La grippe d'homme existerait, selon une étude

L'étude du docteur Sue se penche sur une... (123RF)

Agrandir

L'étude du docteur Sue se penche sur une hypothèse selon laquelle la testostérone limiterait l'efficacité du système immunitaire, intensifiant du fait même les symptômes grippaux.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Les symptômes de la grippe semblent plus intenses chez l'homme que chez la femme, révèle un examen de la littérature scientifique, ce qui démontrerait que la «grippe d'homme» n'a rien d'imaginaire.

Un article publié dans le prestigieux British Medical Journal par un médecin canadien épluche les études réalisées sur l'impact du sexe sur la grippe. Certaines de ces études datent du 17e siècle.

Le docteur Kyle Sue a déniché des études réalisées aussi bien auprès d'humains que de souris et qui démontrent que les symptômes de la grippe sont souvent plus aigus chez l'homme.

Une étude sur la grippe saisonnière réalisée à Hong Kong entre 2004 et 2010 a ainsi témoigné d'un taux d'hospitalisation plus élevé chez les hommes.

Une étude observationnelle menée pendant dix ans aux États-Unis, jusqu'en 2007, a quant à elle constaté que les hommes sont plus susceptibles de mourir de la grippe que les femmes, même en tenant compte de facteurs comme la maladie cardiaque, le cancer, les problèmes respiratoires chroniques et les maladies rénales.

Puisque les hommes composent la moitié de la population mondiale, explique le docteur Sue, le fait de conclure qu'ils «exagèrent» l'intensité de leurs symptômes «sans preuves scientifiques rigoureuses pourrait avoir des implications importantes pour les hommes, y compris des soins insuffisants».

L'étude du docteur Sue se penche sur une hypothèse selon laquelle la testostérone limiterait l'efficacité du système immunitaire, intensifiant du fait même les symptômes grippaux.

Le docteur Sue admet en revanche que son analyse souffre de certains problèmes. Elle ne tient ainsi pas compte de l'impact sur la grippe de facteurs comme le tabagisme; elle ne dit pas non plus si les hommes sont plus ou moins susceptibles que les femmes de prendre des mesures préventives face à la grippe.

«Les hommes n'exagèrent possiblement pas leurs symptômes. Ils peuvent avoir une réponse immunitaire plus faible aux virus respiratoires (...), provoquant une morbidité et une mortalité plus élevées que chez les femmes», écrit-il en conclusion.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer