Le neuvième art sous le sapin

Partager

Pas de honte à demander une bande dessinée au père Noël. Si le neuvième art offre des oeuvres littéraires souvent divertissantes, il peut aussi combler nos goûts dramatiques, poétiques ou même philosophiques. Voici quelques titres qui feront des jaloux autour de l'arbre.

Blast, La tête la première (tome 3)

Manu Larcenet livre le troisième chapitre de cet incroyable plongeon d'un écrivain gastronome. Rongé par le mal de l'âme depuis son enfance, cet obèse morbide est soupçonné d'un crime dont on ignore toujours les circonstances. Les deux enquêteurs poursuivent leur interrogatoire. Ils ne sont pas au bout de leurs surprises. De peur de brusquer leur suspect, ils écoutent avec une patience la longue (et philosophique) confession de l'homme. On s'en délecte aussi.

Manu Larcenet, Dargaud, 204 pages, 39,95$.

L'enfance d'Alan

Il y a une dizaine d'années, Emmanuel Guibert a entrepris de raconter la vie du simple soldat américain Alan Ingram Cope pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans ce nouveau témoignage d'une grande sensibilité, il remonte à son enfance bercée dans une bucolique Californie pré-Hollywood siliconée. Les planches au trait clair laissent tout l'espace nécessaire à la poésie des anecdotes quotidiennes de cet homme ordinaire. Une tranche de vie émouvante.

Emmanuel Guibert et Alan Ingram Cope, L'Association, 160 pages, 29,95$.

Thoreau

L'Américain Henry David Thoreau est considéré comme le «père de la désobéissance civile». Par son insoumission aux lois, il a notamment lutté contre l'esclavage et l'invasion américaine au Mexique. Il a inspiré Gandhi et Martin Luther King. Expliquer sa pensée humaniste sans la trahir n'est pas une mince affaire. Le duo Dan et Le Roy y parvient en racontant avec douceur et simplicité la vie de cet auteur toujours actuel.

A. Dan et Maximilien Le Roy, Le Lombard, 90 pages, 34,95$.

Titeuf, À la folie (tome 13)

Même si on le reconnaît aussi à sa houppette, Titeuf est l'opposé de Tintin. Ce cancre n'en a ni la bravoure ni l'intelligence. Il ne saisit pas tout - rien, la plupart du temps - et ses déductions tirées par les cheveux le mettent souvent dans de mauvais draps. Les enfants (et leurs parents) l'aiment malgré tout pour son esprit chevaleresque quand vient le temps de sauver une jolie fille. Dans ce 13e tome de la série, il tombe pour la belle Ramatou.

Zep, Glénat, 48 pages, 16,95$.

L'invention du vide

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, Chamonix grouille d'alpinistes avides de conquêtes, simplement armés de leur piolet et de leurs lourdes cordes. Ces hommes hors du commun découvrent non seulement des points de vue à donner le vertige, mais aussi une autre manière d'apprécier la vie. Par ses écrits, le Britannique Albert Frederick Mummery sera l'un des premiers à témoigner des vertus des sports de montagne. Les amateurs d'altitude aimeront.

Nicolas Debon, Dargaud. 80 pages, 29,95$.

I Am a Hero

Hideo Suzuki est un pathétique perdant. À 35 ans, ce célibataire paranoïaque souffre d'hallucinations. Il se veut auteur de manga, mais il n'occupe qu'un petit emploi d'assistant auprès d'un scénariste. Suzuki déambule ainsi dans la vie sans même se rendre compte que des monstres envahissent le Japon. Mais un jour, il devra prendre les armes. Une série en neuf tomes, dont cinq actuellement offerts en français. Du manga pur saké.

Kengo Hanazawa, Kana, 250 pages, 13,95$.

French Kiss 1986

Le Québécois Michel Falardeau signe une histoire du genre des célèbres Contes pour tous. À l'été 1986, un jeune garçon organise une guerre de pirates pour ravir le coeur d'une belle ingénue. Jalouse, la capitaine adverse jette toutes ses forces dans la bataille pour contrecarrer son plan. Les vieux ados de 30-40 ans mordront dans cette aventure bourrée de références aux Goonies, Albator, Star Wars et autres icônes indissociables de l'époque.

Michel Falardeau, Glénat Québec, 142 pages, 25,95$.

Mademoiselle, L'arme foetale (tome 4)

La maternité en prend pour son rhume dans ce quatrième tome de l'irrévérencieuse Mademoiselle. Notre pilier de bar préféré, romantique, mais sexuellement sans attaches, découvre un bon matin qu'elle couve la vie. Avec l'humour acide d'une Claire Bretécher, la Montréalaise Eva Rollin dépeint les hauts et les bas de la grossesse sans tomber dans les clichés du genre. À savourer avec une pinte d'autodérision.

Eva Rollin, Glénat Québec, 160 pages, 19,95$.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer