Au bout du rang: la campagne au bout des doigts

Jacinthe Généreux et Marie-Claude Laurendeau-Desmarais, qui sont derriere... (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

Agrandir

Jacinthe Généreux et Marie-Claude Laurendeau-Desmarais, qui sont derriere la boutique en ligne d'objets vintage Au bout du rang.

Photo Olivier Pontbriand, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Catherine Couturier

Collaboration spéciale

La Presse

Jacinthe Généreux et Marie-Claude Laurendeau-Desmarais récoltent et proposent des trésors faits main et d'époque partout au Québec. Leur but? Amener les gens... au bout du rang.

Jacinthe Généreux et Marie-Claude Laurendeau-Desmarais récoltent et proposent... (Photo fournie par Au bout du rang) - image 1.0

Agrandir

Photo fournie par Au bout du rang

Jacinthe Généreux et Marie-Claude Laurendeau-Desmarais récoltent et proposent... (Photo fournie par Au bout du rang) - image 1.1

Agrandir

Photo fournie par Au bout du rang

Sur la boutique en ligne d'Au bout du rang, chaque objet est soigneusement choisi: bouteilles de lait et plats de Pyrex colorés à l'ancienne qui rappellent des souvenirs; accessoires déco et cuisine faits main en collaboration avec des artisans. «On veut offrir des objets qui viennent compléter un environnement et le rendre plus authentique», explique Jacinthe Généreux, l'une des deux copropriétaires d'Au bout du rang. «Et casser un peu l'appartement "IKEA"», ajoute son acolyte Marie-Claude Laurendeau-Desmarais.

De la ville à la campagne 

Les deux amies de longue date voulaient travailler ensemble depuis plusieurs années et cherchaient «le» bon projet. Le concept d'Au bout du rang a germé lentement dans l'esprit de Jacinthe, qui a grandi en campagne et dont la mère était une artisane assidue. «Il y a quelques années, j'habitais dans une maison près de Québec où avaient vécu trois générations, raconte-t-elle. Assise dans ma cuisine, j'ai eu l'idée pour Au bout du rang.» L'atmosphère remplie de souvenirs de la maison aura servi de déclic pour créer cette petite entreprise.

Ne restait qu'à trouver le bon moment pour se lancer: en 2014, les astres se sont alignés. Les deux jeunes femmes se sont retrouvées à vivre loin de la ville: Marie-Claude, Montréalaise «de souche», déménage à Sainte-Brigitte-de-Laval, au nord de Québec, et Jacinthe retrouve ses racines, en s'installant à Saint-André-Avellin, en Outaouais.

«L'idée derrière Au bout du rang, c'est de se donner une qualité de vie et d'encourager ça aussi», explique Jacinthe. En plus de soutenir les artisans, Marie-Claude et Jacinthe veulent également faire découvrir la vie rurale et son rythme.

Artisans d'ici 

Les filles d'Au bout du rang se sont donc associées avec des artisans aux spécialités variées: ébéniste, céramiste, tisserands, photographes, illustrateurs. Avec chacun d'eux, elles créent des produits exclusifs, de qualité... et surtout, fonctionnels: «Si un linge n'essuie pas bien, même s'il est très beau, on ne le gardera pas», donne en exemple Marie-Claude.

Venant du milieu du marketing, le tandem apporte ainsi une vision d'affaires au milieu artisan.

«Notre force, c'est la mise en marché, la commercialisation des produits, un côté parfois plus difficile pour les artisans.»

Jacinthe Généreux

Chacun de leurs trésors est donc sélectionné en fonction de la demande du public, mais aussi de sa rentabilité, tant pour l'artisan que pour la petite entreprise. Leur autre force reste la complémentarité de leurs talents, qui leur permet de bien travailler ensemble, même à 400 km l'une de l'autre!

Aujourd'hui, Au bout du rang collabore avec une vingtaine d'artisans, de partout au Québec: Stéphanie Fauteux, qui façonne d'immenses tasses à café au lait; Marthe et Gilles Savoie, qui tissent avec des doigts experts des linges à vaisselle aux lignes irréprochables ; Gabrielle D. Germain, qui tricote des éponges à récurer écologiques; Delphine Delaire Catta, qui photographie la campagne... À suivre au printemps: de nouvelles collaborations et une collection toute fraîche!

Devant l'engouement, les deux filles ont même dû recruter des bras supplémentaires pour les aider. Pour l'instant seulement présentes sur Etsy, elles envisagent d'ouvrir leur propre boutique en ligne, mais surtout un blogue, qui permettrait de raconter leur quotidien... au bout de leur rang.

http://www.auboutdurang.com/fr/

https://www.etsy.com/shop/Auboutdurang

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer