Daniel Nestor rêve à Rio

Daniel Nestor vise une participation aux Jeux olympiques... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Daniel Nestor vise une participation aux Jeux olympiques de 2016.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À 42 ans, Daniel Nestor est le plus vieux joueur du top 100 mondial en double. Il participe cette année à la Coupe Rogers pour la 27e année de suite. Quand il y a fait ses débuts, en 1989, son partenaire actuel, Édouard Roger-Vasselin, n'avait que 5 ans.

Le Français le lui rappelle-t-il, pour le taquiner?

« Non, il est gentil, lui. Mais tous les autres joueurs du tournoi me le rappellent! », s'exclame Nestor.

Peu importe sous quel angle on le prend, le parcours de Daniel Nestor est fascinant.

Le Canadien s'est qualifié vendredi pour les demi-finales du double à la Coupe Rogers. Il tente de triompher à Montréal pour la première fois de sa carrière.

« J'ai subi plusieurs défaites avec plusieurs joueurs différents dernièrement, donc, maintenant que je gagne, ce doit être grâce à Édouard! »

LES JEUX OLYMPIQUES EN TÊTE

Il n'habite peut-être pas un p'tit haut dans l'est sur Viau, mais comme Robert Charlebois à l'époque, Daniel Nestor rêve à Rio. C'est pour de tels événements qu'il s'accroche à sa prolifique carrière.

« Mes victoires à Wimbledon [en 2008 et en 2009] et ma médaille d'or olympique [à Sydney en 2000] sont les deux moments spéciaux de ma carrière, rappelle-t-il. J'ai toujours joué mon meilleur tennis en représentant le Canada. On verra ce qui arrivera à Rio. J'ai un bon partenaire [Vasek Pospisil] et je sais qu'il sera prêt à jouer. Ce sera à moi aussi de l'être! »

«Il y a quatre ans, je n'y pensais pas trop. Mais j'espère pouvoir jouer une autre fois avec Vasek.»

Daniel Nestor

Les récents progrès du Canada en Coupe Davis ne sont pas non plus étrangers à la longévité de Nestor. Le pays avait l'habitude d'être relégué au groupe 1, mais se maintient dans le groupe mondial depuis 2011, notamment avec l'émergence de Pospisil et de Milos Raonic.

« La Coupe Davis est importante pour moi. C'est malheureux, ce qui s'est passé en Belgique [en juin dernier]. On n'avait pas notre meilleure équipe. On verra l'an prochain. Je sens que je joue encore bien, mais les autres s'améliorent. Je m'amuse encore. Mais je dois être réaliste. La fin approche pour moi, je vais donc en profiter pendant que ça dure. »

GARDER LA FORME

Nestor admet que la saison 2016 pourrait être sa dernière à temps plein sur le circuit de l'ATP. D'ici là, l'objectif sera de tenir la forme pour les grands rendez-vous internationaux.

À Rio, le tournoi regroupe 32 équipes. Vingt-quatre d'entre elles seront admises sur la base du classement au 6 juin 2016, soit après les Internationaux de France. Huit autres places sont toutefois à la discrétion de la Fédération internationale de tennis (ITF). Si son classement ne lui permet pas d'obtenir son billet, il dit s'attendre à ce que l'ITF lui offre une invitation. « En raison de notre feuille de route », précise-t-il.

Avec sa médaille d'or olympique, ses 87 titres en double et sa fiche de 32-10 en double à la Coupe Davis, on comprend pourquoi il s'attend à une invitation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer