Des lacs sur Mars pendant plus de 10 000 ans

Des lacs auraient abondé sur Mars pendant au... (PHOTO FOURNIE PAR LA NASA)

Agrandir

Des lacs auraient abondé sur Mars pendant au moins 10 000 ans, une période assez longue pour que la vie prenne forme.

PHOTO FOURNIE PAR LA NASA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Camille Martel
La Presse

Un lac rempli d'extraterrestres? Pas vraiment. Il s'agit plutôt d'un pan significatif de l'histoire de la planète rouge. Peu de temps après avoir constaté la présence d'eau sur Mars, une recherche dévoile maintenant l'existence d'anciens lacs. En collaboration avec la NASA, un groupe de chercheurs américains et français a découvert que Mars aurait abrité des lacs et des rivières pendant plus de 10 000 ans. Conclusion: il est de plus en plus probable qu'il y ait eu de la vie sur le sol martien.

10 000 ans

C'est le nombre minimal d'années pendant lesquelles les lacs auraient abondé sur Mars. Une période assez longue pour que la vie prenne forme. « Si on compare avec la Terre, la vie a débuté dans l'eau », souligne Woodward Fischer, l'un des auteurs de l'étude et géobiologiste au California Institute of Technology. Des dépôts de sédiments vieux de 3,2 à 3,6 milliards d'années indiquent qu'il y avait autrefois des plans d'eau dans le cratère Gale. L'astromobile Curiosity a étudié les couches de roches à la base du mont Sharp, situé au milieu du cratère. « Les photos sont tellement précises que l'on peut voir la texture et l'alignement des roches », explique M. Fischer.

À la recherche de la vie

Il y a consensus entre les scientifiques au sujet de l'évolution de la vie au sein du système solaire. Marjorie Chan, géologue à l'Université de l'Utah, précise que plus la géologie martienne ressemble à celle de la Terre, plus la possibilité qu'il y ait eu des formes de vie est grande. Les chercheurs sont à la recherche de formes de vie simples, telles que des bactéries. Et pourquoi s'évertuer à trouver de la vie extraterrestre ? Selon René Doyon, astrophysicien à l'Université de Montréal, il est inévitable qu'un jour il faille trouver une autre planète habitable. « En étudiant celles qui auraient abrité de la vie, on comprend mieux le fonctionnement de l'univers et l'évolution de la vie. »

De l'eau inaccessible

La présence d'eau sur Mars a été décelée fin septembre « Une coïncidence fortuite ! », s'exclame M. Fischer, en faisant référence à l'attention portée à la planète rouge ces derniers temps. Il s'agit de traces d'eau très salée qui ont été repérées sur les images de l'astromobile Curiosity. Y aurait-il encore de la vie sur Mars ? Pour répondre à cette question, il faudrait la tester et ce n'est pas demain la veille qu'il y aura analyse de cette eau sur place, rapporte Woodward Fischer. « Peu de gens le savent, mais il y a une interdiction de tester l'eau d'autres planètes par souci de non-contamination avec nos propres bactéries terriennes, précise-t-il. C'est une question d'ordre éthique. »

Un climat fragile

« À l'origine, Mars ressemblait à la Terre. Elle était favorable à la vie », explique René Doyon. Les scientifiques ne pensaient pas que ces conditions favorables sur Mars avaient duré aussi longtemps. « Cela change notre perception de la planète rouge », évoque Mme Chan. Elle n'est plus seulement formée de déserts inhospitaliers, souligne-t-elle. « Cela nous renseigne aussi sur la sensibilité du climat », illustre M. Doyon. On voit que de faibles changements peuvent toucher grandement les formes de vie complexes, telles que la race humaine. « Les recherches subséquentes pourront peut-être nous renseigner sur ce qui s'est passé sur Mars et pourquoi la planète est passée d'habitable à hostile », conclut Woodward Fischer.

Curiosity

Les images captées par l'astromobile Curiosity ont permis de déceler la présence d'eau sur Mars. Ce petit véhicule guidé à partir de la Terre et équipé d'un laboratoire mobile se charge d'effectuer les travaux sur le sol martien. Rivés à leurs écrans, des scientifiques attendent patiemment les données qu'il leur transmet. Grâce à lui, de nombreuses équipes de chercheurs peuvent mener des projets de recherche sans quitter la Terre. Atterri en août 2012 sur le cratère Gale, l'astromobile fait partie de la mission Mars Science Laboratory de la NASA. Le mandat de la mission est d'évaluer si Mars a déjà abrité de la vie, ainsi que d'étudier la géologie, le climat et l'eau sur la planète rouge.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer