Grands pupitres pour petits enfants

Léa Clermont-Dion, ambassadrice du Grand Pupitre, est assise... (Photo Cindy Boyce, fournie par Le grand pupitre)

Agrandir

Léa Clermont-Dion, ambassadrice du Grand Pupitre, est assise au pupitre de l'année dernière.

Photo Cindy Boyce, fournie par Le grand pupitre

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bien souvent, le succès à l'école commence à la maison! Pour encourager les jeunes du primaire à faire leurs devoirs, une organisation québécoise offre de jolis pupitres en bois à des enfants issus de milieux défavorisés.

Il s'agit de la deuxième mouture du Grand Pupitre, explique l'ambassadrice du projet cette année, Léa Clermont-Dion. L'initiative est née de l'union de deux entreprises d'ici, À hauteur d'homme et les Éditions de La Pastèque. Alors que les ébénistes - habituellement spécialisés en cuisine - conçoivent et fabriquent les pupitres, les bédéistes les agrémentent d'illustrations. Cette année, c'est Guillaume Perreault, auteur de la bande dessinée Le facteur de l'espace, qui apposera son coup de crayon sur les bureaux. Son illustration n'a pas encore été communiquée.

«Ça peut sembler banal, mais pour nous, ça représente un geste important pour inspirer ces jeunes-là. Parce qu'il y a tellement peu de valorisation de l'éducation dans notre société», déplore Léa Clermont-Dion, qui qualifie ce projet social de «symbolique».

À la recherche de donateurs

Conçus à la main un par un, à Montréal, les pupitres sont vendus au prix coûtant, à 250 $. «Il n'y a aucun profit là-dessus: il s'agit seulement du coût de fabrication», note Léa Clermont-Dion.

Voici le design du pupitre de cette année.... (Image fournie par Le grand pupitre) - image 2.0

Agrandir

Voici le design du pupitre de cette année. Il manque l'illustration de Guillaume Perreault, qui n'a pas encore été rendue publique.

Image fournie par Le grand pupitre

Afin que les enfants reçoivent leurs bureaux à temps pour la rentrée, la recherche de donateurs se fait maintenant, enchaîne la porte-parole. L'année dernière, des entreprises comme Desjardins, Urbania et Bayard ont acheté des pupitres pour les offrir aux enfants.

Les particuliers sont aussi invités à participer, souligne Mme Clermont-Dion. Par ailleurs, précise-t-elle, ceux qui souhaitent se procurer un pupitre pour leur usage personnel devront aussi en financer un pour un enfant dans le besoin.

La distribution des pupitres se fait avec la collaboration de divers organismes d'accompagnement scolaire, dont Je passe partout, une organisation d'Hochelaga-Maisonneuve qui lutte contre le décrochage scolaire.

L'année dernière, 30 pupitres ont ainsi été remis à des enfants du primaire. L'objectif de cette année? Atteindre le chiffre magique de 100.




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer