CAMO Invitation: Pamela Ware victorieuse au 3 m

Pamela Ware... (PHOTO HANNIBAL HANSCHKE, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Pamela Ware

PHOTO HANNIBAL HANSCHKE, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse Canadienne

Pamela Ware est en voie d'obtenir sa rédemption, quatre ans après être passée à quelques points seulement d'une qualification pour les Jeux olympiques de Londres.

En mai 2012, l'expérience avait fait toute la différence lors de l'épreuve de sélection canadienne au tremplin de 3 m dames. La triple médaillée olympique Émilie Heymans devait absolument l'emporter pour s'assurer sa place dans cette épreuve individuelle aux Jeux.

Heymans avait totalisé 685,35 points pour devancer Ware (617,85) et la contraindre à attendre quatre années supplémentaires pour réaliser son rêve olympique.

« C'était une année assez spéciale en 2012, parce que c'était la première fois que Pamela se retrouvait dans le top 5 sur la scène mondiale au tremplin de 3 m, s'est remémoré l'entraîneur de l'équipe canadienne de plongeon Aaron Dziver. Ce n'était vraiment pas attendu. 

« Par contre, à cause de ses performances, il y a eu un gros ajustement à faire parce que l'attention médiatique était vraiment sur elle - Jennifer [Abel] et Émilie [Heymans] étaient déjà classées, s'est-il souvenu. On a toutefois été un peu trop permissifs envers les médias; je me souviens qu'on leur permettait d'assister aux entraînements de Pamela. Et ça l'a déconcentrée. Mais avec le recul, c'était une bonne préparation pour elle, en prévision des Jeux de 2016. »

L'athlète d'Otterburn Park en était alors à sa première année chez les seniors. Elle avait accumulé de bonnes performances cette année-là, mais avait craqué sous la pression au moment décisif.

« Il y a quatre ans, je ne m'attendais pas à avoir l'opportunité de faire l'équipe olympique, a rappelé Ware, qui se concentre sur le tremplin de 3 m, tant individuel que synchro. Ç'avait été la pire compétition de toute ma vie. Je sortais pas mal de nulle part à l'époque. 

« Mais cette année, c'est pas mal différent, a-t-elle ajouté. Depuis 2012, j'ai tiré plusieurs leçons des compétitions internationales - les Coupes du monde, les Grands Prix, les Séries mondiales -, donc là je me sens prête à participer aux Jeux olympiques. »

Dimanche, Ware a posé un premier geste dans cette direction en dominant ses rivales pour terminer première au tremplin de 3 m dames dans le cadre de la 18e rencontre internationale CAMO Invitation, présentée au Centre sportif Claude-Robillard.

La Québécoise de 22 ans a enregistré 333,40 points au cumulatif des cinq plongeons, loin devant Mia Vallée (297,00), du club PCDC, et Olivia Chamandy (295,85), du club CAMO.

Cette compétition préparatoire n'a aucun impact sur la course aux qualifications pour les Jeux olympiques d'été de Rio, qui auront lieu dans neuf mois.

Ware, qui fait partie du célèbre « Fab IV » en compagnie de Jennifer Abel, Meaghan Benfeito et Roseline Filion, peut pratiquement déjà rêver aux Jeux de Rio. Tous les quotas féminins sont déjà remplis, sauf la deuxième place à la tour de 10 m. Rappelons qu'Abel, Filion et Benfeito étaient toutes au repos ce week-end.

Encore du travail

Si la compétition CAMO Invitation a permis à Ware d'apprendre quelque chose, c'est qu'il lui reste encore beaucoup de pain sur la planche avant qu'elle puisse songer à grimper sur le podium aux Jeux. Dziver l'a d'ailleurs rappelé dimanche.

« On a décidé de la faire participer à cette compétition [CAMO Invitation] pour tester son enchaînement de cinq plongeons, a-t-il expliqué. Deux plongeons me préoccupent particulièrement - le deux et demi retourné carpé et son nouveau, le deux et demi avant avec deux vrilles. »

Un point de vue que partage la principale intéressée, qui a partiellement raté ceux-ci en finale dimanche.

« J'ai réalisé aujourd'hui [dimanche] que j'ai encore beaucoup de travail à faire sur certains plongeons, a admis Ware. Je manque de constance. Mon troisième - pour moi, le deux et demi retourné carpé est le plus difficile techniquement - et mon cinquième ne sont pas encore au niveau que je veux qu'ils soient. Je dois retourner à l'entraînement et redoubler d'efforts. »

En cette période préolympique, les athlètes ont tenté de nouvelles stratégies et de nouveaux plongeons afin de voir où ils se situent par rapport à leurs principaux adversaires.

C'est pour cette raison que Ware et certains de ses coéquipiers de l'équipe canadienne ont participé à la 18e rencontre internationale CAMO Invitation ce week-end. Ç'a permis aux plongeurs de calibre international de se mettre en mode compétition avant le début officiel de la saison.

Le prochain objectif de Ware et des plongeuses canadiennes consiste à participer à la Coupe du monde de Rio, du 19 au 24 février, une étape cruciale dans le processus de sélection olympique. Entre-temps, elles participeront, pour la forme, aux Championnats canadiens à Saskatoon, du 14 au 17 décembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer