Le frigo au coeur de nos vies

Sub-Zero offre un modèle entièrement réfrigéré de 36...

Agrandir

Sub-Zero offre un modèle entièrement réfrigéré de 36 pouces, habituellement placé non loin d'un congélateur de même dimension.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Les électroménagers

Habitation

Les électroménagers

Découvrez les nouveautés sur le marché qui vous donneront envie de vous débarrasser de vos vieux électroménagers bruyants et polluants! »

La Presse

Présents dans 98% des foyers nord-américains, on les tient pour acquis. Lorsqu'ils flanchent, c'est la panique.

Les frigos suscitent toutefois peu de passions. À preuve, on ne leur consacre pas de magazines, comme c'est le cas des voitures, des ordinateurs ou du cinéma maison. Dommage, estime Tony Evans, de chez Electrolux North America. «Notre vie serait totalement différente sans eux, dit-il. Il faudrait acheter la nourriture sur une base quotidienne. Et notre alimentation dépendrait de ce qui est offert, selon la saison.»

Nombreux sont les ménages qui en possèdent plus d'un. Les réfrigérateurs ont désormais tendance à se multiplier. Ils se retrouvent dans le sous-sol, mais aussi dans la pièce consacrée au cinéma maison, dans la salle d'exercice, le garage et même la salle de bains. Pour toujours avoir une boisson bien froide à la portée de la main.

Pourtant, le principe de réfrigération est relativement récent. Il a été évoqué pour la première fois il y a 200 ans. La première machine frigorifique a en effet été conçue en 1805 par un inventeur américain prolifique, Oliver Evans. D'autres l'ont ensuite raffinée. Mais avant que le compresseur ne soit portatif et pratique, il a fallu attendre jusqu'en 1873. Aussi, au début des années 1900, les glacières étaient encore utilisées. Celles-ci étaient composées d'un compartiment isolé pour la glace et d'un autre pour les aliments.

Le premier réfrigérateur destiné à un usage domestique n'a été fabriqué qu'en 1916. Deux ans plus tard, General Motors achetait l'invention et commençait à en faire une production de masse. La marque est toujours bien vivante aujourd'hui : Frigidaire. À l'instar des premiers fours à micro-ondes, les premiers réfrigérateurs ont été accueillis avec beaucoup de méfiance, révèle Fiona Lucas, historienne culinaire.

«Des produits très toxiques, comme l'ammoniaque, étaient utilisés pour créer du froid, explique-t-elle. Ils causaient de graves problèmes en cas de fuite.»

Les réfrigérateurs ont contribué à l'émancipation des femmes. Les magazines féminins, comme Châtelaine, en ont fait la promotion. «Les ménagères pouvaient préparer les repas à l'avance et les conserver au frais, explique Mme Lucas. Elles pouvaient ainsi mieux organiser leur temps.»

Les réfrigérateurs ont également ouvert la voie à l'industrie des mets préparés et congelés, qui a connu un essor fulgurant. Aussi le réfrigérateur est-il considéré comme l'une des 10 inventions les plus importantes du XXe siècle. Certains vont jusqu'à le classer au troisième rang, derrière le téléviseur et l'ordinateur.

Aujourd'hui, les appareils sont plus volumineux que jamais. Dans les immenses cuisines contemporaines, ils occupent une place de choix. Certaines compagnies, dont Sub-Zero, vont jusqu'à offrir un modèle entièrement réfrigéré de 36 pouces, habituellement placé non loin d'un congélateur de même dimension.

Malgré toutes les améliorations apportées, les appareils avec un compartiment congélateur dans le haut demeurent les plus populaires (et les moins chers). Ils représentent environ 70 % des ventes au Canada. Les appareils avec un compartiment congélateur dans le bas gagnent toutefois du terrain. Comptant pour 11 % des achats en 2002, ils étaient en hausse de 5 %, l'année dernière. Quant aux modèles dotés de deux portes côte à côte, ils ne sont prisés que par 13 % des acheteurs.

Les manufacturiers améliorent sans cesse leurs produits. Leurs objectifs n'ont pas changé: ils cherchent à conserver la nourriture la plus fraîche possible, le plus longtemps possible, à l'abri des bactéries, de la façon la plus pratique possible, en consommant toujours moins d'énergie. Chacun y va de ses innovations, petites et grandes. Éventuellement, tous en profitent.

Bien connaître ses besoins

Rares sont ceux qui se documentent plusieurs mois avant d'acheter un réfrigérateur. À moins de se procurer un modèle haut de gamme qui saura répondre à toutes leurs aspirations, dans le cadre d'importantes rénovations, la plupart des consommateurs changent leur frigo lorsqu'ils n'ont plus le choix. C'est-à-dire lorsqu'il brise. Comment procéder?

D'abord, mesurez l'espace qu'occupera le nouvel appareil. Cela paraît évident, mais plusieurs se rendent au magasin sans cette information pourtant cruciale.

Ensuite, cernez vos besoins. Voulez-vous le congélateur en haut ou en bas? Ou encore, un modèle avec les portes côte à côte?

«Ceux qui avancent en âge apprécient le congélateur dans le bas, constate Andy Abrahamse, directeur du marketing pour les marques Jenn-Air et Amana, chez Maytag Canada. Ils utilisent le réfrigérateur 75 % du temps et apprécient ne pas avoir à se pencher pour prendre les fruits et les légumes.»

Ces appareils coûtent toutefois environ 700 $ de plus que les modèles avec le congélateur dans le haut et sont légèrement plus bruyants, tempère Michel Chartrand, représentant des ventes chez Maison Ethier. Les tablettes supérieures, par ailleurs, sont hautes.

Selon lui, plusieurs caractéristiques valent leur pesant d'or. Il recommande, par exemple, les appareils qui ont deux ampoules dans le réfrigérateur, qui procurent de l'eau filtrée et de la glace faite avec de l'eau filtrée, qui ont des tablettes coulissantes, fonctionnent silencieusement, consomment peu d'énergie et ont un système de contrôle de la température électronique.

Surtout, ne cherchez pas un prix. «Entre un frigo de 1000 $ et un autre de 1200 $, la différence est de taille, dit-il. Cela vaut la peine d'y regarder de près.»

Un exemple? Prenons l'appareil de 18 pieds cubes de base, de Whirlpool, avec le congélateur dans le haut, qui coûte environ 800 $. Les tablettes sont ajustables, les contenants dans les portes sont blancs et le fini est mat et texturé, blanc ou noir. Pour 200 $ de plus (environ 1000 $), le frigo gagne un pied cube, il est mieux éclairé, doté de tablettes coulissantes et arbore des contenants transparents dans ses portes. En prime, il est plus élégant, grâce à ses formes arrondies et ses portes au fini brillant, blanc ou noir. Pour avoir un fini inox, il faut débourser 250 $ de plus.

Puis, pour 300 $ de plus (environ 1300 $), l'appareil fait 22 pieds cubes, possède un distributeur d'eau filtrée dans la porte du réfrigérateur et un distributeur de glaçons dans le congélateur. Encore une fois, il faut débourser 250 $ de plus pour un fini inox.

«Les manufacturiers ont beaucoup élargi leur gamme de produits, constate Mathieu Thériault, coordonnateur du marketing chez Corbeil Électroménagers. Même les petits réfrigérateurs ont maintenant belle apparence. L'industrie s'est adaptée aux besoins des consommateurs.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer