Catalogne: le président appelle les indépendantistes à l'unité

«La turbine du processus souverainiste a baissé de... (PHOTO GUSTAU NACARINO, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

«La turbine du processus souverainiste a baissé de régime», a déclaré Artur Mas samedi, devant des milliers de partisans.

PHOTO GUSTAU NACARINO, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
MADRID

Le président de la région de Catalogne, Artur Mas, a lancé samedi un appel à l'unité des forces indépendantistes pour défendre son projet de séparation d'avec l'Espagne, en recul dans l'opinion publique.

Le président, fraîchement converti à l'indépendantisme, a reconnu que cette idée était en baisse dans les sondages et que le succès de la plateforme d'indignés, qui a conquis la mairie de Barcelone le 24 mai dernier, pouvait détourner les 7,5 millions de Catalans de ce projet.

«La turbine du processus souverainiste [terme employé en Catalogne pour l'accession à l'indépendance] a baissé de régime», a déclaré Artur Mas dans un discours devant des milliers de partisans.

«De surcroît, il y a une force nouvelle dans la politique catalane qui met l'accent sur la lutte des classes, sans se prononcer sur le thème de l'indépendance», a-t-il ajouté dans une allusion à la nouvelle maire de Barcelone, Ada Colau, qui milite contre les expulsions des débiteurs insolvables.

Qui plus est, les partis indépendantistes sont divisés à l'approche des élections régionales du 27 septembre qu'Artur Mas veut transformer en plébiscite pour proclamer l'indépendance de cette riche région d'Espagne.

Face à ces divisions, il a demandé l'appui des puissantes associations qui depuis des années organisent des manifestations spectaculaires en faveur de l'indépendance.

«En cette heure décisive pour la Catalogne, j'invite ces forces souverainistes à travailler sérieusement pour parvenir à la plus grande unité possible», a-t-il lancé.

C'est la pression de ces organisations, a reconnu M. Mas, qui l'a poussé «à jouer son va-tout» en organisant le 9 novembre dernier un referendum sur l'indépendance, que Madrid juge anticonstitutionnel et qui lui vaut d'être poursuivi en justice.

Le parti indépendantiste de gauche ERC, grand rival de la coalition CiU d'Artur Mas, a refusé de former une liste commune pour les élections de septembre. Et cette semaine ses partenaires démocrates-chrétiens d'UDC ont quitté la coalition parce qu'ils veulent négocier l'indépendance avec Madrid et non la déclarer unilatéralement comme il le propose.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer