Un conte de Noël raconté de jour en jour, de maison en maison

C'est à l'artiste Mika que l'on doit les... (Illustration Mika, fournie par l'auteure)

Agrandir

C'est à l'artiste Mika que l'on doit les illustrations du conte Qui est le vrai père Noël.

Illustration Mika, fournie par l'auteure

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Oubliez le calendrier de l'avent. Voici le conte de Noël de l'avent, pour patienter dans la magie jusqu'au 24. En famille et avec tous les amis du quartier, par-dessus le marché.

Qui est le vrai père Noël n'est pas un conte comme les autres. Un peu folle, évidemment fantastique et surtout volontairement rassembleuse, cette histoire inédite de faux pères Noël et de lutins coquins de l'auteure jeunesse Valérie Fontaine est divisée en 23 chapitres, à découvrir en 23 jours (parce que le 24, tout le monde risque d'être occupé ailleurs!), mais, surtout, dans 23 lieux différents. Pas n'importe lesquels: chez les voisins du quartier qui se seront portés volontaires pour sauter dans le bain de cette réunion quotidienne des Fêtes un brin improvisée. Décorations, chocolats chauds et musiques de Noël optionnels.

Et tout ça se passe à Saint-Jean-sur-Richelieu, depuis hier, très exactement. Concrètement, les enfants (et leurs parents) se déplaceront donc dans leur quartier tout au long du mois, de maison en maison (qui ne seront révélées que le matin même, par l'entremise d'un groupe Facebook, entre autres), pour poursuivre la lecture du fameux conte. Sympathique, vous dites?

On savait déjà que Valérie Fontaine carburait à la nostalgie. Et que son amour de la lecture était des plus communicatifs. C'est à cette jeune mère de famille que l'on doit en effet une heure du conte sur Facebook Live, un rendez-vous hebdomadaire à la Fanfreluche, version 2.0. L'auteure d'Opération Gadoue et des 1000 enfants de monsieur et madame Chose ne le cache pas: «Je veux rassembler les gens! Je trouve que c'est important!»

«Oui, on a les médias sociaux, mais les gens sont seuls, on a des vies de fous et il est rare qu'on prenne le temps d'être ensemble. Mais c'est ça, le temps des Fêtes!»

Les enfants (et leurs parents) se déplaceront dans leur quartier tout... (Photo Catherine Lefebvre, collaboration spéciale) - image 2.0

Agrandir

Les enfants (et leurs parents) se déplaceront dans leur quartier tout au long du mois, de maison en maison (qui ne seront révélées que le matin même, par l'entremise d'un groupe Facebook, entre autres), pour poursuivre la lecture du conte de Valérie Fontaine.

Photo Catherine Lefebvre, collaboration spéciale

D'où l'idée, Noël oblige, d'un conte à savourer à petite dose, en rameutant tout son quartier. L'auteure avoue candidement qu'elle voulait à l'origine publier une histoire de Noël, mais que son éditeur n'a pas embarqué. Par hasard, elle est tombée sur une vidéo, il y a deux semaines à peine, relatant une initiative de l'artiste Patsy Van Roost (surnommée la Fée du Mile End), laquelle a mis sur pied un projet similaire, il y a quelques années à Montréal. L'idée, de par son côté humain et vrai, lui a immédiatement parlé.

«Je me suis dit: "Tiens, moi aussi je pourrais faire ça!"» Un appel à tous plus tard et elle avait ses 23 complices, pour partager avec elle son conte de l'avent. Une amie graphiste (Mika) et une réviseure (Cynthia Brunet) se sont également aussitôt impliquées. Et c'est chez Valérie Fontaine elle-même que l'aventure a débuté le 1er décembre, avec des biscuits de Noël et de la musique traditionnelle en prime.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Ailleurs au Québec, en Ontario, au Nouveau-Brunswick, même en France et en Belgique, plusieurs personnes se sont montrées intéressées à embarquer dans cette aventure littéraire à leur manière. Pendant sa fameuse heure du conte, l'auteure a en effet fait la promotion de son concept et proposé d'offrir - oui, gratuitement - son histoire à tous ceux qui proposeraient un projet rassembleur à leur tour. «Deux cents personnes m'ont proposé des projets!», s'émerveille-t-elle, citant notamment le cas d'un directeur d'école qui devrait lire chaque jour un chapitre à ses élèves. «C'est rare qu'un directeur lise des histoires.»

«L'idée, c'est d'avoir du plaisir à lire, résume Valérie Fontaine. Montrer que ça n'est pas compliqué, que ça amène de bons moments ensemble. C'est ma façon de rendre le monde plus beau...»

_________________________________________________________________________

Consultez la page Facebook de l'auteure: www.facebook.com/auteure.valeriefontaine




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer