Sinnerlig: une collaboration humaine

La designer Isle Crawford....

Agrandir

La designer Isle Crawford.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sara Barrière-Brunet
La Presse

Derrière la collection Sinnerlig d'IKEA, il y a un long processus. Au départ, la collection ne devait compter que 10 objets. Au bout du compte, c'est une trentaine de meubles et d'accessoires qui composent cette collection où les matières naturelles ont la part belle. La designer Ilse Crawford a accepté de répondre à nos questions par courriel, entre deux foires de design.

Comment la collaboration avec IKEA s'est-elle présentée?

Les gens d'IKEA voulaient que nous explorions comment ajouter une touche plus humaine au design. Ce qui est génial avec eux, c'est qu'ils reconnaissent la valeur de la collaboration avec des designers. C'est un défi, bien sûr, car nous avons des perspectives différentes (doublées de fortes opinions), mais c'est aussi ce qui rend la démarche intéressante. La collaboration a été très instructive, pour nous, de travailler à l'intérieur d'un système de production aussi intelligent et exigeant.

Comment cette collection s'inscrit-elle dans différents décors?

Les pièces se classent selon trois thèmes: travailler, manger, relaxer. Cette collection n'est pas régie par ces catégories, car nous saisissons que les gens aujourd'hui n'ont pas besoin de meubles aux fonctions fixes, mais qui permettent plutôt un degré de flexibilité. Des meubles qui peuvent être réorientés au gré du changement. La vie évolue et les pièces de mobilier doivent suivre cette évolution. Cette collection comprend une table à manger qui peut être une table de travail, un banc qui peut devenir une console et une table d'appoint qui sert aussi de tabouret.

L'utilisation de matériaux naturels était-elle liée à un désir d'IKEA d'être plus écoresponsable?

Initialement, on nous a demandé de créer une collection de 10 objets autour de cette idée de mettre en valeur les matériaux naturels. Nous avons commencé à examiner différents matériaux, à visiter des forêts de liège, des plantations de bambous et à observer des variétés d'herbes, comme les jacinthes d'eau, car du point de vue de la durabilité, ces matières ont beaucoup de potentiel. Le design peut les rendre attirantes si on les incorpore de façon intelligente et si on en fait ressortir la qualité. Le long processus a duré trois ans, le temps pour cette collection de s'étendre à 30 objets.

Qu'est-ce que qui s'en vient pour Studioilse?

Nous avons une belle variété de projets. Certains sont à plus long terme, d'autres sont plus immédiats; quelques-uns pour des clients résidentiels, d'autres, commerciaux, puis d'autres encore tournent autour du mobilier. Nous travaillons partout dans le monde: à Hong Kong, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Suède et en Allemagne. Nos projets commerciaux sont particulièrement intéressants - un hôtel, un concept de boutique et le premier lounge classe affaires pour [la compagnie aérienne] Cathay Pacific -, ce qui nous permet de comprendre comment les clients se comportent dans différents environnements. Ça me fascine toujours de constater comment nos comportements sont similaires. En tant qu'humains, nous sommes des animaux qui répondent aux mêmes pulsions émotives dans n'importe quel environnement. Nous apprenons constamment comment mieux accompagner les comportements humains dans les espaces que nous créons.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • La saison des matières naturelles

    Design

    La saison des matières naturelles

    Lin, rotin, liège... les matières naturelles ont la cote en décoration. Un retour aux années 70? Au contraire, les designers les mettent en valeur... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer