Les mordus de Noël

  • Maryse et Mario D'Arcy ont recréé l'atmosphère qui régnait dans les rues d'une ville nord-américaine des années 30, grâce aux maisons et accessoires de la série Christmas in the City. (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

    Plein écran

    Maryse et Mario D'Arcy ont recréé l'atmosphère qui régnait dans les rues d'une ville nord-américaine des années 30, grâce aux maisons et accessoires de la série Christmas in the City.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

  • 1 / 5
  • Le village de Thérèse St-Cyr se déploie sur deux larges tables. À l'arrière, on peut admirer la campagne anglaise et à l'avant, la ville de Londres. Les chevreuils à l'arrière-plan ajoutent une touche de fantaisie. (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

    Plein écran

    Le village de Thérèse St-Cyr se déploie sur deux larges tables. À l'arrière, on peut admirer la campagne anglaise et à l'avant, la ville de Londres. Les chevreuils à l'arrière-plan ajoutent une touche de fantaisie.

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

  • 2 / 5
  • L'église Ols Michael Church a été achetée le 5 janvier 1994. L'enseignante Thérèse St-Cyr ne se doutait pas qu'elle prendrait autant de plaisir à créer des villages et à partager sa passion avec sa famille, ses amis et ses anciens élèves. ()

    Plein écran

    L'église Ols Michael Church a été achetée le 5 janvier 1994. L'enseignante Thérèse St-Cyr ne se doutait pas qu'elle prendrait autant de plaisir à créer des villages et à partager sa passion avec sa famille, ses amis et ses anciens élèves.

  • 3 / 5
  • Pierre Duquette met en scène des personnages vaquant à leurs activités le matin de Noël, au milieu de maisons di XIX<sup>e</sup> siècle. (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

    Plein écran

    Pierre Duquette met en scène des personnages vaquant à leurs activités le matin de Noël, au milieu de maisons di XIXe siècle.

    PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

  • 4 / 5
  • Pour faire plaisir à leur fille Emma, Maud D'Arcy et René Daviau ont commencé l'an dernier à se procurer des pièces du village de Disney mettant en vedette Minnie et Mickey. (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

    Plein écran

    Pour faire plaisir à leur fille Emma, Maud D'Arcy et René Daviau ont commencé l'an dernier à se procurer des pièces du village de Disney mettant en vedette Minnie et Mickey.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Dès novembre chaque année, des milliers de collectionneurs déballent maisons et personnages soigneusement entreposés pour reconstruire leurs villages de Noël. Certains possèdent des centaines de pièces de céramique et transforment complètement leur lieu de vie pour les Fêtes. Rencontre avec des passionnés de Noël.

LA MAGIE DE NOËL

Dans les maisons et les condos, à l'approche de Noël, les décorations festives réchauffent l'atmosphère. Certains s'y prennent à la dernière minute pour ajouter une touche de fantaisie dans leur salon. D'autres, passionnés, s'attellent à la tâche dès le début de novembre afin de créer des décors de rêve. Chaque soir, pendant les Fêtes, des villages entiers prennent vie sous leurs yeux.

Ces collectionneurs se donnent un mal fou pour mettre en scène des personnages vaquant à leurs activités le matin de Noël, au milieu de maisons du XIXe ou du début du XXe siècle. Même si les maisons illuminées de l'intérieur et les accessoires sont pour la plupart de la marque Department 56, aucun village ne se ressemble puisque chacun y met sa dose de créativité et s'inspire de sa propre expérience.

« Quand on sort nos maisons et nos accessoires de leurs boîtes, on les redécouvre », indique Pierrette Duquette, qui a reçu sa première pièce (une église) en cadeau de mariage, il y a 21 ans. Son mari, Robert Laporte, réalise la structure, installe les rails pour les deux trains électriques et met quasiment en place une centrale électrique, savamment dissimulée. Elle prend ensuite la relève. C'est un véritable travail d'équipe.

Le couple reçoit beaucoup et prend plaisir à voir l'émerveillement dans les yeux de ses proches.

« C'est très rassembleur, constate Mme Duquette, qui deviendra présidente du club Lamplighters du Québec (voir texte en bas de page) le 1er janvier. Nous possédons une soixantaine de maisons. Ce n'est pas beaucoup. Il y a des collectionneurs qui en ont jusqu'à 1500 et changent de thème d'une année à l'autre. Ils peuvent installer 300 maisons dans différents villages dans plusieurs pièces. Cela prend beaucoup de place! »

Les mordus de Noël ne se limitent habituellement pas à un seul village. Ils élaborent plusieurs scènes dans diverses pièces et réservent le village le plus élaboré pour le salon. Ils ont aussi un sapin étincelant et d'autres décorations. L'atmosphère est donc chaleureuse partout dans la maisonnée.

DIFFÉRENTS VILLAGES

L'entreprise américaine Department 56 a touché une corde sensible, en 1977, lorsqu'elle a lancé les maisons et les accessoires de son premier village, « Original Snow Village ». Ceux-ci, en céramique glacée, se distinguent des maisons et accessoires des villages en porcelaine au fini mat, ajoutés par la suite. Ces derniers s'avèrent les plus populaires au Québec.

Ici, les collectionneurs sont surtout séduits par les villages Dickens, Christmas in the City, New England, Alpine et North Pole. Certains marient des pièces du village Christmas in the City, qui rappelle New York dans les années 30, avec celles du village Dickens, qui fait revivre l'époque du conte A Christmas Carol, écrit par Charles Dickens en 1843, mettant en vedette le vieil avare Ebenezer Scrooge. Pour les puristes, toutefois, il n'est pas question de mélanger les styles!

COLLECTIONNEURS DÉÇUS

Dans les années 90 et au début des années 2000, plusieurs collectionneurs ont fait des excès, convaincus à tort que leurs pièces de porcelaine, peintes à la main, prendraient de la valeur. Emballés, ils se sont procuré toutes les demeures à tirage limité de Department 56 et ont acquis les pièces retirées du marché chaque année (maisons, figurines, calèches, voitures, etc.).

L'entreprise a depuis été achetée par la multinationale Enesco. Cette dernière révèle encore en novembre de chaque année quelles pièces ne seront plus produites. Mais l'effervescence entourant ces annonces s'est estompée. L'espace manque pour entreposer toutes les boîtes. En vieillissant, par ailleurs, plusieurs collectionneurs déménagent et doivent se départir d'une partie de leur collection. Les pièces sont souvent vendues à prix d'aubaine sur eBay ou aux autres membres de clubs de collectionneurs. « Il faut les acheter parce qu'on les aime, pas pour leur valeur sur le marché secondaire », souligne Mme Duquette.

Les mordus ont surtout 55 ans et plus, constate Serge Guénette, propriétaire de la boutique Noël Éternel, dans le Vieux-Montréal. Mais il y a une relève : les jeunes, qui ont grandi avec des villages de Noël, s'y mettent à leur tour quand ils fondent une famille.

« Ils veulent transmettre la magie de Noël à leurs enfants, précise-t-il. Leur village n'est pas aussi gros, ils y vont plus modérément. Souvent, ils reçoivent une partie de la collection de leurs parents. »

Au début, il y a presque 20 ans, les villages de Department 56 monopolisaient la moitié de l'espace dans sa boutique, se rappelle-t-il. Ils en occupent maintenant environ 30 %, ayant fait place à des boules de Noël personnalisées et à une plus grande variété de décorations de Noël. Les prix demeurent élevés : 100 $ en moyenne pour les maisons et de 25 $ à 35 $ en moyenne pour les personnages.

« C'est un produit de luxe, souligne M. Guénette. Mais nos clients recherchent des produits hors de l'ordinaire. »

LE CLUB LAMPLIGHTERS

Le club Lamplighters du Québec célébrera ses 20 ans l'an prochain. Il est le quatrième club de collectionneurs de pièces de Department 56 à avoir vu le jour au Canada, après ceux de Calgary, Edmonton et Toronto. Deux autres clubs ont par la suite été fondés au Québec. Le club Lamplighters du Québec compte environ 80 membres, d'un peu partout dans la province. Ils échangent des idées et découvrent de nouvelles techniques en participant aux cinq réunions organisées chaque année. Ils perfectionnent leur village, mais apprennent aussi, par exemple, comment faire des centres de table et autres décorations de Noël. Certains participent à l'occasion à des congrès organisés annuellement en Amérique du Nord. En mai 2009, pour célébrer son 15e anniversaire, le club avait à son tour organisé un congrès, qui avait attiré de nombreux collectionneurs nord-américains.

Pas besoin d'un décor élaboré pour faire un... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE) - image 4.0

Agrandir

Pas besoin d'un décor élaboré pour faire un bel effet. Une jolie maison de céramique et quelques accessoires, sous une cloche de verre, et le tour est joué!

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

DES DÉCORS FÉÉRIQUES

Avec beaucoup de minutie, des mordus de Noël métamorphosent chaque année leur intérieur. Ils réinventent des villages, qui rappellent les Noëls d'antan. Ils en tirent beaucoup de plaisir. Leurs parents et amis aussi!

ATMOSPHÈRE DE FÊTE

Cette année, Thérèse St-Cyr pense bien avoir aménagé pour la dernière fois un village d'une telle ampleur. Mais elle pourrait changer d'idée, reconnaît-elle en riant. Elle s'est procuré ses premières pièces il y a 20 ans et, graduellement, a acquis une cinquantaine de maisons ainsi que d'innombrables accessoires qui lui permettent de laisser libre cours à son imagination. Elle qui adore recevoir se fait un plaisir d'accueillir parents et amis dans une atmosphère féerique. Elle perpétue ainsi une tradition, qu'elle tient de sa mère.

SE DÉPASSER CHAQUE ANNÉE

Maryse et Mario D'Arcy investissent temps et argent depuis plus de 15 ans pour réaliser les villages de leurs rêves. À l'approche des Fêtes, ils confectionnent des scènes très différentes les unes des autres un peu partout dans leur maison. Et, chaque année, ils innovent. « Il faut être créatif », souligne Mme D'Arcy, qui a appris diverses techniques aux ateliers organisés pour les membres du club Lamplighters du Québec. Ils ont réduit quelque peu l'ampleur de leur collection, mais ils en tirent toujours beaucoup de plaisir.

À PARTIR D'UNE ÉGLISE

Pierrette Duquette a toujours aimé décorer son intérieur. Quand son mari, Robert Laporte, et elle ont reçu une petite église de porcelaine en cadeau de mariage, il y a 21 ans, une passion est née. Chaque année, en décembre et en janvier, ils sont plongés dans l'atmosphère des Fêtes. Ils réorganisent leur salon pour faire place à leur volumineux village. Ils réservent aussi une place de choix à leur scintillant sapin et à leur impressionnante crèche Fontanini. Pères Noël, guirlandes et lutins complètent le tout, rendant l'atmosphère très chaleureuse.

DE GÉNÉRATION EN GÉNÉRATION

René Daviau est retombé en enfance, le mois dernier, quand il a monté trois villages dans son sous-sol. Cette année est spéciale puisque sa petite Emma, qui a 21 mois, s'éveille à la magie de Noël. Avec sa conjointe Maud D'Arcy, qui a elle aussi grandi dans une maison abondamment décorée pour les Fêtes, il a trimé dur pour créer un environnement féérique. Ses beaux-parents, Maryse et Mario D'Arcy, ont d'ailleurs été fort généreux en leur offrant leurs collections North Pole et North Pole Woods. Maud et René poursuivent la tradition. Au grand plaisir d'Emma!

Pour Noël, la maison de Francine et d'Anne... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE) - image 5.0

Agrandir

Pour Noël, la maison de Francine et d'Anne à Sainte-Julie était métamorphosée. Il y a quatre ans, Francine avait travaillé pendant trois semaines pour réaliser ses différents décors.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

LES MORDUS DE NOËL SAVOIR RÉDUIRE SA COLLECTION

Vendre sa maison pour aller en copropriété s'avère souvent un défi de taille. Pour les collectionneurs comme Francine et Anne, qui ne peuvent tout emporter dans leur nouveau domicile, le nombre de deuils à faire est décuplé.

Elles ont dû faire des choix difficiles. Elles apprécient d'autant plus les décorations qu'elles ont conservées, qui égaieront leur premier Noël dans leur condo.

Dans leur cas, le processus a été long et parfois ardu. Après avoir vécu plus de 20 ans à Sainte-Julie, elles se croyaient mûres pour un retour en ville. C'était il y a quatre ans! En attendant la construction de leur immeuble, elles ont commencé à se départir d'objets de leur impressionnante collection.

Francine avait en effet pris l'habitude de créer des villages pleins de vie autour de la cheminée, dans le salon, dans la salle à manger et la véranda. Au coeur de la maison, elle disposait amoureusement les crèches rapportées de voyage et reçues en cadeau.

Leur chienne de 11 ans, Zoé, de plus en plus malade, les a fait hésiter. « Elle n'aurait pas été heureuse entourée de béton », souligne Francine, qui a dû s'en départir.

Leur appartement, finalement construit, est resté vide pendant un an. Puis, au début de l'été dernier, elles ont décidé de faire le saut.

Ce qui a facilité la transition? Elles ont acheté certains meubles plus susceptibles de mettre en valeur leurs pièces de collection préférées. Elles ont graduellement installé celles qui leur tenaient le plus à coeur, concevant de nouveaux décors et parvenant, différemment, à créer la magie de Noël.

« C'est aussi beau, constate Francine en admirant son nouvel intérieur, beaucoup plus épuré qu'avant. Je suis passée d'une cinquantaine à une vingtaine de maisons. J'ai finalement gardé celles de la collection Christmas in the City, qui s'intègrent bien dans un intérieur plus contemporain. »

En ce qui a trait aux crèches, elle a conservé ses coups de coeur. Puis en octobre, tout ce qui n'a pas trouvé place dans le condo a été vendu à prix d'ami, faisant des heureux parmi les autres collectionneurs.

COLLECTION ALPINE

Serge Beaupré, qui s'apprêtait à s'envoler vers la Floride pour y passer les cinq prochains mois, a ainsi acheté six maisons de la collection Alpine avec les personnages assortis et des arbres.

« Pour nous, c'est l'occasion de commencer à faire un village de Noël, souligne-t-il. Quand on va l'installer, on va penser à notre amie Francine. Cela nous permettra de recréer l'esprit des Fêtes. »

Francine et Anne ont officiellement emménagé le 4 décembre. Elles ont dorénavant une superbe vue sur la ville et le mont Royal. « Autant on a eu peur d'emménager ici, autant on est contentes maintenant », confie Francine.

Les décorations conservées sont mieux mises en valeur. Et elles contribuent tout autant à créer un effet magique!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer
  • Les mordus de Noël
    Maryse et Mario D'Arcy ont recréé l'atmosphère qui régnait dans les rues d'une ville nord-américaine des années 30, grâce aux maisons et accessoires de la série Christmas in the City. (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Maryse et Mario D'Arcy ont recréé l'atmosphère qui régnait dans les rues d'une ville nord-américaine des années 30, grâce aux maisons et accessoires de la série Christmas in the City.

  • Les mordus de Noël
    Le village de Thérèse St-Cyr se déploie sur deux larges tables. À l'arrière, on peut admirer la campagne anglaise et à l'avant, la ville de Londres. Les chevreuils à l'arrière-plan ajoutent une touche de fantaisie. (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

    Le village de Thérèse St-Cyr se déploie sur deux larges tables. À l'arrière, on peut admirer la campagne anglaise et à l'avant, la ville de Londres. Les chevreuils à l'arrière-plan ajoutent une touche de fantaisie.

  • Les mordus de Noël
    L'église Ols Michael Church a été achetée le 5 janvier 1994. L'enseignante Thérèse St-Cyr ne se doutait pas qu'elle prendrait autant de plaisir à créer des villages et à partager sa passion avec sa famille, ses amis et ses anciens élèves. ()

    L'église Ols Michael Church a été achetée le 5 janvier 1994. L'enseignante Thérèse St-Cyr ne se doutait pas qu'elle prendrait autant de plaisir à créer des villages et à partager sa passion avec sa famille, ses amis et ses anciens élèves.

  • Les mordus de Noël
    Pierre Duquette met en scène des personnages vaquant à leurs activités le matin de Noël, au milieu de maisons di XIX<sup>e</sup> siècle. (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

    PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

    Pierre Duquette met en scène des personnages vaquant à leurs activités le matin de Noël, au milieu de maisons di XIXe siècle.

  • Les mordus de Noël
    Pour faire plaisir à leur fille Emma, Maud D'Arcy et René Daviau ont commencé l'an dernier à se procurer des pièces du village de Disney mettant en vedette Minnie et Mickey. (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Pour faire plaisir à leur fille Emma, Maud D'Arcy et René Daviau ont commencé l'an dernier à se procurer des pièces du village de Disney mettant en vedette Minnie et Mickey.