Un premier bar 100 % Noël à Montréal

C'est une entreprise américaine, Cocktail Kingdom, qui a... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

C'est une entreprise américaine, Cocktail Kingdom, qui a approché  Maxime Coubès (à droite), responsable du projet montréalais, dans le but de franchiser à l'international son concept, déjà bien implanté à New York.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les bars dits «pop-up», qui vont et viennent sans laisser de traces au gré des saisons, font fureur dans les grandes villes américaines. Et voilà que le concept traverse la frontière: pendant tout le mois de décembre, Montréal accueillera un tout premier bar éphémère entièrement consacré à la magie et au réconfort des Fêtes. Après tout, «le père Noël, c't'un Québécois», atteste la chanson.

Pendant tout le mois de décembre, le bar ludique Nexus SmartBar, rue Ontario, appuiera sur pause et laissera le projet Miracle Montréal prendre les rênes - ou les rennes? - de l'établissement. La décoration, la vaisselle, la musique et le menu seront entièrement revus pour accueillir les clients dans les pénates du père Noël. Les serveurs, dit-on, emprunteront leurs costumes à de vrais lutins. Le bedonnant bonhomme à la houppelande rouge et à la barbe blanche risque aussi de faire quelques apparitions. «Ce sera cheesy à l'os, admet sans détour Maxime Coubès, responsable du projet et copropriétaire de l'École du bar de Montréal. On veut vraiment jouer le jeu à fond.»

C'est une entreprise américaine, Cocktail Kingdom, qui a approché l'entrepreneur et mixologue dans le but de franchiser à l'international son concept, déjà bien implanté à New York. Dans la Grosse Pomme, la métamorphose d'un petit troquet de quartier en bar de Noël, Miracle on Ninth Street, a permis aux propriétaires de multiplier leur chiffre d'affaires par huit pendant le mois de décembre. Et les clients patientent souvent jusqu'à une heure pour respirer un peu de pôle Nord au travers du bitume.

Contre une somme confidentielle, mais «substantielle», le franchiseur fournit tout l'équipement nécessaire et accompagne les trois investisseurs (dont Tony Galdès et Nicolas Desflammes, du Nexus SmartBar) dans la conversion spontanée.

Ambiance familiale

Bien que les fêtes d'entreprises représenteraient une mine d'or pour le bar thématique, la petite équipe de gestionnaires préfère miser sur les curieux de passage, attirés notamment par le Village de Noël du Quartier des spectacles. «Le projet dure seulement un mois et ce serait trop compliqué de se mettre à gérer des événements corpos. On veut vraiment profiter du peu de temps et du peu d'espace qu'on a pour accueillir les petits groupes, dans une ambiance quasi familiale», explique Maxime Coubès.

Que boit-on dans le quartier général du père Noël? Des cocktails plutôt que de la bière, à en croire le menu dont s'inspirera Miracle Montréal: des classiques réinventés, comme la Santa-quila et le Christmapolitan, mais aussi des «créations de Noël» locales qui se succéderont tous les deux jours.

Le projet culminera - et s'achèvera - le 31 décembre avec un party pour défoncer l'année. Si le concept porte ses fruits, surtout financièrement, Miracle Montréal risque de renaître tous les mois de décembre, au moment où saint Nicolas affrète son traîneau et où les lutins peaufinent leur chaîne de montage. Santé, Santa!

Miracle Montréal, jusqu'au 31 décembre, de 16 h à 3 h au 323, rue Ontario Est.

Les bars éphémères, là pour rester

Les bars éphémères, ou «pop-up bars» en anglais, gagnent en popularité partout aux États-Unis, et principalement à New York. En décembre, moult établissements se transforment pour arrimer leur offre - et leur chiffre d'affaires - à l'effervescence des Fêtes. Si Montréal compte quelques bars saisonniers, dont l'Alexandraplatz (Mile-Ex), et événementiels, parmi lesquels le bien nommé Bar éphémère de la Fonderie Darling, les authentiques bars « pop-up » se laissent désirer. Selon Maxime Coubès, le concept thématique Miracle Montréal risque de faire boule de neige, et c'est tant mieux. «Nous aurons été les premiers», se réjouit-il.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer