Belgique: plusieurs membres de Sharia4Belgium condamnés pour terrorisme

Michael Delefortrie quitte le tribunal d'Anvers après avoir... (PHOTO  DIRK WAEM, AFP/BELGA)

Agrandir

Michael Delefortrie quitte le tribunal d'Anvers après avoir été reconnu coupable d'appartenir au groupe terroriste Sharia4Belgium, le 11 février.

PHOTO DIRK WAEM, AFP/BELGA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Philippe SIUBERSKI
Agence France-Presse
ANVERS, Belgique

Le chef et une quarantaine de membres du groupuscule islamiste belge Sharia4Belgium ont été condamnés mercredi pour avoir formé une «organisation terroriste», à l'issue d'un procès placé sous haute sécurité un mois après les attentats de Paris.

Fouad Belkacem, 32 ans, idéologue et principal prédicateur de Sharia4Belgium, a été condamné par le tribunal correctionnel d'Anvers (nord) à 12 ans de prison pour avoir dirigé ce groupe d'inspiration salafiste, considéré comme le premier pourvoyeur en Belgique de combattants pour la Syrie.

Les principaux membres avaient été arrêtés lors d'un coup de filet de la police belge en avril 2013.

«Belkacem est responsable de la radicalisation de jeunes pour les préparer à un combat armé salafiste au sein duquel il n'y a pas de place pour les valeurs démocratiques», a déclaré le juge. «Sharia4Belgium recrutait des jeunes pour la lutte armée et organisait leur départ vers la Syrie», a-t-il ajouté. L'accusation avait requis contre Belkacem une peine de 15 ans.

Sept autres prévenus présents au procès ont été condamnés à des peines de trois à cinq ans, pour certains avec du sursis.

Quarante-six membres de Sharia4Belgium étaient jugés depuis octobre pour avoir pris part aux activités, ou aidé, ce groupe dont les membres prêchaient sur l'internet et dans les rues, d'Anvers notamment, l'instauration d'un État islamique en Belgique et le djihad armé international.

Des tous les prévenus, seuls neuf se sont présentés aux audiences. Un a depuis été écarté du procès pour raisons médicales. Les 37 autres sont soit toujours en Syrie, soit y sont décédés. Certains sont soupçonnés d'y avoir commis des atrocités.

Le tribunal a prononcé les peines maximales requises contre les prévenus absents, soit 15 ans pour ceux considérés comme dirigeants et cinq ans pour les simples membres.

«Renverser l'État belge»

Jejoen Bontinck, un jeune converti de 19 ans, a été condamné à 40 mois de prison avec sursis. Il était parti en Syrie, mais a affirmé y avoir été séquestré par d'autres prévenus, qui doutaient de sa loyauté. Son père Dimitri, un ancien militaire belge, était parti à sa recherche. Jejoen Bontinck a ensuite collaboré avec la justice, se portant même partie civile et expliquant avoir subi un «lavage de cerveau». Le tribunal a tenu compte de sa coopération, mais a jugé que le jeune homme était parti de son plein gré.

«L'objectif de Sharia4Belgium est de renverser l'État belge et de le remplacer par un État islamique. La participation active à la lutte armée en Syrie constitue un moyen de parvenir à cet objectif», avait lancé dans son réquisitoire la procureure, Ann Fransen. Elle avait estimé que la société devait «se protéger», même si aucun projet d'attentat sur le sol belge n'a été attribué aux membres de Sharia4Belgium.

Mercredi, la sécurité du palais de justice d'Anvers était draconienne. La police filtrait les entrées du bâtiment, survolé par intermittence par un hélicoptère. Depuis que la police a démantelé à Verviers (est) et Bruxelles, le 15 janvier, une cellule qui préparait des attentats contre les forces de l'ordre, la Belgique vit en état d'alerte terroriste «grave», avec des militaires surveillant les endroits sensibles.

Cette cellule n'avait aucun lien avéré avec Sharia4Belgium ni avec les auteurs des attentats de Paris. Mais depuis un mois, une quarantaine de fausses alertes à la bombe ont été enregistrées en Belgique.

Le quotidien flamand Het Laatste Nieuws a reçu la semaine dernière une lettre anonyme avertissant que la Belgique serait la cible «d'attentats à la voiture piégée et aux explosifs». La Belgique, membre de la coalition internationale contre le groupe armé État islamique, est l'un des pays les plus touchés en Europe par le départ de combattants en Syrie. Entre 300 et 400 Belges y sont partis ces dernières années, dont environ 10 % étaient liés à Sharia4Belgium.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer