Obésité ou surpoids pourraient accélérer la survenue d'Alzheimer

Être obèse ou en surpoids à l'âge de 50 ans pourrait accélérer la survenue de... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Être obèse ou en surpoids à l'âge de 50 ans pourrait accélérer la survenue de la maladie d'Alzheimer, selon une étude publiée mardi dans la revue médicale Molecular Psychiatry qui dépend du groupe Nature.

L'accélération atteindrait 6,7 mois pour une augmentation d'un point de l'indice de masse corporelle (IMC), a calculé une équipe de chercheurs américains, canadiens et taïwanais .

Celle-ci a étudié pendant environ 14 ans près de 1400 personnes «normales sur le plan cognitif» vivant dans la région de Baltimore au début de l'étude en leur faisant passer régulièrement des évaluations neuropsychologiques.

Parmi elles, 142 ont développé la maladie d'Alzheimer et les chercheurs ont pu montrer que chez celles-ci, un IMC plus élevé au moment de la cinquantaine était associé à une apparition plus précoce de la maladie.

L'IMC est le rapport entre la taille et le poids, un indice supérieur à 30 étant considéré comme un signe d'obésité chez l'adulte. Pour un indice situé entre 25 et 30, on parle de surpoids.

Les chercheurs ont également étudié les résultats de 191 autopsies qui ont montré qu'un IMC plus élevé était lié à un plus grand nombre d'enchevêtrements neurofibrillaires, des modifications cérébrales observées dans la maladie d'Alzheimer.

Le vieillissement est le principal facteur de risque des maladies neurodégénératives comme Alzheimer.

Mais des études ont également montré que le diabète, l'hypertension ou l'absence d'exercice pouvaient jouer un rôle, voire accélérer l'apparition de la maladie.

Les chercheurs qui se sont évertués à mesurer le rôle joué par l'obésité soulignent qu'ils ne sont pas en mesure d'expliquer les mécanismes en cause.

Ils reconnaissent également que de nouvelles études devront être réalisées pour déterminer une valeur spécifique d'IMC à partir de laquelle le risque d'apparition précoce d'Alzheimer augmente.

Madhav Thambisetty, l'un des auteurs de l'étude, souligne pour sa part l'importance du «maintien d'un IMC sain dès la cinquantaine» pour retarder l'apparition d'Alzheimer.

Un décalage de deux ans pourrait réduire de 22 millions le nombre global de cas d'Alzheimer dans le monde d'ici à 2050, ce qui permettrait des économies substantielles pour les services de santé, indiquent encore les chercheurs dans leur étude.

Selon l'OMS, on compte 47,5 millions de personnes atteintes de démence dans le monde, avec 7,7 millions de nouveaux cas chaque année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer