Les Carabins malades... et déçus

Au lendemain de l'annulation du match entre les... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Au lendemain de l'annulation du match entre les Carabins de l'Université de Montréal et des Stingers de Concordia pour des raisons de santé, Danny Maciocia s'explique mal la décision du RSEQ.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Malgré une longue carrière au football, Danny Maciocia n'avait jamais connu une telle situation. «Je me souviens de m'être retrouvé à Toronto, avec les Eskimos d'Edmonton, pendant le fameux blackout de 2003. Nous avions passé trois jours dans la noirceur, dans un hôtel sans ascenseur, à essayer de trouver de quoi manger convenablement.»

«Cette fois, c'est évidemment bien différent», a poursuivi l'entraîneur-chef des Carabins de l'Université de Montréal, au lendemain de l'annulation, pour des raisons de santé publique, du match que l'équipe devait disputer hier face aux Stingers de Concordia.

Plusieurs joueurs et entraîneurs des Carabins sont actuellement victimes d'une épidémie de gastro-entérite et la tenue du match aurait entraîné des risques sérieux de contagion.

«C'est curieux parce qu'on était revenus lundi d'un congé de neuf jours et toute l'équipe semblait en pleine forme. Tôt [mercredi] matin, je prenais un café dans la Petite Italie quand j'ai reçu un coup de fil de notre physiothérapeute en chef qui m'avisait que quatre joueurs souffraient de la gastro, a expliqué Maciocia. Quatre joueurs, ce n'est pas trop grave, mais il m'a bientôt rappelé pour me dire qu'on était rendus à huit!

«Quand je suis arrivé au CEPSUM, le nombre était encore plus élevé et deux de mes adjoints étaient mal en point. On a alors contacté les médecins de l'équipe, la santé publique et il est devenu évident que le match ne pourrait avoir lieu comme prévu.»

Bien que déçu de l'annulation du match, Maciocia pensait surtout à la santé de ses joueurs hier midi, toute l'équipe ayant été mise en quarantaine. «Ils ne peuvent pas s'entraîner, bien sûr, mais ils ne sont pas non plus en mesure d'assister à leurs cours. C'est un retard que plusieurs devront rattraper à une période de la session déjà très chargée.

«En principe, tout le monde sera en congé jusqu'à lundi. On va ensuite se remettre au boulot pour préparer le prochain match, samedi prochain à Sherbrooke.»

Pénalisés au classement

Le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) a confirmé hier que le match ne serait pas repris. «Il s'agit d'un cas de force majeure qui se place au-dessus de nos règlements», a expliqué le directeur général du RSEQ, Gustave Roel, en entrevue.

«La direction des Carabins nous a contactés mercredi après-midi pour nous informer de la situation. L'équipe souhaitait vraiment que le match soit disputé et proposait de le reporter à lundi. La direction des Stingers s'y est toutefois opposée, plusieurs joueurs et entraîneurs ayant déjà prévu des déplacements à l'extérieur de la province pour visiter leur famille.

«Le commissaire du football universitaire [Benoit Doloreux] a alors étudié les scénarios possibles et nous avons convenu que la meilleure solution était d'établir le classement des deux équipes en ne comptabilisant que les sept matchs qu'ils auront disputés. Un coefficient sera utilisé pour établir le classement avec les trois autres équipes qui auront, elles, disputé huit matchs.»

Dans les faits, cette décision risque de pénaliser les Carabins et de favoriser les Stingers. Les premiers devront obligatoirement vaincre le Rouge et Or, dans deux semaines à Québec, s'ils veulent terminer au premier rang, en tenant pour acquis que les deux équipes remportent leurs autres matchs.

Si Laval l'emporte le 21 octobre, l'équipe présentera une fiche de 7-1 (,875), alors que les Carabins seront à 6-1 (,857). Les premiers seront donc classés au premier rang, peu importe le différentiel de points lors des matchs entre les deux équipes.

Quant aux Stingers, qui étaient largement négligés pour le match d'hier, ils voient une défaite probable disparaître de leur fiche et sont maintenant pratiquement assurés d'une place en séries.

L'entraîneur-chef des Carabins, Danny Maciocia, n'a pas caché sa déception: «Dans cette décision, il y a deux gagnants : Concordia et Laval, et trois perdants, McGill, Sherbrooke et nous ! Les médecins nous avaient confirmé que la situation serait rétablie dans quelques jours et nous voulions jouer lundi. Malheureusement, les Stingers ont dit qu'ils n'étaient pas disponibles...»

---

LE CLASSEMENT

Montréal 4-0

Laval 4-1

Concordia 2-3

McGill 1-4

Sherbrooke 1-4

Toutes les équipes ont encore trois matchs à disputer, sauf Concordia, qui n'en a que deux.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer