Recevoir sans cuisiner

Les traiteurs ont observé que les clients commandent... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

Les traiteurs ont observé que les clients commandent de plus en plus à la dernière minute.

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour bien des gens cette année, les vacances n'arriveront pas avant le 23 décembre en soirée. La simple idée de faire les courses et cuisiner moins de 24 heures avant le réveillon risque de garder les traiteurs bien occupés.

C'est donc le moment de penser à commander si on désire avoir ce qu'on veut pendant les Fêtes. «On prend les commandes à l'avance, alors le plus tôt est toujours le mieux», dit d'emblée Robert Arslanian, du traiteur Robert Alexis. L'homme, en affaires depuis 35 ans, note toutefois une tendance tenace: bien des gens, particulièrement des clients commerciaux, réservent de plus en plus tard.

Fort de ses 26 employés, il ne semble pas troublé outre mesure par les retardataires. «La business de traiteur est devenue une business de dernière minute au cours des dernières années», dit-il.

En Montérégie, le traiteur Las Olas accepte lui aussi les commandes tardives. «Jusqu'au 20 ou 21 décembre, on peut commander sans problème», dit Luc Bouffard, directeur des ventes de l'entreprise. Les livraisons se font jusqu'à 17 h la veille de Noël.

Les retardataires pourront aussi se tourner vers des comptoirs qui font aussi office de traiteurs, comme c'est le cas chez Morena, installé depuis 10 ans dans la rue Cartier à Québec.

«La chance qu'on a d'avoir un comptoir-traiteur, c'est qu'on a tout le temps tout prêt, on a des comptoirs qui débordent de nourriture», indique Ariana Morales, copropriétaire de l'endroit.

«Quelqu'un qui arrive à la dernière minute peut se faire un repas pour 10 personnes sans problème».

Bien des traiteurs ont d'ores et déjà mis leur menu de Noël sur leur site internet. La plupart d'entre eux proposent aux clients de choisir entre une formule de cocktail dînatoire, un buffet ou un repas chaud.

Le traiteur Robert Alexis poursuit cette année dans la tradition. «On fait des tourtières, des dindes farcies, bien entendu, mais on s'actualise d'année en année. Les recettes changent.» Signes du renouvellement: une tourtière de porc effiloché avec une sauce BBQ au bourbon, une dinde dont la farce est composée de pain de maïs, de saucisse italienne, d'abricots, de marrons, de pacanes et de fines herbes. «On travaille beaucoup sur les cuissons lentes, comme les short ribs de boeuf, qui sont très populaires. On cherche des repas conviviaux très savoureux, très satisfaisants», dit Robert Arslanian.

Choisir un traiteur

Ce ne sont pas les traiteurs qui manquent au Québec. Il y en a de toutes les gammes, qui vont du traiteur de supermarché au traiteur gastronomique. Mieux vaut donc bien établir son budget avant de faire des appels, puisque la facture peut rapidement monter. Cherchez les recommandations et les bonnes expériences parmi votre entourage!




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer