Un Californien plaide coupable d'avoir voulu aider l'EI

Nicholas Michael Teausant, père d'un bébé, est décrit... (IMAGE TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

Nicholas Michael Teausant, père d'un bébé, est décrit par les autorités comme ayant voulu partir en Syrie «pour être sur toutes les stations de télévision du monde».

IMAGE TIRÉE DE FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

Un Californien de 22 ans a plaidé coupable mardi d'avoir voulu partir en Syrie pour aider l'organisation djihadiste État islamique (EI).

Nicholas Michael Teausant, converti à l'islam, a été arrêté en mars dernier pendant qu'il cherchait à passer des États-Unis au Canada pour rejoindre la Syrie, où l'EI contrôle de larges pans de territoire.

Son arrestation est le résultat d'une opération sous couverture du FBI, la police fédérale américaine. Il risque 15 ans de prison et 250 000 dollars d'amende. Il connaîtra sa condamnation le 8 mars.

D'après l'acte d'accusation, il a attiré l'attention du FBI après avoir rejoint des forums en ligne où il exprimait le désir de «mener un djihad violent et contribuer à la "chute" de l'Amérique».

Lors d'intéractions avec un informateur du FBI, il a ensuite évoqué un complot pour attaquer le métro de Los Angeles mais a ensuite renoncé à ce projet.

Le jeune homme, père d'un bébé, est décrit par les autorités comme ayant voulu partir en Syrie «pour être sur toutes les stations de télévision du monde».

«Je vais être un commandant et je serai sur la couverture de tous les journaux du pays», aurait-il dit à un agent du FBI.

Dans une interview au quotidien Sacramento Bee depuis sa cellule l'an dernier, M. Teausant affirme qu'il n'aurait jamais commis d'attentat aux États-Unis.

Ses avocats soutiennent aussi qu'il ne posait pas de vraie menace.

«En réalité, Nick ne pourrait pas même aider quiconque à monter une tente», promettent-ils dans des documents de justice.

Selon les autorités, son cas illustre la vulnérabilité sur internet des jeunes aux sirènes de groupes djihadistes.

L'an dernier, une adolescente de 19 ans, Shannon Conley, avait notamment été arrêtée et avait plaidé elle aussi coupable alors qu'elle comptait partir en Syrie combattre avec un djihadiste dont elle était tombée amoureuse sur internet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer