Papier peint: trois artistes à découvrir

Pâtissière de profession, touche-à-tout en général, Audrey Fortin... (Photo Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

Pâtissière de profession, touche-à-tout en général, Audrey Fortin a commencé à faire de magnifiques papiers peints et songe maintenant à élargir sa gamme de produits avec de l'illustration.

Photo Olivier Jean, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les styles des artistes qui font du papier peint varient grandement. Trois exemples.

Walls of Ivy

La plupart des artistes qui créent du papier peint sont d'abord illustrateurs ou graphistes. Audrey Fortin a fait le chemin inverse. Pâtissière de profession, touche-à-tout en général, elle a commencé à faire de magnifiques papiers peints et songe maintenant à élargir sa gamme de produits avec de l'illustration. Walls of Ivy (Ivy était sa grand-maman), qui a maintenant une douzaine de motifs, accepte les commandes spéciales et fait des couleurs sur mesure.

Audrey Fortin travaille avec du papier canadien non tissé, que l'on doit poser avec de la colle. Les encres sont résistantes à l'eau et à la lumière, et le papier est lavable en frottant délicatement avec un chiffon et de l'eau savonneuse. On peut se procurer ses oeuvres en ligne. Environ 30% de la clientèle de Walls of Ivy habite à l'extérieur du Québec. Audrey a plusieurs clients restaurateurs qui veulent créer un décor unique et se distinguer. À Montréal, on peut voir ses papiers chez Cirkus, avenue Laurier Est, ainsi que chez Pâtes bol et au Village café, rue Beaubien, notamment.

Combien? De 200 à 280$ le rouleau.

wallsofivy.com

Kate Zaremba

Kate Zaremba a d'abord été chanteuse et comédienne. Elle a joué à Broadway et dans des séries américaines avant d'être attirée par le design. Elle est retournée à l'école, a étudié l'art textile et, de fil en aiguille, s'est retrouvée à Washington, où elle a ouvert son studio. «J'adore créer des motifs, explique-t-elle. Comme un casse-tête, une fois qu'on a créé les pièces, on les assemble jusqu'à ce qu'elles aillent parfaitement ensemble. Le résultat est alors unique et, idéalement, il se retrouvera chez quelqu'un qui l'appréciera et le conservera longtemps.»

Les papiers peints de Kate Zaremba sont joyeux. Elle y dessine des acrobates, des flèches, des maisons ou de petits renards totalement craquants. «J'ai toujours été fascinée de voir à quel point une pièce peut être transformée par les choses qu'on y met. À quel point les couleurs et les formes changent l'humeur des gens.»

L'illustratrice travaille avec du papier américain, écologique, ou du papier peint réutilisable, un produit de plus en plus populaire.

Combien? Le plus grand rouleau coûte 130$. Il y a plusieurs formats.

katezarembacompany.com

Anewall

Les Canadiennes Sydney et Rachel Penner ne sont pas des artistes, mais des entrepreneures. Les deux soeurs de Vancouver ont décidé de se lancer dans le papier peint en 2013. «Notre mère aime bien le style "campagne française", explique Sydney Penner. Elle cherchait une grande murale pour la maison familiale. Elle ne trouvait rien, alors je me suis dit que nous devions le faire nous-mêmes!» Anewall travaille avec des images libres de droits pour en faire du papier peint traditionnel ou en vinyle réutilisable. Certains motifs sont aussi créés à partir de dessins commandés à des artistes, qui sont ensuite répétés et colorés par Rachel. À 20 ans, elle est la plus jeune des deux soeurs et celle qui a la fibre artistique.

Le tandem réalise également de spectaculaires murales qui peuvent s'adapter aux besoins de leurs clients.

Combien? Rouleau: 55$; murale: autour de 370$.

anewall.com

Doit-on privilégier du papier «précollé» ou pas?

C'est la grande question, et tous les poseurs de papier peint ne donnent pas la même réponse. Le papier précollé demande moins de manipulation, mais le poseur doit l'appliquer rapidement, sinon il ne collera plus.

Anaïs Tenkerian, de la boutique montréalaise Empire Papier peint, préfère les rouleaux non collés. On applique la colle sur le papier et il y a moins de risque de dégât, dit-elle. Cela demande toutefois un poseur minutieux, faute de quoi il va se retrouver avec de la colle partout...

Le nec plus ultra de la pose est le papier peint «intissé». On applique la colle sur le mur pour y poser le papier ensuite. C'est assurément l'option la plus simple, précise Anaïs Tenkerian. L'envers de ce papier est en tissu, et il s'enlève plus facilement, précise cette spécialiste.

À noter: on ne peut pas installer l'un à la façon de l'autre. «Chaque papier a ses instructions», précise Anaïs Tenkerian. Idéalement, le papier peint se pose à deux, à moins d'être bien habile.

Peut-on poser du papier peint dans la salle de bains?

Absolument, répond Anaïs Tenkerian, mais pas ceux qui contiennent des fibres de tissu. Il faut choisir des papiers peints durables, d'excellente qualité et, surtout, bien préparer le mur avec un apprêt.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Le papier peint nouveau

    Design

    Le papier peint nouveau

    Vous êtes amateur d'art, mais vous n'avez pas les moyens de vous offrir un Marc Séguin? Posez du papier peint! De plus en plus d'artistes créent des... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer