L'Europe décide de construire une nouvelle fusée, un accord «historique»

Il a fallu des mois de négociations au... (PHOTO JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Il a fallu des mois de négociations au sein de l'ESA et tout particulièrement entre la France et l'Allemagne, les principaux contributeurs du programme Ariane, pour parvenir à cet accord.

PHOTO JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Luxembourg

Les ministres européens de l'Espace sont parvenus mardi à Luxembourg à un accord «historique» pour construire Ariane 6, une nouvelle fusée plus compétitive qui devrait voler dès 2020, a annoncé la secrétaire d'État française à la Recherche Geneviève Fioraso.

«Avec cette décision historique», l'Europe apporte «une réponse forte à la concurrence internationale dans un secteur stratégique pour la souveraineté européenne, pour son industrie, pour l'emploi», a déclaré Mme Fioraso.

L'Europe s'est engagée sur un financement de 4 milliards d'euros pour Ariane 6, une somme qui inclut la construction d'un nouveau pas de tir à Kourou (Guyane) et l'évolution du petit lanceur Vega.

Au total, elle prévoit un budget global pour ses lanceurs de 8 milliards d'euros sur dix ans. L'objectif est de faire face à une concurrence accrue sur le marché des lancements de satellites.

«C'est un succès, j'ose même dire un grand succès», a déclaré Jean-Jacques Dordain, directeur général de l'Agence spatiale européenne (ESA).

La ministre allemande Brigitte Zypries s'est dite «satisfaite». «L'accord est bon pour l'industrie et l'emploi en Allemagne», a-t-elle souligné.

Il a fallu des mois de négociations au sein de l'ESA et tout particulièrement entre la France et l'Allemagne, les principaux contributeurs du programme Ariane, pour parvenir à cet accord.

La France s'est engagée à hauteur de 52% et l'Allemagne de 22%.

L'actuelle fusée européenne Ariane 5, mise sur les rails en 1987, vole depuis 1996. Après des débuts difficiles, elle a très bien rempli sa mission et affiche actuellement 62 succès d'affilée.

Elle a conquis plus de 50% du marché commercial des lancements de satellites, mais sa place de leader est menacée par le Falcon de l'américain SpaceX, qui mène une politique de prix très agressive.

Modulable en deux versions - une légère avec deux propulseurs d'appoint et une lourde avec quatre - Ariane 6 sera adaptée à la fois aux besoins institutionnels (satellites scientifiques, sondes spatiales...) et aux vols commerciaux (satellites télécoms, télévision...).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer