Jérusalem sera «toujours la capitale d'Israël» pour Nétanyahou

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou (au centre)... (PHOTO Ronen Zvulun, ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou (au centre) se dirige vers la salle où a lieu la rencontre dominicale de son cabinet, le 21 mai à Jérusalem.

PHOTO Ronen Zvulun, ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
JÉRUSALEM

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a affirmé dimanche soir que Jérusalem serait « toujours » la capitale d'Israël, à la veille d'une visite du président américain Donald Trump dans la ville sainte.

Face aux murailles de la vieille ville de Jérusalem, M. Nétanyahou s'exprimait à l'ouverture des festivités organisées par la mairie de Jérusalem marquant le 50e anniversaire de la conquête de Jérusalem-Est par l'armée israélienne.

« Ce soir, je dis au monde entier et de la manière la plus claire qui soit, Jérusalem était et sera toujours la capitale d'Israël », a affirmé M. Nétanyahou, devant des milliers de personnes venues assister à un concert.

Israël considère tout Jérusalem comme sa capitale indivisible, y compris donc la partie palestinienne (Jérusalem-Est) qu'il a annexée en 1980. Les Palestiniens, eux, veulent établir à Jérusalem-Est la capitale de l'État auquel ils aspirent.

Les Nations unies considèrent Jérusalem-Est comme un territoire occupé.

M. Trump avait promis pendant sa campagne électorale de déménager l'ambassade des États-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem et de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, rompant avec la diplomatie historique des États-Unis et le consensus observé par la communauté internationale.

« Le mont du Temple et le mur occidental resteront toujours sous souveraineté israélienne », a ajouté M. Nétanyahou, en référence à deux sites situés à Jérusalem-Est.

Le Mont du Temple - appellation juive pour l'esplanade des Mosquées - sur lequel se situait le Temple détruit par les Romains en 70, est le lieu le plus sacré du judaïsme.

Mais la prière y étant interdite pour les juifs, le Mur des Lamentations (ou mur occidental), en contrebas, est devenu l'endroit le plus sacré devant lequel ils peuvent prier.

De son côté, l'esplanade des Mosquées est le troisième lieu saint de l'islam.

M. Nétanyahou s'est réjoui de la visite de Donald Trump, un « véritable ami », qui sera le premier président américain en exercice à se rendre au Mur des Lamentations.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer