage Quinney, est le fils de l'ancien joueur des Nordiques Ken Quinney, qui a brièvement joué dans la LNH à la fin des années 1980 et au début des années 1990.

Cassels, âgé de 19 ans, a été un choix de troisième tour des Canucks de Vancouver au cours de la séance de repêchage de 2013.

«Il est le joueur le plus complet de la Ligue junior de l'Ontario, l'encense l'entraîneur D.J. Smith. Il a joué dans l'ombre de Boone Jenner et de Scott Laughton à ses premières saisons et il a dû apprendre à bien jouer en défense à un jeune âge. Il s'est vu confier plus de tâches à mesure qu'il acquérait de l'expérience.»

Cassels se décrit comme un bon passeur comme son père, un joueur de centre qui a amassé 528 passes en 1015 matchs dans la LNH.

«Je suis plus physique que lui, mais il était plus talentueux que moi. Je visionne souvent des bandes vidéo de ces matchs. C'était un superbe joueur.»

Les Generals, champions de l'Ontario, feront leurs débuts dans le tournoi samedi après-midi, en affrontant l'Océanic de Rimouski, champion de la LHJMQ.

«Je m'attends à un match hermétique en défense, très serré, prédit l'entraîneur Smith. De ce que j'ai vu sur vidéo, l'Océanic préconise un style semblable au nôtre. Il ne vous donne pas grand-chose.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer