Découverte d'une nouvelle espèce de lézard sur le littoral sud

Le Tropidurus imbituba était confondu jusqu'ici avec un autre... (Photo: WikiCommons)

Agrandir

Le Tropidurus imbituba était confondu jusqu'ici avec un autre lézard, le Tropidurus torquatus (photo).

Photo: WikiCommons

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
RIO DE JANEIRO

Une nouvelle espèce de lézard vient d'être découverte sur le littoral de l'État de Santa Catarina, au sud du Brésil, mais est déjà considérée en voie de disparition, a rapporté Marcio Borges-Martins, un chercheur de l'Université du Rio Grande do Sul (UFRGS).

La taille du saurien, qui a été baptisé «Tropidurus imbituba», parce que trouvé sur les plages d'Imbituba, à 90 km de Florianopolis, varie de 9 à 12 centimètres.

Avec la queue, l'espèce - de couleur gris-marron parsemée de taches et une bande noire autour du cou - peut atteindre 20 centimètres, précise M. Martins dans un communiqué envoyé à l'AFP par la Fondation groupe Boticario de protection à la nature qui a financé le projet.

«En raison de son fort endémisme et des menaces dont il fait l'objet, le nouveau lézard est déjà en danger de disparition», prévient le chercheur.

Les principales pressions anthropiques dans la région sont le changement de son habitat en raison des activités portuaires et le tourisme qui se développe de plus en plus.

Le Tropidurus imbituba, qui a été décrit dans la revue scientifique Zootaxa, était confondu jusqu'ici avec un autre lézard, le Tropidurus torquatus, une espèce courante au Brésil du sud de l'État de Bahia à celui du Rio Grande do Sul.

Selon M. Martins, l'espèce déjà connue est présente dans l'intérieur des terres. C'est pourquoi la présence d'un lézard sur le littoral a attiré l'attention des chercheurs.

«Nous avons vu qu'il s'agissait d'un animal non encore décrit», explique Marcio Martins.

Pour l'instant, seules les études de morphologie du Tropidurus imbituba ont été faites.

«Mais nous ne savons pas quelles sont ses habitudes, quelle est son alimentation préférée, quels animaux il chasse, entre autres facteurs importants», affirme le professeur Martins qui a toutefois remarqué l'absence d'autres lézards dans la région «ce qui rend la nouvelle espèce responsable du contrôle de populations d'invertébrés comme les termites».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer