Attentats en Espagne: une douzaine de terroristes impliqués

Moussa Oukabir, Saïd Aallaa et Mohamed Hychami... (Photos AFP)

Agrandir

Moussa Oukabir, Saïd Aallaa et Mohamed Hychami

Photos AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Barcelone

L'enquête sur les deux attentats qui ont fait 14 morts en Catalogne a progressé vendredi dans une Espagne en deuil, avec la mise au jour d'une cellule d'une douzaine de personnes passée à l'acte précipitamment après l'échec d'un premier plan encore plus meurtrier.

Cette cellule pourrait avoir été impliquée dans les attaques menées avec des voitures lancées contre des foules de vacanciers et promeneurs à Barcelone puis à Cambrils, plus au sud, a expliqué vendredi soir le porte-parole de la police régionale, Josep Lluís Trapero.

Sur cette douzaine de suspects, quatre ont été arrêtés jeudi et vendredi, et un est en fuite. L'identité de l'homme et sa photo ont été diffusées: il s'agit de Younès Abouyaaqoub, un Marocain de 22 ans. Cinq autres ont été abattus dans la nuit de jeudi vendredi à Cambrils alors qu'ils menaient l'attaque.

Parmi les assaillants tués figurent trois jeunes Marocains vivant depuis leur enfance en Espagne: Moussa Oukabir, Saïd Aallaa et Mohamed Hychami, respectivement âgés de 17, 18 et 24 ans et tous habitants de Ripoll, une ville de quelque 10 000 habitants non loin des Pyrénées.

Trois autres personnes également impliquées sont identifiées, mais n'ont pas été interpellées. Deux d'entre elles pourraient avoir péri dans l'explosion suivie d'un incendie d'une maison mercredi à Alcanar, à 200 km au sud de Barcelone, où le groupe tentait peut-être de confectionner des engins explosifs.

Il y a dans cette maison «des restes humains de deux personnes différentes, nous tentons de voir s'il s'agit de deux des trois personnes impliquées dans les attaques. Il nous resterait une troisième à trouver», a indiqué le porte-parole de la police catalane.

Le conducteur de la camionnette qui a fauché des passants sur las Ramblas n'a toujours pas été identifié par la police, a-t-il ajouté, démentant des informations de presse qui assuraient qu'il s'agissait de Moussa Oukabir.

Cette attaque a été revendiquée par le groupe État islamique (EI).

Quelques heures plus tard, une Audi A3 avait à son tour foncé sur la promenade du bord de mer de Cambrils, une station balnéaire au sud de la capitale catalane, avant de percuter une voiture des Mossos d'Esquadra, la police catalane. S'en est suivie une fusillade au cours de laquelle les cinq occupants de l'Audi ont été tués.

Au total, 14 personnes ont été tuées dans ces attentats et plus de 120 blessées.

Quatre suspects ont été arrêtés par la police, dont trois dans la ville de Ripoll, à une centaine de kilomètres au nord de Barcelone. Le quatrième a été arrêté à Alcanar.

Famille «sous le choc»

Sur les hauteurs du Moyen Atlas au Maroc, la bourgade sans histoire de Melouiya est tombée des nues après l'annonce de l'implication présumée des frères Driss et Moussa Oukabir, originaires du village, dans les attentats qui ont endeuillé l'Espagne.

Une tente Caïdale a été plantée dans un paysage rocailleux, à quelques mètres de la maison rudimentaire en pierre et en terre des Oukabir, initialement pour accueillir une cérémonie de mariage prévue de longue date, et qui s'est transformée en veillée funèbre.

«La joie a laissé place à la tristesse et à la douleur», souffle Abderrahim, la quarantaine, un des oncles des frères Oukabir.

«Nous sommes sous le choc, complètement effondrés», enchaîne, les larmes aux yeux, leur père Said, entouré de membres de la famille, de voisins et d'amis venus lui présenter leurs condoléances.

«La police espagnole a appelé aujourd'hui sa mère qui se trouve en Espagne, pour lui dire que Moussa était mort», dit-il à l'AFP peu avant l'annonce officielle vendredi soir par la police catalane.

Âgé de 17 ans, Moussa a été tué par un policier dans la nuit de jeudi à vendredi, avec d'autres assaillants. Ils avaient lancé à toute allure une Audi A3 sur la promenade de la station balnéaire de Cambrils, en Espagne.

Son frère Driss, 27 ans, a lui été arrêté jeudi à Ripoll, une ville d'environ 10 000 habitants non loin des Pyrénées, avec trois autres personnes.

Les deux attentats, à Cambrils et à Barcelone, ont fait 14 morts et près de 120 blessés.

Entre deux rives

«Nous sommes des gens simples, pacifistes. Nous ne connaissons ni le radicalisme, ni le terrorisme», dit un habitant de cette région sinistrée et majoritairement berbérophone nichée dans le centre du royaume, et dont l'économie repose essentiellement sur l'élevage, l'agriculture et le transfert d'argent des Marocains de la région établis en Europe, principalement en France, en Espagne et en Italie.

Said Oukabir est lui parti tenter sa chance de l'autre côté de la Méditerranée dans les années 1990, dans la province de Gérone en Catalogne.

Son fils Driss, qui a passé son enfance à Aghbala, une commune rurale de 12 000 habitants à huit kilomètres du village natal, avait alors dix ans.

Moussa, qui aurait fêté ses 18 ans en octobre prochain, est né à Ripoll. La famille vivait depuis entre Melouiya, Aghbala et son pays d'accueil.

L'annonce de l'implication présumée des deux frères dans les attentats qui ont frappé l'Espagne a manifestement suscité une onde de choc chez leurs proches, qui affirment ne pas les avoir vu se radicaliser.

«Ils ne montraient aucun signe de radicalisation. Ils vivaient comme les jeunes de leur âge, s'habillaient comme eux», jure le père, carrure d'athlète et casquette vissée sur la tête.

«Moussa était un garçon gentil qui ne faisait de mal à personne. Il suivait ses cours normalement et devait passer son bac l'an prochain. Ces derniers temps, il a commencé à faire sa prière (...) mais ça s'arrêtait là». Mais il était jeune, pas encore mûr, et il s'est sans doute fait manipuler», poursuit-il.

«Il était doux, toujours souriant. Il ne fumait pas ne buvait», affirme son oncle, selon qui «toute la région est sous le choc».

Driss, lui, a «quitté tôt l'école pour travailler honnêtement et gagner sa vie», raconte le père.

«Aujourd'hui il est entre les mains de Dieu et de la police. Il est sous le coup d'une enquête. J'espère qu'ils diront qu'il est innocent. Je n'ai pas envie de perdre mes deux fils».




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer